« La barre est haute »

Équipe Canada et son entraîneur-chef André Tourigny partent à la conquête de la médaille d’or

Le camp d’entraînement d’Équipe Canada Junior est à peine commencé en Alberta que déjà, André Tourigny redoute les décisions difficiles qui vont venir bien assez vite.

« Le bon côté, c’est qu’il y a beaucoup de bons joueurs qui sont ici, mais le mauvais côté, eh bien, c’est sûr qu’on va se faire critiquer quand on va devoir en retrancher ! », a-t-il expliqué en riant lors d’une visioconférence, mardi soir.

On peut comprendre l’entraîneur-chef de la formation canadienne de redouter, déjà, le moment des coupes. Lorsqu’ils seront tous arrivés au camp, c’est un grand total de 26 choix de premier tour de la LNH qui seront réunis sur la patinoire, à Red Deer, afin de se préparer en vue du prochain Championnat du monde de hockey junior, qui aura lieu du 25 décembre au 5 janvier à Edmonton, et devant aucun partisan.

Il y a toujours des décisions déchirantes comme ça chaque année, mais cette fois, ça s’annonce particulièrement douloureux pour les penseurs canadiens.

« Il faut s’assurer de bien pouvoir former une équipe, a ajouté Tourigny. On ne pourra pas garder un paquet de gars qui font tous la même affaire, qui ont tous le même rôle. Ça va nous prendre des joueurs qui sont capables de tenir des rôles différents. »

À ce chapitre, on ne sait toujours pas si Alexis Lafrenière va pouvoir obtenir une permission spéciale de la part des Rangers pour se joindre au groupe. Le club new-yorkais, qui a fait de Lafrenière son premier choix au dernier repêchage de la LNH, en est toujours à étudier le dossier.

Tourigny affirme ne pas trop s’en faire avec ça. « S’il arrive ici, il pourra choisir le numéro qu’il veut, a-t-il répondu. On n’a pas besoin de poser la question. Notre concentration est sur les joueurs qui sont ici, mais je vais avoir besoin d’environ une seconde pour m’ajuster si jamais les Rangers le laissent participer au tournoi. »

Kirby Dach

Le premier choix n’est peut-être pas encore là, mais il y en a d’autres qui ne sont pas trop mauvais, y compris l’attaquant Kirby Dach, sélectionné troisième au total par les Blackhawks de Chicago lors du repêchage de 2019.

Dach, incidemment, se retrouve dans une autre expérience de bulle, lui qui a pris part aux séries éliminatoires de la LNH cet été, récoltant 1 but et 5 aides en 9 rencontres avec les Hawks.

« C’est un peu similaire en effet, a-t-il remarqué. Comme cet été dans la LNH, l’expérience de la bulle ici nous permet de pouvoir côtoyer plus souvent nos coéquipiers, et dans une bulle, il n’y a pas de distractions. »

« Tout le monde se concentre sur le but qui doit être atteint. Et puis pour nous, ce but, c’est de remporter la médaille d’or. »

— Kirby Dach

Ah, la médaille d’or. S’il y a bien une fière tradition au pays lors du temps des Fêtes, en plus de la tourtière et de Fa La La de Bündock, c’est bien la conquête de l’or par les jeunes joueurs canadiens. « La barre est haute », a reconnu Tourigny.

L’entraîneur-chef a par ailleurs remarqué que ce sont les joueurs juniors du Québec, de retour sur la glace déjà depuis quelques semaines dans la LHJMQ, qui paraissent un peu mieux que leurs compatriotes de l’Ontario et de l’Ouest du pays pour le moment, qui eux n’ont toujours pas remis les patins dans leurs ligues respectives.

« Ils ont un peu plus de rythme et leur exécution est bonne… Les gars du Québec ont tous bien paru », a-t-il ajouté.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.