Actualités économiques

Equifax, pénuries, milliardaires et ventes de voitures en Chine

Quelques nouvelles économiques du jour

Equifax : forte hausse des prêts hypothécaires

Pendant la pandémie de COVID-19, la dette de carte de crédit des consommateurs s’est résorbée au Canada, mais les acheteurs de propriétés ont entraîné une hausse sans précédent du volume de nouveaux prêts hypothécaires. Le plus récent rapport d’Equifax Canada sur le crédit à la consommation précise qu’au premier trimestre de l’année en cours, le nombre de nouveaux prêts hypothécaires a bondi de 41,2 % par rapport au trimestre équivalent de 2020. La limite moyenne des nouveaux prêts hypothécaires a pour sa part augmenté de 20,5 %, pour atteindre 326 930 $. Au cours de la même période, la dette à la consommation a progressé de 4,78 %, mais dans le secteur hypothécaire, le taux de défaillance de 90 jours ou plus a baissé de 19 % par rapport au premier trimestre de 2020. En juin, le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) va instaurer un nouveau test de tension hypothécaire qui diminuera la capacité d’achat de beaucoup d’acheteurs, ce qui pourrait contribuer à réduire la surchauffe du secteur hypothécaire.

— La Presse Canadienne

Washington veut s’attaquer aux pénuries temporaires liées à la reprise économique

La Maison-Blanche a réaffirmé sa volonté de résoudre les pénuries temporaires liées à la vive reprise économique dans l’immobilier, les semi-conducteurs, les transports et l’agroalimentaire en créant un groupe de travail pour cibler et rapidement atténuer les goulots d’étranglement. La pandémie a en effet généré des revirements importants dans l’offre et la demande de ces secteurs, conduisant à court terme à des hausses de prix et de longs délais de livraison, ce qui peut freiner la reprise. Piloté par les ministres du Commerce, du Transport et de l’Agriculture, le groupe de travail sera chargé de collaborer avec toutes les parties concernées pour trouver des solutions. Le ministère de l’Agriculture prévoit par ailleurs consacrer 4 milliards US à diverses initiatives permettant de renforcer la chaîne alimentaire, de la production à la distribution aux consommateurs. Comme demandé en février par le président Joe Biden dans un décret, les divers services du gouvernement américain ont aussi mis en place une série de mesures pour répondre aux pénuries de quatre produits-clés : les produits pharmaceutiques, les minéraux d’importance critique, les batteries de grande capacité comme celles utilisées dans les voitures électriques et les semi-conducteurs.

— Agence France-Presse

Plusieurs milliardaires ont échappé à l’impôt

Selon l’organisation indépendante ProPublica, plusieurs milliardaires américains ont réussi à échapper complètement à l’impôt sur le revenu durant des années. Selon cette organisation établie à New York, le patron d’Amazon, Jeff Bezos, n’a payé aucun impôt fédéral en 2007 et en 2011 et Elon Musk, à la tête de Tesla, y a échappé en 2018. MM. Bezos et Musk sont sur le podium des trois hommes les plus riches du monde. Le dirigeant Michael Bloomberg, l’homme d’affaires Carl Icahn et le philanthrope George Soros sont aussi parvenus à ne payer aucun impôt fédéral certaines années. Pour parvenir à ces conclusions, l’organisation affirme avoir mis la main sur des milliers de déclarations fiscales de riches Américains au fisc, l’IRS, sur plus de 15 ans. « Mises bout à bout, elles démolissent les fondations du mythe fiscal américain : que tout le monde paie sa juste part et que les plus riches paient la plus grande partie », écrivent les auteurs. ProPublica affirme par exemple que Jeff Bezos a demandé – et réussi à obtenir – un crédit d’impôt de 4000 $ pour ses enfants en 2011, une année où il a fait part dans sa déclaration de revenus de pertes en investissements supérieures à ses revenus annuels. Jeff Bezos a pourtant affiché en avril son soutien à la hausse des impôts souhaitée par le président américain Joe Biden pour financer son plan d’investissement sur les infrastructures.

— Agence France-Presse

Chine : les ventes de voitures particulières se tassent en mai

Les ventes de voitures particulières en Chine ont connu en mai une hausse de 1 % sur un an, un rythme de progression bien moindre que celui d’avril (12,4 %). Le mois dernier, quelque 1,62 million de véhicules ont été vendus, a indiqué la Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles (CPCA). Un an plus tôt, 1,6 million de véhicules avaient trouvé preneur sur le premier marché automobile mondial. Le mois de mai avait marqué la première hausse des ventes de 2020, après un début d’année plombé par l’épidémie de coronavirus. Les ventes d’automobiles avaient ensuite progressivement connu une embellie à la faveur de la levée des confinements et de la reprise de l’économie. Le mois dernier, la progression a été particulièrement marquée dans la catégorie des véhicules de luxe : + 13 % sur un an (et + 45 % par rapport à 2019 avant l’épidémie), selon la CPCA. Premier pays touché par le nouveau coronavirus, mais aussi premier à s’en sortir, le géant asiatique, principal marché automobile de la planète, apparaît comme un baromètre de la reprise espérée de l’économie mondiale.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.