Quitter le Cirque du Soleil pour mieux y revenir

Après dix ans à gravir les échelons au Cirque du Soleil, Charlotte Montminy a fait partie des innombrables mises à pied au début de la pandémie. Profitant des circonstances pour faire une maîtrise en administration des affaires (MBA) à HEC Montréal, elle a ensuite recroisé le chemin de l’organisation circassienne. Instinctivement, elle savait que leur histoire n’était pas terminée.

« Je suis retournée au Cirque, parce que je pense encore pouvoir faire une différence, je dirais même plus que jamais depuis mon MBA », explique-t-elle. En effet, son programme d’études l’a fait grandir. « J’ai longtemps cru que le leadership, on l’avait d’emblée ou non, mais ce n’est pas vrai. Il existe des moyens pour le perfectionner et l’approfondir. »

Son retour sur les bancs d’école a eu un impact sur sa confiance, sa capacité à voir les situations d’un point de vue positif et son envie de penser aux humains. « Au-delà de vendre un produit, je m’intéresse aux gens. Depuis le MBA, je suis gestionnaire CRM, c’est-à-dire que je m’assure de bien connaître les plus grands admirateurs de notre marque, de leur fournir du contenu à valeur ajoutée au quotidien et de leur offrir une expérience mémorable. »

Cet intérêt pour l’engagement humain lui vient de son parcours scolaire.

« J’ai commencé un baccalauréat en anthropologie, parce que je voulais comprendre les comportements. »

– Charlotte Montminy, gestionnaire pour le Cirque du Soleil

Puis, incertaine quant à son avenir, mais convaincue de l’importance de bien s’exprimer, elle a bifurqué vers des études en rédaction, en traduction et en publicité. « En parallèle, j’ai travaillé comme coordonnatrice pour une agence de publicité. C’est là que j’ai compris à quel point j’aime comprendre la psychologie derrière le fait de se procurer quelque chose. »

Une leader informelle

Très attirée par le marketing, elle a commencé au Cirque du Soleil comme assistante de la cheffe de marque, avant de devenir gestionnaire marketing et gestionnaire principale de marque.

Dans ce dernier rôle, elle menait des projets avec des dizaines de collègues. « J’avais la charge d’un portfolio de plus d’une dizaine de productions du Cirque du Soleil, tant pour ce qui est de la création et de la gestion d’image de marque que de la commercialisation. C’était un rôle clé par lequel toutes les informations relatives au succès d’un projet transitaient. »

De toute évidence, quelque chose chez elle est naturellement attiré vers la gestion d’équipe.

« Dans la vie, je suis une entremetteuse qui aime rassembler les gens de plusieurs univers différents et faire en sorte qu’ils se découvrent les uns les autres.  »

– Charlotte Montminy, stratège en marketing de marque et chef d’équipe CRM au Cirque du Soleil

Elle se décrit d’ailleurs comme une leader informelle. « J’aime que les gens me suivent, mais pas de façon obligatoire. Je préfère gagner leur respect et leur confiance, pour ensuite les aider à s’élever. »

Profitant d’une ascension organique au Cirque pendant dix ans, elle a ressenti le besoin de replonger dans l’univers scolaire. « J’ai choisi le MBA, car je voyais une formation de qualité reconnue internationalement qui me fournirait des outils concrets pour asseoir des opinions sur des cas réels à l’extérieur de mon domaine d’expertise. »

Malgré sa curiosité manifeste pour les autres milieux professionnels, elle vibre encore au rythme de la culture. « Les marques du Cirque du Soleil me font rêver et j’ai la certitude d’avoir encore du travail à faire avec l’organisation. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.