Mon clin d’œil

La devise olympique : plus vite, plus haut, plus fort, plus tard.

Opinion : COVID-19

Et puis après ?

Et puis après ? Qu’allons-nous faire ? Car il y aura certainement une suite à la pandémie actuelle.

Allons-nous reprendre le train-train quotidien comme si de rien n’était ? Allons-nous foncer dans les magasins désertés pour acheter tout ce dont nous n’avons pas réellement besoin ? Allons-nous répondre à l’injonction du président des États-Unis au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 en continuant de consommer pour soutenir l’économie ?

Y aura-t-il un baby-boom comme celui de l’après-guerre ? Y aura-t-il une croissance économique comme celle des trente années glorieuses à la suite de la Seconde Guerre mondiale ? Est-ce que la mondialisation des échanges commerciaux va reprendre le dessus sur la politique locale citoyenne ?

Ou allons-nous tirer des enseignements de cette transformation épidémique du monde ?

Sommes-nous prêts pour du vrai changement, comme le réclament souvent les partis politiques lors des campagnes électorales ?

J’ai bien peur que nous ne sachions pas apprendre des erreurs du passé. Je crains que nous reprenions la vie comme avant. Peut-être même que nous allons vouloir effacer les pertes humaines et la diminution temporaire de notre bien-être matériel par une accumulation de richesse éphémère.

Ce serait la moins bonne conclusion à la pandémie actuelle.

On se prépare au pire actuellement, avec raison. On reste cloîtrés et on évite les contacts afin de protéger la vie. L’urgence est en ce moment.

Mais viendra un temps où il faudra penser à l’après-COVID-19. Pourra-t-on continuer de réfléchir à la qualité de la vie humaine sur terre plutôt qu’à la croissance économique à tout prix ? Il le faudrait pourtant pour un monde meilleur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.