Spiritueux locaux

Des négociations à l’automne

Mathieu St-Amand, attaché de presse au ministère de l’Économie et de l’Innovation, également responsable du dossier des alcools, a confirmé à La Presse vendredi que l’Union québécoise des microdistilleries (UQMD) avait bel et bien été convoquée pour discuter d’un assouplissement des règles concernant la production et la vente de spiritueux. L’UQMD réclame l’équité entre les distillateurs et les autres producteurs d’alcool au Québec, qui peuvent entre autres vendre à la propriété sans avoir à payer une majoration de 52 % à la SAQ, comme doivent le faire les titulaires du mal aimé permis de distillateur industriel. Tel que nous l’écrivions dans un article publié vendredi, l’UQMD demande la création d’un permis intermédiaire de microdistillateur (entre le très restrictif permis d’artisan et l’industriel), plus adéquat pour encadrer ses activités. La cinquantaine de membres de l’Union peut donc espérer une révision de la Loi sur la Société des alcools du Québec avant 2024.

— Ève Dumas, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.