Royaume-Uni

50 ans

Âge à partir duquel le gouvernement britannique offrira une dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 dès la semaine prochaine. Les soignants, les personnes particulièrement vulnérables à la COVID-19 et les adultes en contact avec des personnes immunodéprimées sont également ciblés par ce programme de rappel. (AFP)

Élections législatives en Norvège

Début des négociations en vue d’un nouveau gouvernement

Les forces de gauche en Norvège, au lendemain de leur nette victoire aux législatives, ont amorcé mardi des consultations et tractations qui s’annoncent longues et difficiles avant la formation d’un nouveau gouvernement appelé à déloger la droite, aux commandes depuis huit ans. Le Parti travailliste du probable prochain premier ministre Jonas Gahr Støre et ses deux alliés de prédilection, le Parti du centre et la Gauche socialiste, ont remporté une majorité absolue de 89 sièges sur 169 au Storting, le Parlement monocaméral, mais de nombreuses divergences restent à surmonter entre eux. La première ministre sortante, la conservatrice Erna Solberg, a quant à elle reconnu la défaite de sa coalition de centre droit, ouvrant la voie à une alternance. « Notre plan A reste le même », a déclaré M. Støre lors d’une conférence de presse mardi. « C’est un gouvernement majoritaire avec le Parti du centre et la Gauche socialiste ». Les négociations, informelles et formelles, promettent d’être longues et délicates.

— Agence France-Presse

Russie COVID-19

Poutine s’isole après avoir été en contact avec un malade

Le président russe a révélé mardi devoir se mettre en isolement après avoir été en contact avec un collaborateur atteint de la COVID-19. Cette annonce intervient alors que le maître du Kremlin n’avait repris que récemment les évènements en public. Il avait d’ailleurs reçu lundi, à Moscou, le président syrien Bachar al-Assad. Apparaissant à la télévision pour une réunion en visioconférence avec les dirigeants du parti au pouvoir, Russie Unie, à l’approche des législatives prévues cette semaine, M. Poutine a confirmé mardi que l’un de ses collaborateurs, pourtant vacciné, était tombé malade de la COVID-19. « Il avait été revacciné, mais visiblement trop tard. Trois jours après la vaccination, il est tombé malade. La veille, j’avais communiqué avec lui toute la journée de manière très rapprochée », a expliqué le président russe. Lui-même vacciné en mars, M. Poutine a dit « espérer que tout se passera comme il se doit, et que le Spoutnik V démontrera vraiment son haut niveau de protection contre la COVID-19 ».

— Agence France-Presse

Allemagne

« Pendez les Verts » : un tribunal autorise une campagne néonazie

« Pendez les Verts » : le tribunal administratif de Chemnitz a autorisé mardi une campagne d’affichage violemment anti-écologiste d’un groupe néonazi, à condition qu’elle soit menée à plus de 100 m des affiches des « Grünen ». La ville de Zwickau avait interdit la campagne d’affichage du groupe néonazi « La IIIe voie », y voyant une incitation à la violence et au meurtre. Mais le groupuscule a saisi le tribunal administratif de Chemnitz qui lui a partiellement donné raison au nom de la liberté d’expression dans le cadre de la campagne électorale avant le scrutin législatif du 26 septembre. Le tribunal a toutefois assorti sa décision de l’obligation pour les néonazis de placarder leurs affiches à plus de 100 m de celles des écologistes, en troisième position dans les sondages derrière les sociaux-démocrates et chrétiens-démocrates. Les deux parties ont encore le possibilité de faire appel de cette décision.

— Agence France-Presse

Somalie

Neuf morts dans un attentat-suicide à Mogadiscio

Neuf personnes, en majorité des membres des forces de sécurité somaliennes, sont mortes mardi dans un présumé attentat-suicide contre un point de contrôle à Mogadiscio, selon la police et des témoins. Le point de contrôle était un lieu de rassemblement fréquent des forces de sécurité, a déclaré Mohamed Ali, de la police somalienne. « L’enquête est toujours en cours, mais d’après les indications actuelles, un kamikaze a provoqué l’explosion », a-t-il dit. Six membres des forces de sécurité et trois civils ont été tués, et onze autres personnes blessées, a-t-il précisé. L’attentat a été revendiqué par les insurgés shebab, des islamistes radicaux affiliés à Al-Qaïda qui combattent le gouvernement fédéral somalien depuis 2007 et ont mené d’innombrables attaques dans le pays. « Je suis passé dans le secteur quelques minutes après l’explosion, le chaos régnait dans toute la zone avec des chaussures abandonnées appartenant aux victimes », a déclaré un témoin, Kudow Yusuf.  

— Agence France-Presse

Soutien financier à l’agriculture

Trois agences de l’ONU appellent à « réorienter » les soutiens

Trois agences de l’Organisation des Nations unies (ONU) ont lancé mardi un pavé dans la mare, estimant que les soutiens financiers à l’agriculture engendrent trop souvent des effets « dommageables » pour l’environnement ou la santé, et appelant à les « réorienter » afin de les rendre plus efficaces et plus justes.

À quelques jours du Sommet mondial des systèmes alimentaires organisé par l’ONU à New York le 23 septembre, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) publient un rapport qui porte un jugement sévère sur l’impact des soutiens aux agriculteurs dans le monde.

Intitulé « Une opportunité de plusieurs milliards de dollars », il estime que le soutien aux agriculteurs représente au total 540 milliards de dollars par an en moyenne ces dernières années. Et que sur cette somme, environ 470 milliards de dollars – soit 87 % – génèrent « des distorsions de prix et sont dommageables pour l’environnement et socialement ».

Le rapport montre particulièrement du doigt les soutiens par les prix (294 milliards de dollars par an), par des droits de douane, des subventions à l’exportation, des quotas à l’importation, des prix plafond ou plancher. « Cela entraîne des distorsions de prix » et fausse la concurrence, souligne Marco Sanchez, économiste à la FAO et l’un des auteurs du rapport, interrogé par l’AFP. « Cela nuit à l’efficacité ! »

« Prise de conscience »

Les aides budgétaires aux agriculteurs, qui montent à 245 milliards de dollars par an, peuvent de leur côté avoir « un impact négatif sur l’environnement » lorsqu’elles sont liées à une production ou à un intrant en particulier (« aides couplées »), poursuit l’économiste. Cela peut entraîner une « utilisation massive de produits chimiques, un  appauvrissement des ressources naturelles et le développement de la monoculture ».

Ces aides sont également susceptibles de nuire à l’équilibre nutritionnel des populations en favorisant la consommation de denrées de base (sucre, etc.) au détriment des fruits et légumes, fait-il valoir.

Le rapport vise à déclencher « une prise de conscience des gouvernements du monde entier », estime Qu Dongyu, directeur général de la FAO. Les pays doivent « repenser les régimes de soutien à l’agriculture afin de les rendre aptes à transformer nos systèmes agroalimentaires » en vue de quatre objectifs : « une meilleure nutrition, une meilleure production, un meilleur environnement et une vie meilleure », ajoute-t-il.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.