Grand Prix du Portugal

Avantage Hamilton et Mercedes

Devancé en qualifications par son coéquipier de Mercedes Valtteri Bottas, Lewis Hamilton, troisième en début de course, a quand même remporté le Grand Prix du Portugal, dimanche, sur le circuit de Portimao.

Le Britannique a devancé son grand rival Max Verstappen (Red Bull) et Bottas, qui ont tous deux effectué un arrêt supplémentaire en fin de course afin de chausser des pneus tendres et de se lancer à la chasse au tour le plus rapide. C’est Verstappen qui l’a réussi, mais son temps a été effacé pour non-respect des limites de la piste, et Bottas a récolté le point boni au classement du championnat.

Loin devant, Hamilton n’a donc pas été inquiété.

« Ç’a été une course éprouvante, car il ventait beaucoup et c’était facile de commettre une erreur, a tout de même expliqué le vainqueur. Je n’ai pas eu un très bon départ et j’ai perdu une position à la relance de la course [au 7e tour, après une neutralisation causée par une sortie de piste de Kimi Räikkönen]. »

« Je n’étais pas heureux, évidemment, mais la suite de la course a été plus satisfaisante avec les dépassements de deux pilotes fantastiques [Verstappen au 11e tour, puis Bottas au 20e]. »

« L’écart entre nous est très proche, et tous les points vont compter cette saison. J’ai toujours aimé ce genre de bagarre, depuis mes débuts en karting. Notre équipe va devoir continuer de travailler afin de pousser la voiture au maximum, d’en tirer vraiment tout ce qu’elle peut donner. »

— Lewis Hamilton

De son côté, Bottas était visiblement déçu de ne pas avoir pu concrétiser sa position de tête au départ : « Ce n’est pas le résultat que j’espérais. Je n’avais pas le même rythme que Lewis, même en début de course. Et Max a profité de mon arrêt au puits et de mes pneus encore frais pour me doubler. Nous pensions pouvoir reprendre la deuxième place, mais des ennuis avec un capteur d’échappement nous ont ralentis. »

Toto Wolff, directeur de Mercedes, n’a pas caché sa satisfaction de voir Hamilton et son équipe en tête des deux championnats : « Quand nous étions en retrait durant les essais présaison et lors du premier Grand Prix à Bahreïn, j’ai retrouvé une ambiance que je n’avais plus vue dans l’équipe depuis 2013, quand nous avons commencé à être compétitifs. Tout le monde est excité et, si j’espère que nous le soyons encore en fin de saison à Abou Dabi, nous allons continuer d’y aller une étape à la fois. »

Verstappen et Red Bull restent confiants

Chez Red Bull, Max Verstappen a expliqué s’être battu tout le week-end au volant d’une voiture imprévisible : « Quelque chose de ce circuit ne convient pas à la voiture, et nous n’avons jamais trouvé la bonne adhérence, le bon rythme. Deuxième, dans ces conditions, est donc un très bon résultat et nous savions qu’il y aurait des hauts et des bas en fonction des circuits qui nous conviennent et de ceux où les Mercedes sont plus à l’aise. »

Christian Horner, directeur de Red Bull, a pour sa part rappelé : « Ce championnat sera un marathon, pas un sprint. C’est très serré avec Mercedes, et chaque course va se jouer sur des petits avantages. Max a fait une course fantastique pour enlever la deuxième place à Bottas et, avec la quatrième place de Sergio [Pérez], nous sommes aussi bien placés au championnat des constructeurs. La semaine prochaine, Barcelone [le prochain Grand Prix] sera une bonne mesure des forces en présence, et nous devrions y voir plus clairement les forces et les faiblesses de toutes les voitures. »

Encore Norris, l’équipe Alpine se replace

À bonne distance des deux équipes de pointe, c’est encore Lando Norris, cinquième, qui a dominé le milieu du peloton. Très constant, le jeune Britannique a tiré le maximum de sa McLaren, terminant loin devant son prestigieux coéquipier Daniel Ricciardo (neuvième).

Charles Leclerc a pris la sixième place au volant de sa Ferrari, devant Esteban Ocon et Fernando Alonso, les deux pilotes de l’équipe Alpine (ex-Renault), qui se replace spectaculairement dans la lutte pour les places d’honneur.

Alonso, qui a offert sa meilleure performance depuis son retour en F1, a souligné : « C’était la première fois que je me sentais vraiment bien au volant de la voiture et j’ai pu attaquer jusqu’au bout. L’équipe a vraiment progressé, et nous nous battons maintenant avec des équipes comme Ferrari et Mercedes. Nous pouvons faire encore mieux, et ce sera important d’être meilleur en qualifications lors des prochaines épreuves à Barcelone et Monaco. »

Déception pour Stroll, Aston Martin… et Latifi

Seulement 17e en qualifications samedi, Lance Stroll n’a pu faire mieux qu’une 14e place en course, tout juste derrière son coéquipier Sebastian Vettel. Un résultat décevant qui confirme le retard d’Aston Martin face aux autres équipes du milieu du peloton. Après avoir doublé Vettel en fin de course, à la demande de l’équipe dans l’espoir d’aller chercher un point, Stroll lui a redonné la 13e place dans le dernier tour.

« Cela n’a pas été notre meilleure journée, même si la voiture était un peu meilleure qu’en qualifications », a estimé le pilote canadien.

« Partir de si loin nous plaçait dans une position difficile et, même si j’ai pu reprendre plusieurs places en début de course, nous n’étions pas assez rapides pour revenir dans les points. »

— Lance Stroll

De son côté, Vettel n’a pu confirmer sa 10e place des qualifications.

« Nous n’avions tout simplement pas le rythme pour rester avec les voitures qui se battaient pour les points, a-t-il expliqué. Nous devrions avoir de nouvelles pièces sur la voiture la semaine prochaine en Espagne, et cela devrait nous permettre de progresser, mais le plus important est de faire mieux en qualifications. »

L’autre pilote canadien, Nicholas Latifi, a connu un autre week-end difficile. Alors qu’on croyait l’équipe Williams en progrès, Latifi et son coéquipier George Russell n’ont jamais été dans le coup. Dix-huitième à deux tours du vainqueur, le Torontois n’a pu résister à Mick Schumacher en fin de course.

« Ç’a été très difficile, a souligné Latifi. Nous avons souvent des ennuis en début de course, et cela a encore été le cas aujourd’hui [dimanche]. Je sentais que la voiture était toujours à la limite de l’adhérence, et il va falloir analyser cette situation et trouver une solution. Il y a visiblement un problème que nous ne comprenons pas en ce moment et nous devrons essayer de progresser à Barcelone. »

Prochaine épreuve : Grand Prix d’Espagne, circuit de Catalunya (près de Barcelone), le 9 mai

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.