Fromages d'ici

5 astuces pour se familiariser avec le bleu

Il fascine autant par sa couleur que par son goût : le fromage à pâte persillée, qui rehausse les plats comme nul autre, s’invite dans l’assiette de multiples façons. Conseils pour partir à la rencontre de son riche éventail de saveurs.

1. On lui donne une deuxième chance

Si, dans la vie, la première impression est souvent la bonne, le bleu semble toutefois faire exception à la règle. Tandis que certains sont intimidés par son apparence ou nourris d’idées reçues, d’autres sont refroidis par une première expérience peu concluante. Et si on apprenait à mieux le connaître ? Il n’y a rien de mieux pour changer sa perception du bleu. Première étape : on démystifie les veines marbrées.

Qu’est-ce que le persillage ?

Les traces bleuâtres ou verdâtres uniques aux pâtes persillées proviennent d’un gentil champignon, le Penicillium roqueforti, ou de son cousin, un dénommé Penicillium glaucun. Introduits volontairement dans la pâte à l’étape du moulage, ces amis champignons confèrent au bleu sa texture fondante et son goût unique.

2. On l’invite dans ses recettes

Nul besoin de croquer à pleines dents dans un morceau de bleu pour apprécier son caractère unique. En cuisine, la pâte persillée se démarque par sa grande polyvalence. Lorsqu'elle est fondue, elle relève les sauces à merveille. Été comme hiver, les combinaisons sont infinies : une sauce au Rassembleu dans un gratin de courge spaghetti, ou encore un burger de bœuf aux portobellos, le tout nappé d’un mélange de Bleu bénédicin et de crème.

3. On l’accueille en petites doses

Pas encore prêt à offrir au bleu un rôle principal dans l’assiette ? Ce fromage peut aussi briller discrètement dans un rôle de soutien. En effet, il se faufile à merveille dans les bouchées, les beurres aromatisés et les trempettes.

Émietté dans une vinaigrette à la moutarde, le bleu nappe n’importe quelle salade verte. Il peut également faire office de simple garniture sur un steak grillé. Parfait pour célébrer en grand l’arrivée du beau temps !

4. On le marie avec des fruits

Les becs sucrés-salés seront heureux d’apprendre que la saveur salée du bleu se conjugue divinement avec le goût naturellement sucré des fruits. Dattes, figues, poires, pommes et raisins figurent d’ailleurs parmi ses meilleurs alliés.

Envie de pousser l’exercice encore plus loin ? Des gnocchis à la ricotta, poire et fromage bleu promettent d’être le clou du repas. Et pourquoi ne pas cuisiner une tarte Tatin de poires au Fleuron ?

5. On développe ses papilles progressivement

Devant l’immense variété de Bleus d’ici, pas facile de savoir lequel choisir. Pour mieux s’y retrouver, on n’hésite pas à demander conseil à un expert fromager. Après tout, il existe des bleus pour tous les goûts et toutes les occasions. Les plus délicats, comme le Caronzola, plairont sans doute aux papilles débutantes. Quant au Rébellion 1837, dont la saveur est beaucoup plus corsée, il est conseillé d’attendre quelque temps avant d’y goûter... sauf pour les amateurs de bleus !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.