Tournoi des recrues

Place au bilan

Il y a deux catégories de joueurs à un tournoi des recrues : ceux qui se battent pour un contrat, une place dans la Ligue américaine ou une invitation au camp d’entraînement, et ceux dont le tournoi sert de mise en jambes en prévision du camp d’entraînement.

Dans cette seconde catégorie se trouvent Juraj Slafkovsky, Emil Heineman, Justin Barron, Kaiden Guhle, Jordan Harris, Mattias Norlinder et Arber Xhekaj.

Porter un jugement sur les performances de ces joueurs lors du tournoi des recrues constituerait une perte de temps. D’ailleurs, si la direction avait tant tenu à les évaluer, les Slafkovsky, Guhle et compagnie n’auraient pas obtenu des soirs de congé dans cette courte compétition de seulement trois matchs.

Contrairement à eux, les joueurs de la première catégorie devaient tout donner à Buffalo parce que dans la majorité des cas, leur place n’est pas assurée au camp.

Xavier Simoneau a marqué deux buts dimanche contre les Sénateurs d’Ottawa et Slafkovsky, aucun. Simoneau, 5 pi 7 po de courage et de hargne, n’entamera néanmoins pas le camp d’entraînement à la gauche de Nick Suzuki.

Mais ce jeune homme de 21 ans, repêché au sixième tour en 2021, espère avoir suffisamment attiré l’attention de l’entraîneur-chef Jean-François Houle afin de partir avec une longueur d’avance pour un poste avec le Rocket de Laval. Il a signé un contrat de la Ligue américaine avec le club cet été.

D’ailleurs, il ne faut pas se laisser berner par la victoire de 7-2 aux dépens des espoirs des Sénateurs dimanche. L’équipe d’Ottawa avait accordé un congé à ses trois meilleurs joueurs, Shane Pinto, Jake Sanderson et le gardien Mads Sogaard.

Que Slafkovsky ait marqué quatre buts contre cette équipe n’aurait rien signifié non plus. Il n’avait aucun intérêt à se rompre les os contre des joueurs qu’il n’affrontera probablement jamais plus au cours de sa carrière, même si l’effort était au rendez-vous et qu’il paraissait un peu trop grand, trop fort et trop puissant pour ses adversaires.

Le colosse en défense Arber Xhekaj, 21 ans, 6 pi 4 po et 238 lb de méchanceté, a martyrisé ses jeunes adversaires dimanche. Ses mises en échec percutantes ont sorti deux rivaux du match.

Le travail de Xhekaj sera cependant évalué dans les rencontres préparatoires, lorsqu’il sera aux prises avec Brady Tkachuk et Tom Wilson dans les coins, pas des recrues plus jeunes et chétives que lui. Mais il s’est fait remarquer, par la direction et l’adversaire…

Le premier choix du Canadien en 2020 et premier candidat pour un poste de défenseur à gauche parmi les jeunes, Kaiden Guhle, disputait un premier match dimanche. Il semble avoir amélioré sa mobilité. Comme dans le cas de Slafkovsky, Barron, Harris et compagnie, il sera jugé non pas sur cette rencontre, mais lors des derniers matchs préparatoires avec des formations de la Ligue nationale.

Owen Beck, Filip Mesar, Riley Kidney, Jan Mysak, Miguël Tourigny et William Trudeau avaient le plus à gagner – ou à perdre – de ces matchs à Buffalo. Ils les ont d’ailleurs tous disputés.

Le cas de Beck, le premier choix du deuxième tour en 2022, 33e au total, et la révélation du tournoi, était sans doute le moins complexe avec celui de Kidney. Ils retourneront dans les rangs juniors en raison de leur âge. Mais Beck se battait pour une invitation au camp d’entraînement. À seulement 18 ans, il a montré une belle maturité, de l’assurance avec et sans la rondelle et un certain flair à l’attaque.

Kidney, un choix de deuxième tour en 2021, a disputé deux de ses trois matchs au sein du premier trio avec Slafkovsky. Il n’a rien offert de très convaincant à cinq contre cinq. Ses 100 points de l’an dernier dans les rangs juniors peuvent être trompeurs. Il a commencé le tournoi au centre du premier trio et l’a terminé à la droite du quatrième.

L’autre choix de premier tour (26e au total) en 2022, Filip Mesar, a laissé une belle carte de visite. Il n’est pas le plus costaud à 5 pi 9 po et 176 lb, mais il possède une belle vitesse, de bonnes habiletés individuelles, une vision intéressante et un grand sens de l’anticipation. Son statut de choix de premier tour européen lui permettrait de jouer avec le Rocket de Laval. Et il a voulu prouver à la direction qu’il y avait sa place, et non pas être cédé à Kitchener, dans la Ligue junior de l’Ontario.

Les défenseurs William Trudeau et Miguël Tourigny pourraient tous deux disputer une dernière saison dans les rangs juniors à 20 ans ou encore obtenir un contrat avec le Rocket de Laval (ou un contrat de la LNH à deux volets) pour entamer leur parcours professionnel dès cet automne.

Trudeau, un choix de quatrième tour en 2021, 6 pi et 197 lb, a montré un flair offensif indéniable. Il lui reste du travail à faire pour améliorer son jeu défensif. Tourigny, un défenseur offensif droitier, est moins costaud à 5 pi 8 po et 179 lb. Il a mieux paru dans le dernier match contre un adversaire moins redoutable.

Jan Mysak et Brett Stapley joueront dans la Ligue américaine cet hiver. Ils ont montré leurs limites dans ces trois matchs. Peut-être Mysak réussira-t-il à percer un jour dans un rôle de soutien ? Mais évitez les comparaisons avec Tomas Plekanec, un joueur de plus de 600 points dans la Ligue nationale…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.