Banc d'essai Jeep Grand Cherokee L 2021

L’aventure en famille

Dans sa version L, le Grand Cherokee accueille – c’est dans l’air du temps – une troisième rangée de sièges, mais ne renonce pas pour autant à son âme d’aventurier.

UN DOSSIER DE NOTRE COLLABORATEUR ÉRIC LEFRANÇOIS

Banc d'essai Jeep Grand Cherokee L 2021

Confort et aventure au menu

Jeep Grand Cherokee L

Fourchette de prix

De 52 495 $ à 74 495 $

Visible dans les concessions

Maintenant

On aime

Présentation soignée

Aptitudes hors route

Suspension pneumatique agréable

On aime moins

Moteur V6 à la traîne

Consommation décevante

Manque d’agilité

Notre verdict

Beaucoup de compromis pour respecter la tradition « passe-partout » de la marque.

Jeep jouit d’une formidable rente de situation. Ce Grand Cherokee ne représente que la quatrième évolution d’un modèle apparu voilà 30 ans. Tout bien calculé, une nouvelle génération tous les 10 ans. Rares sont les produits qui peuvent se permettre un rythme de renouvellement aussi tranquille, qui participe d’autant à la légende de cette marque qui ne se satisfait plus de reléguer loin derrière la concurrence en tout-terrain.

Avec ou sans L, la direction de Jeep reconnaît que le nouveau Grand Cherokee reprend vis, boulons et moteurs de l’ancien, mais jure que l’architecture, elle, procède à partir d’une feuille (pratiquement) vierge. Auf wiedersehen à la plateforme qu’il empruntait depuis 2011 à la Mercedes ML. Dites plutôt buongiorno à Giorgio, nom donné à la structure élaborée par Alfa Romeo de laquelle les concepteurs ont puisé leur inspiration.

Soucieux d’atténuer son empreinte écologique, le Grand Cherokee L adopte des matériaux plus légers, aiguise son profil pour mieux fendre l’air et mobilise toutes les astuces pour réduire sa consommation, sans véritablement y parvenir... Le V6 de 3,6 L ingurgite en moyenne plus de 13 L aux 100 km et donne souvent l’impression d’en avoir plein la culasse à remuer ce véhicule de sa position statique. La faible progressivité de la pédale d’accélérateur accentue aussi cette impression d’apathie.

Cela dit, il importe de nuancer ces critiques. Le modèle à l’essai était un véhicule de préproduction. Donc, pas forcément conforme aux modèles qui sont livrés ces jours-ci chez les dépositaires de la marque. De plus, si la consommation moyenne apparaît décevante, il faut rappeler qu’elle n’en demeure pas moins « compétitive » face aux autres véhicules de ce segment (voir l’écran « La concurrence »).

Pour le gros travail

Bien qu’il ne soit pas un passage obligé, le V8 de 5,7 L se trouve, rappelons-le, également au catalogue. En raison de son couple plus élevé, ce moteur mérite considération, car il permet au Grand Cherokee L de se mouvoir avec plus de souplesse et de tracter des charges encore plus lourdes. Il faut s’attendre en contrepartie à une hausse de consommation de quelque 2 L/100 km (et la pollution qui vient avec), et ce, en dépit de la présence d’un système de désactivation des cylindres. Une version hybride à prise rechargeable est attendue pour la déclinaison L (le Grand Cherokee en bénéficiera), mais celle-ci ne sera sans doute pas lancée avant un an ou deux.

Au volant du Grand Cherokee L, on hume le cuir et on caresse le pavé tactile, mais, si le besoin s’en fait sentir, rassurez-vous, le véhicule n’hésitera pas à tâter des pneus le sous-bois détrempé ou à plonger dans la gadoue.

Parfum d’aventure garanti, mais dans le confort d’un habitacle climatisé.

Qu’un produit Jeep soit adapté au tout-terrain ne constitue pas vraiment une surprise. L’originalité se trouve plutôt dans le fait d’offrir la carte d’accès la plus simple pour explorer la planète. De fait, le Grand Cherokee L se révèle d’une stabilité rassurante et d’une rigidité qui l’est tout autant. La suspension pneumatique contribue aussi bien à l’agrément qu’au confort de ce véhicule taillé pour les longs trajets autoroutiers. La direction, que certains jugeront un peu lourde au départ, ajoute à la confiance ressentie à ses commandes. Et n’eût été les compromis nécessaires pour le certifier « Trail Rated » (classé pour les sentiers), sans doute le Grand Cherokee aurait-il bénéficié d’un train avant moins paresseux.

Élégance intérieure

Dans sa configuration L, le Grand Cherokee peut accueillir jusqu’à sept personnes sous son toit selon l’aménagement de la rangée médiane (baquets ou banquette). Celle-ci se trouve montée sur des rails pour accroître ou réduire les places « du fond », où seulement des enfants en bas âge aimeront voyager sur de longues distances.

La visibilité dans l’ensemble est bonne grâce à une ceinture de caisse abaissée. L’accès à bord est relativement aisé, quoique certaines personnes trouveront la marche plutôt haute, et ce, malgré la possibilité (suspension pneumatique) d’abaisser la garde au sol. La dimension du coffre se compare avantageusement à la concurrence, sans se montrer plus généreuse pour autant.

À l’avant, plus que partout ailleurs dans ce vaste habitacle, on aime la qualité des détails et le soin apporté au choix des matériaux.

Les sièges avant procurent un confort agréable et un maintien adéquat étant donné la nature familiale de ce véhicule. Le pavé tactile se double de certaines commandes encore jugées indispensables par les consommateurs (le bouton servant à régler le volume des médias numériques, par exemple).

Imposant, lourd (plus de 2 tonnes, bien pesées), haut et handicapé par sa consommation, le Grand Cherokee L impose sa conception de la conduite automobile. Il déteste les à-coups, tient en horreur les brusques changements d’appui, les virages serrés. En contrepartie, il offre une capacité de remorquage au-dessus de la moyenne, des aptitudes en tout-terrain qui déroutent la concurrence et un équipement complet.

Faites part de votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Chevrolet Bolt EUV, Ford Bronco, Hyundai Santa Fe, Nissan Pathfinder, Toyota 86/Subaru BRZ et Volkswagen Taos. Si vous possédez l’un de ces véhicules ou en attendez la livraison, nous aimerions bien vous lire.

Banc d'essai Jeep Grand Cherokee L 2021

Fiche technique

Moteurs

V6 DACT 3,6 L atmosphérique : 293 ch à 6400 tr/min, 260 lb-pi de couple à 4000 tr/min

V8 ACC 5,7 L atmosphérique : 357 ch à 5150 tr/min, 390 lb-pi de couple à 4250 tr/min

Performances

Poids : 2113 kg (V6), 2370 kg (V8)

Rapport poids-puissance : 7,21 kg/ch (V6), 6,63 kg/ch (V8)

Capacité maximale de remorquage : 2812 kg (V6), 3266 kg (V8)

Boîte de vitesses

De série : automatique 8 rapports

Optionnelle : aucune

Mode d’entraînement : 4 x 4

Pneus

265/60R18 (Laredo, Limited)

265/50R20 (Overland et Summit)

Capacité du réservoir, essence recommandée

87 L

Ordinaire

Consommation

13,3 L/100 km (V6)

Dimensions

Empattement : 3091 mm, longueur : 5204 mm, hauteur : 1815 mm1, largeur : 1979 mm2

1. Avec suspension pneumatique : 1817 mm ; 2. Rétroviseurs extérieurs exclus

Une première version hybride rechargeable

La version « ordinaire » (lire cinq places) du Grand Cherokee sera visible dans les salles d’exposition plus tard au cours de l’année. Plus courte et plus légère, elle sera la première au sein de la gamme de cet utilitaire à étrenner une motorisation hybride rechargeable. La direction de la marque américaine ne dit rien pour l’instant sur la disponibilité de cette mécanique à bord de la L (à l’essai) à court ou à moyen terme. Seule certitude, Jeep compte offrir une déclinaison électrifiée de chacun de ses modèles d’ici 2025.

Toujours un V8 au catalogue

À contre-courant de la tendance dans le segment des utilitaires multiplaces, Jeep inscrit toujours un V8 au catalogue du Grand Cherokee. D’une cylindrée de 5,7 L, ce moteur est sans doute celui qui sied actuellement le mieux au Grand Cherokee L.

Banc d'essai Jeep Grand Cherokee L 2021

L’avis des propriétaires

Bon tracteur

Je possède un Grand Cherokee 2020 avec le moteur V6 de 3,6 L. Outre le fait que j’aime le véhicule, je voudrais souligner qu’il remorque facilement une roulotte de 4000 lb sans trop forcer dans les côtes. La consommation d’essence tourne alors autour de 22-23 L/100 km, ce qui est raisonnable compte tenu de l’attelage. Auparavant, j’avais un Grand Cherokee Laredo 2008 avec moteur diesel (Mercedes).

— Michel S.

Satisfait malgré de petits soucis

Je possède un Grand Cherokee 2019 Limited avec moteur V6 de 3,6 L et une capacité de remorquage de 6200 lb. Je l’utilise surtout pour remorquer une roulotte de 5000 lb (en incluant bagages et passagers). J’ai possédé d’autres VUS et le Jeep Grand Cherokee est conçu pour ce type de travail. Je suis très satisfait de la puissance du moteur, de la transmission (qui est un peu lente à réagir), des freins efficaces et, surtout, de la rigidité de la caisse. Le diamètre des barres stabilisatrices est le double de celui des barres de la concurrence. Le véhicule est silencieux et confortable, et le receveur de l’attelage est positionné au bon endroit, soit à la hauteur du pare-chocs. Cependant, j’ai eu un problème avec le système GPS, qui ne reconnaissait plus ma position. Le dépositaire a dû remplacer l’écran et le module. C’est un véhicule qui a été construit pour travailler, tout en étant plaisant à conduire.

— Pierre G.

Fiabilité rassurante

Je suis propriétaire d’un Jeep Grand Cherokee 2014 équipé d’un moteur V6 de 3 L turbodiesel avec au compteur un peu plus de 111 000 km. C’est un véhicule que j’apprécie beaucoup, et ce, pour plusieurs raisons. Sa fiabilité me rassure et son coût d’entretien est raisonnable. J’ajouterais ensuite son confort, de même que sa frugalité pour ce qui est de la consommation de carburant, soit environ 8,5 L aux 100 km sur l’autoroute. Par ailleurs, et cela a influencé mon choix, il me procure la capacité de remorquage de 3946 kg dont j’ai besoin. Certains trouveront que le son du moteur à bas régime est un peu rugueux, mais il devient très silencieux en vitesse de croisière. Bref, un achat qui s’est avéré jusqu’ici avantageux et que je ne regrette pas.

— Michel G.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.