Showtime – Une grosse pièce de théâtre

Du bocal à l’aquarium : déroutante odyssée

Le trio du Projet bocal avait promis de bousculer les conventions théâtrales, et c’est ce qu’il a fait. Sa proposition, éclatée, est une courtepointe chaotique dans laquelle au moins six idées de spectacle sont tentées avant d’être abandonnées. Déroutant, vous dites ?

Déjà presque dix ans que le collectif Projet bocal a vu le jour, et que ses fondateurs Simon Lacroix, Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande, adeptes d’humour absurde et de fantaisie, présentent ses courtes formes théâtrales, accompagnées de chansons, dans de petits théâtres intimes.

Cette fois, Projet bocal s’est vu offrir la grande scène de chez Duceppe. En d’autres mots : le grand aquarium ! Avec chauffe-eau, plantes exotiques et mousse japonaise. Showtime est précisément le récit de ce passage du bocal à l’aquarium.

« Comme on est beaucoup dans l’étrange, on aimait bien l’image d’un bocal qui déforme un peu la réalité quand on regarde à travers », nous avait dit Simon Lacroix peu de temps avant la première création du collectif. Cette déformation, même à travers la vitre d’un aquarium, demeure intacte, qu’il soit rassuré.

Le trio se présente donc sur scène avec l’intention de nous présenter un spectacle d’improvisation (sans décor), « qui sort des sentiers battus »…

Haro sur les pièces américaines !

Adios, les grosses pièces américaines aux intrigues prévisibles, insistent-ils, le public de Duceppe verra ce qu’il y a de plus créatif chez ces artistes commandités par Les fromages d’ici (un gag qui reviendra pendant tout le spectacle). Mais voilà, après quelques minutes tortueuses, les trois acteurs doivent s’avouer vaincus. Blocage total.

Ils doivent donc se rabattre sur leur plan B : une pièce américaine… Apparaissent donc sept acteurs menés par Éric Bernier (hilarant) dans le vrai décor d’une chic demeure, qui apparaît sur un plateau tournant. Une famille américaine est réunie pour la Thanksgiving. Les clichés ici abondent. On baigne ici dans la parodie pur jus d’une intrigue familiale.

Cette parodie aurait pu être menée jusqu’à la fin, on aurait ri, et décrit la pièce ainsi. Mais c’eût été mal connaître nos trois poissons-clowns (scusez-la).

En fait, dès que le spectateur a l’impression d’avoir une prise sur cette proposition biscornue, Projet bocal nous tire le tapis sous les pieds. De la pièce américaine, on passera ainsi à une comédie musicale inspirée de Cats, une pièce expérimentale, une parodie de J’aime Hydro baptisée J’aime les roches, théâtre documentaire (une des plus réussies de Showtime) et à un rap battle (dont on peinait à comprendre les mots).

La collaboration de nos trois molly s’arrêtera brusquement à la suite d’un rap d’insultes qui vexera deux des trois protagonistes, qui se retrouveront en 2043 pour la conclusion du spectacle hanté depuis le début par le spectre de Jean-Guy Boulette, à qui le trio avait promis un chèque – celui des Fromages d’ici… Longue histoire, vous irez voir la pièce pour tout saisir.

Bref, tout ça pour vous dire que ce Showtime, qui pastiche plusieurs genres théâtraux, est fort divertissant, que l’on retrouve avec plaisir ses fondateurs, très attachants, ainsi que leurs invités – Éric Bernier et Dominique Leduc en tête, même si ces ruptures de ton et arrêts sur images peuvent être par moments un peu déroutants, voire exaspérants.

Cela dit, il faut saluer l’audace des directeurs artistiques de chez Duceppe de présenter un spectacle typiquement produit à La Licorne, qui se moque gentiment du théâtre américain – un genre qui a fait les beaux jours du théâtre Duceppe – mais aussi des commanditaires — qui sont le pain et surtout le beurre de ces artistes.

On verra au fil des semaines si le public duceppois appréciera de se faire mener (et bousculer !) ainsi dans les recoins de ce grand aquarium imaginé par Projet bocal.

Consultez le site du théâtre Duceppe


Showtime – Une grosse pièce de théâtre

De Projet bocal. Avec Simon Lacroix, Sonia Cordeau, Raphaëlle Lalande et sept autres comédiens. 1 h 30 sans entracte.

Chez Duceppe.

Jusqu’au 17 décembre.

★★★★★★★


Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.