Temps de jeu

QUELLE EST la solution ?

Depuis toujours, le temps de jeu est un sujet d’actualité sur les parcours de golf, et trop souvent pour les mauvaises raisons. Pour plusieurs, il s’agit d’un irritant considérable, voire même un frein à sa pratique. Évidemment, le golf oblige les adeptes à se suivre les uns derrière les autres, peu importe leur niveau de jeu. Comment collaborer afin que tous puissent y trouver leur compte ?

Conducteurs avertis

On compare depuis longtemps le temps de jeu à la circulation routière. Plus la route est belle et dégagée, plus la circulation est fluide. À l’inverse, plus les routes sont sinueuses, plus les gens auront tendance à lever le pied.

On dit alors que les trous difficiles se comparent aux sections hasardeuses de la route. Un accident signifie la recherche d’une balle, donc l’effet chenille s’ensuit.

Sauf erreur, aucun autre sport ne se pratique à la file indienne, c’est pourquoi la meilleure comparaison reste la circulation routière. Cependant, la possibilité de dépasser plus lent que soi est difficilement réalisable sur un parcours de golf.

Selon la Royal & Ancient (R&A), trois facteurs influencent le temps de jeu : les golfeurs, la gestion du jeu et la difficulté d’un parcours.

Il est certain que plus une portion du parcours sera difficile, plus le temps de jeu sera affecté dans cette portion du tracé. Ajoutons à cela les conditions météorologiques, dont le vent, qui peuvent également influencer le temps passé sur un parcours.

Le temps c’est de l’argent !

La gestion du jeu relève de la grille de départ et de l’intervalle entre chacun des temps de départ. Depuis l’instauration des recommandations sanitaires en lien avec la pandémie, plusieurs gestionnaires de parcours ont décidé, en 2021, de maintenir un plus grand écart entre chaque réservation. Alors que plusieurs parcours affichaient huit minutes d’intervalle, il est maintenant plus commun d’avoir 9, même 10 minutes dans certains clubs.

Il est certain que le fait de ne pas avoir à ratisser les fosses de sable après y avoir effectué un coup ou tout simplement de ne jamais toucher le fanion favorise un meilleur temps de jeu, mais il n’en reste pas moins qu’un parcours mieux ventilé réduit les chances de créer l’effet chenille. Pourquoi alors ne pas varier les intervalles selon la clientèle au cours d’une même journée ?

Il y a là une question financière. Ce ne sont pas tous les gestionnaires qui sont prêts à faire une telle concession et cela se comprend. Par exemple, pour une journée de 10 heures, une seule petite minute de différence au fil de la journée réduit la feuille de temps de huit quatuors, ce qui représente tout de même une somme importante au fil d’une saison.

Alors, comment maximiser le nombre de personnes sur le parcours tout en s’assurant que tout un chacun passe un bon moment ? Fidéliser sa clientèle par le temps de jeu a ses limites d’un point de vue de la gestion du parcours.

Tout comme sur nos routes, chaque utilisateur a une responsabilité. C’est pourquoi le golfeur ou la golfeuse demeure le facteur le plus important en matière de temps de jeu.

Miser sur l’éducation

Le concept de temps de jeu est plus que jamais inévitable, d’abord et avant tout, parce que les générations de golfeurs et golfeuses qui suivent les baby-boomers semblent avoir moins de temps pour cette seule et unique activité. Tout comme la technologie, tout doit aller plus vite, mais quelles sont les limites afin de préserver l’intégrité de notre sport ?

Depuis 2014, le Parcours du cerf à Longueuil propose un tracé de 12 trous. Il est très populaire auprès des familles l’après-midi, selon le professionnel Ben Boudreau. « On parle d’un temps de jeu de 2 h 40 pour faire le tour, ce qui est l’idéal à mon avis ».

Que vous préfériez jouer 9, 12 ou 18 trous, il n’en reste pas moins qu’un rythme de jeu doit être maintenu. Alors plusieurs questions se posent. Quand devrait-on informer pour la première fois un nouvel adepte en matière d’étiquette pour le temps de jeu ? Quels outils un golfeur a-t-il à sa disposition pour aider son déplacement sur le parcours ? À qui revient la responsabilité d’informer ou d’éduquer les golfeurs en matière de temps de jeu ?

Pour répondre à la première question, le directeur général de Golf Québec Jean-Pierre Beaulieu, anciennement assistant professionnel au Club de golf Rosemère, s’est rapidement remémoré qu’une partie de son enseignement lors des cours pour débutants concernait l’étiquette sur le parcours et les gestes à poser pour conserver un bon temps de jeu.

« Où place-t-on son sac autour d’un vert ? Quand puis-je aller directement à ma balle ? Il y a beaucoup de petites habitudes qui doivent être enseignées » mentionne M. Beaulieu.

« À la base, c’est de choisir les bons jalons de départ et de développer l’instinct de jouer lorsque c’est possible de le faire et non d’attendre son tour », a-t-il renchéri.

Est-ce que les clubs de golf et les professionnels certifiés mettent suffisamment l’emphase sur cet aspect du jeu lorsqu’arrivent de nouveaux adeptes ? Chose certaine, de plus en d’intervenants sur les médias sociaux poussent en ce sens. L’équipe d’Au 19e fait sa part en publiant régulièrement de courtes chroniques sur les règles et l’étiquette à suivre.

Les outils mis en place

Les golfeurs et golfeuses qui embarquent sur un parcours disposent d’outils et d’éléments pour les aider à maintenir un bon temps de jeu. Bien souvent, le préposé aux départs mentionne la politique à suivre tout au long du parcours et les points repère qui s’y trouvent.

Selon le club de golf, les patrouilleurs circulent à l’aide de drapeaux de couleurs pour communiquer à distance le rythme des groupes. D’autres clubs disposent de plusieurs horloges placées à différents endroits sur le parcours dans le but de conscientiser régulièrement les golfeurs face à leur rythme de jeu.

Le fonctionnement des horloges est bien simple alors que la première, située au premier tertre, affiche l’heure actuelle, donc il s’agit de votre temps de départ. Toutes les autres horloges affichent des heures décalées de façon à ce que vous revoyiez votre heure de départ chaque fois que vous croisez une horloge. Si l’une des horloges affiche plus tard que votre temps de départ, cela signifie que vous avez pris du retard. Dans le meilleur des mondes, chaque groupe devrait toujours croiser des horloges qui affichent légèrement plus tôt que leur temps de départ, car rappelez-vous qu’un temps de jeu affiché, ne devrait pas être vu comme un objectif, mais plutôt comme une limite.

Peu importe les moyens mis à votre disposition et les interventions faites sur les parcours, il n’en reste pas moins qu’un golfeur ou une golfeuse consciente du temps de jeu de son propre groupe demeure la meilleure solution.

Ce que vous en pensez…

En 2014 et 2015, la Royal & Ancient a mené un sondage à l’échelle de la planète, recueillant les réponses de plus de 56 000 golfeurs dans 122 pays. Plus de 7500 d’entre eux étaient Canadiens.

Beaucoup d’éléments de ce sondage ont en quelque sorte mené à la modernisation des règles. Ayant pour objectif d’en connaître plus sur les habitudes des golfeurs afin d’augmenter la participation et la fréquence de jeu, le sondage indiquait que plus de 50 % des répondants ne seraient pas enclins à jouer davantage si le temps de jeu était plus court. Autre point intéressant, près du quart ont mentionné que si l’on parvenait à réduire de 20 à 40 minutes la durée d’une ronde de golf, ils seraient portés à jouer plus souvent !

Par contre, l’élément qui est ressorti du lot est en lien avec les générations plus jeunes. Les 25-44 ans indiquent qu’une amélioration entre une heure et une heure 30 minutes serait nécessaire pour augmenter leur fréquence de participation. Pour une partie de 18 trous, c’est un objectif pratiquement inatteignable.

Comment s’assurer alors d’un engouement pour les années à venir ? D’autant plus que le temps de jeu demeure, en termes d’importance, la 3e raison pour laquelle les gens jouent moins au golf. Les deux premières étant le travail et la famille.

4 h 30, est-ce long ou non ?

L’équipe d’Au 19e a mené sa propre enquête pour tenter de prendre le pouls des golfeurs et golfeuses par rapport à leur perception du temps de jeu. Lorsqu’il y a plus de 200 golfeurs sur un seul et même parcours, tous n’ont pas la même perception et c’est évidemment cette fameuse zone grise qui maintient ce débat en vie. Surtout si l’on ajoute à la discussion le temps de jeu observé lors des évènements professionnels à la télévision. Ce n’est pas rare de voir les meilleurs au monde franchir le fil d’arrivée en trio, après plus de 5 h.

Et pour vous, un temps de jeu raisonnable, ce serait quoi ?

Voir doc Word : Écran 3-Résultats sondage (si possible mettre tous les résultats du sondage dans une galerie)

La Modernisation des règles

Depuis janvier 2019 une refonte des règles de golf a permis de réduire de 34 à 24, le nombre de règles dans le livre approuvé par la R & A et la USGA. Cette récente modernisation simplifie la compréhension des règles du jeu, mais il faut savoir que de nombreuses modifications ont été apportées afin de favoriser un meilleur temps de jeu. L’arbitre de niveau international, Diane Barabé, a mentionné qu’il s’agissait d’un élément essentiel dans le cadre de cette fameuse refonte des règles. « C’est à la suite d’un sondage effectué à l’échelle mondiale par la R & A que les instances se sont réunies pour s’attaquer au temps de jeu. Ils ont fait un excellent travail si l’on regarde rapidement les règles les plus populaires. Par exemple, le drapeau que l’on peut maintenant laisser dans le trou. Le temps alloué pour chercher une balle est passé de cinq à trois minutes », énumère rapidement la dame qui préside le comité des règles de Golf Canada depuis 2017.

Une autre modification est le temps alloué pour frapper un coup, qui est toujours de 40 secondes, mais au lieu d’être mentionné dans la section étiquette, c’est directement intégré au niveau des règles.

Comme Mme Barabé se plaît à le dire, une politique de temps de jeu a beau être bien établie, elle doit être appliquée sur le parcours. Ceci est valable à tous les niveaux et c’est notre responsabilité, en tant que golfeur et golfeuse, de se les approprier et de les appliquer.

Plusieurs procédures ont également été modifiées, dont la manière de laisser tomber une balle lors de sa remise en jeu ou à la suite d’une pénalité. Autrefois, on devait laisser tomber la balle à la hauteur des épaules, alors que maintenant c’est à la hauteur des genoux. « Cela évite de recommencer et de laisser tomber de nouveau. Avant c’était une procédure ardue » mentionne Mme Barabé.

Cette modernisation des règles a été un travail colossal, mais comme rien n’est parfait, nous avons demandé à la principale intéressée s’il y avait un autre élément qui aurait pu être envisagé et modifié au niveau des règles, dans le but de favoriser un bon temps de jeu. « Au lieu de laisser tomber la balle, j’aimerais que l’on puisse tout simplement la placer… Un jour, peut-être ! »

En attendant les prochaines modifications, Diane Barabé prône l’effort individuel et surtout de ne pas avoir peur d’informer ses propres partenaires lorsqu’un geste peut être fait pour améliorer le temps de jeu. Nombreux sont ces petits gestes anodins qui peuvent être appliqués facilement à chaque trou et qui, au final, ont un effet multiplicateur.

Top 5

Le terme « temps de jeu » peut créer un certain stress pour plusieurs, mais rappelez-vous qu’il n’est pas nécessaire de courir entre chacun de vos coups pour jouer sous la barre des quatre heures. Voici donc nos cinq meilleurs conseils pour vous permettre de sauver plusieurs minutes sans vous sentir pressé sur le parcours.

#5 - Les yeux bien ouverts

Lorsque vous observez la trajectoire de votre balle ou celle de l’un des membres de votre groupe, soyez attentif pour voir vers où elle se dirige. Bien souvent, on contemple un excellent coup de golf en plein centre de l’allée, alors qu’on détourne le regard rapidement après un mauvais élan. Ironiquement, c’est lors de ces mauvais coups que l’on doit redoubler d’attention, pour retrouver facilement les balles égarées.

#4 - Votre sac au bon endroit

Que vous ayez atteint le vert en coups prescrits ou non, il est important de déposer votre sac en direction du prochain trou et non près de votre balle en bordure du vert, surtout si celle-ci se trouve à l’opposé du prochain tertre. En procédant ainsi, une fois le trou complété, vous serez en mesure de vous diriger directement au prochain tertre.

#3 - Routine simplifiée

Avoir une séquence préparatoire avant chaque coup est une bonne chose afin de maximiser ses chances de réussites. Par contre, plus votre routine possède d’éléments de vérification, plus vous mettez en péril la fluidité de votre mouvement. Non seulement une routine simplifiée, entre 10 et 20 secondes, contribue à un bon temps de jeu, mais elle favorise un mouvement fluide et sans appréhension.

#2 - Utilisez le temps des autres

Lorsque l’un de vos partenaires de jeu prépare ou exécute son coup, prenez ce temps pour analyser le vôtre et décider du coup à jouer. C’est utile dans l’allée, mais encore plus sur les verts. De cette façon, il ne vous restera plus qu’à déposer votre balle devant votre marqueur une fois que ce sera à votre tour de jouer.

#1 - La voie est libre ? Jouez !

Le terme anglophone « ready golf » est plus connu et suggère tout simplement de se diriger vers sa balle et d’exécuter son coup dès que la situation est sécuritaire, et ce, même si ce n’est pas à votre tour de jouer. Trop souvent, on accorde de l’importance à celui ou celle qui est le plus loin de la cible comme le prochain à jouer, alors que l’on devrait plutôt privilégier ceux et celles qui sont prêts à jouer !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.