Championnat canadien

Le CF Montréal éliminé, et humilié, par le Toronto FC

Le CF Montréal a vu rouge dans la métropole canadienne. Le Toronto FC s’est imposé 4-0 au BMO Field en demi-finale du Championnat canadien.

« On a touché le fond », a commenté le défenseur Alistair Johnston après la rencontre.

Ayo Akinola a marqué un doublé, alors que les Torontois ont réellement explosé en deuxième mi-temps avec trois filets.

Cette défaite sonne donc le glas du parcours des Montréalais, champions en titre, dans l’édition 2022 de cette compétition.

Johnston estime que la marque finale « ne reflète pas tout à fait » l’allure de la rencontre. Mais il concède que la performance des siens « n’a pas été à la hauteur, autant offensivement que défensivement ».

« On doit vivre avec ça et rebondir. »

Wilfried Nancy avait une lecture semblable.

« On a concédé de mauvais buts. On doit être plus agressifs. Ce n’est pas normal que des buts soient marqués comme ça. »

– Wilfried Nancy, entraîneur-chef du CF Montréal

Manque d’opportunisme

Montréal n’a pas su profiter d’un TFC qui cherchait encore à s’organiser dans les premiers instants de la première mi-temps. Ses deux meilleures occasions devant le filet se sont soldées par des tirs de Samuel Piette à l’orée de la surface (3e, 20e).

Par la suite, Toronto retrouvait son allure. On attaquait le filet de James Pantemis avec plus d’aplomb et, surtout, de réussite. On forçait la défense montréalaise, qui a joué mollement tout le match, à des glissades in extremis.

Jusqu’à ce que la digue lâche finalement. À la 40e, Ayo Akinola était servi dans la surface après une montée rapide avec Luca Petrasso et Jesús Jiménez, et enfilait à l’embouchure pour le premier but du match.

« On avait eu une bonne première mi-temps, souligne Nancy. Avant le but, on n’était pas trop mal. On a raté nos occasions parce qu’on a manqué de finition. »

Explosion de rouge

Les Montréalais sortaient des vestiaires avec énergie pour la deuxième période. Kei Kamara et Ahmed Hamdi venaient de remplacer Zorhan Bassong et Mathieu Choinière, respectivement. Et on pensait que les choix de l’entraîneur-chef allaient porter leurs fruits… jusqu’à ce qu’Akinola récidive.

L’attaquant canadien profitait d’autres largesses défensives de la brigade montréalaise à la 54e et prenait un puissant tir à l’entrée de la boîte. Camacho, étendu au sol après une glissade, ne pouvait que constater les dégâts.

« Les buts étaient super, s’est réjoui Akinola, souriant, après le match. Ils ont renforcé ma confiance. »

Montréal répondait positivement à ce deuxième but, mais n’a jamais pu violer la cage de Quentin Westberg. Pire, Toronto en marquait un troisième (Jiménez, 75e) après un autre cafouillage aux remparts. Pantemis ratait son dégagement, Camacho ne pouvait sortir le ballon malgré une tentative de coup du scorpion, et le ballon traversait la ligne.

« Notre transition défensive était vraiment pauvre, a lâché Johnston. Et ça commence avec nous, à l’arrière. On cherchait trop à remonter la pente, et ça a laissé nos arrières à découvert. »

« On sentait qu’on était dans le match jusqu’au troisième but, a-t-il continué. Peu importe contre qui on joue, surtout sur la route, si on tire de l’arrière 3-0, c’est une montagne difficile à gravir. Lorsque le troisième est entré, on était un peu sous le choc. »

Pantemis « voué à l’échec »

Les hommes de Bob Bradley poussaient même l’affront jusqu’à s’en permettre un quatrième quelques instants plus tard. Alejandro Pozuelo lobait le ballon devant le but à la 78e.

« Je me sens mal pour notre gardien et pour nos partisans. On les a mis dans une position difficile. James a finalement sa chance devant le filet, il s’est entraîné fort, et on l’a laissé tomber. […] On l’a un peu voué à l’échec. »

– Alistair Johnston

Séquence éreintante de matchs oblige, Nancy avait opté pour une grosse rotation au sein de son alignement. Ainsi, Jojea Kwizera obtenait un premier départ à l’attaque, Zorhan Bassong prenait place dans le couloir gauche, et Robert Thorkelsson était choisi pour compléter le corps défensif, notamment. L’équipe devait aussi composer avec des Djordje Mihailovic et Kamal Miller absents pour encore plusieurs semaines.

Johnston aurait-il souhaité que son entraîneur sélectionne un alignement plus régulier pour ce match de rivalité ?

« Ce groupe est plus que talentueux et a assez de profondeur pour qu’on fasse de la rotation, répond-il. […] On a manqué un peu de cette intensité et de cet instinct du tueur dont on a besoin dans un match entre rivaux. »

Cette défaite est la quatrième en six matchs pour le CF Montréal, toutes compétitions confondues. Il ne pourra participer à la Ligue des champions en 2023 que s’il termine au premier rang de sa conférence en 2022, ou s’il remporte la Coupe MLS.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.