Un souper presque parfait

Apportez votre plexiglas

L’une des choses qui nous ont le plus manqué durant les confinements, ce sont nos soupers joyeux, conviviaux, entre amis. L’essence d’Un souper presque parfait. Or, la téléréalité où les gens s’invitent mutuellement à souper et se donnent des notes est de retour lundi prochain. Comment ce « miracle » s’est-il réalisé ?

On aurait pu penser que la COVID-19 aurait raison de l’émission diffusée depuis 2010 (à V, puis à Noovo). Or, l’équipe de production d’Un souper presque parfait a mis les bouchées doubles pour ramener la téléréalité en ondes cet automne, en période de pandémie.

Afin de respecter les règles sanitaires, plusieurs changements sont survenus dans le cadre du tournage de la populaire émission dont les participants s’invitent mutuellement à souper. « On déplace une table faite sur mesure à chaque endroit d’une semaine à l’autre, afin d’assurer la distanciation. Il y a du plexiglas entre les candidats durant les repas. Le port du masque est obligatoire lors de la préparation des plats et pour leur distribution, on va utiliser un drone », a-t-on confié à La Presse cet été au cours d’une séance d’enregistrement des voix hors champ avec Antoine Vézina.

Ce dernier succède à André Ducharme à la narration. En novembre dernier, Ducharme (qui portait plusieurs chapeaux dans l’émission) a annoncé qu’il quittait Un souper presque parfait après... 1405 épisodes derrière le tablier. En plus du changement de narrateur, Un souper a un nouvel habillage visuel et sonore cet automne. L’indicatif musical de la série a été revisité par les concepteurs de Dazmo afin de lui donner une facture plus contemporaine, tout en gardant la mélodie bien connue de l’émission.

Antoine Vézina a décroché le rôle après avoir impressionné l’équipe en audition. Il précise qu’il ne « remplace » pas André Ducharme. « Je succède à André, nuance-t-il. Un souper..., c’est une machine très bien huilée. Depuis une décennie, le public connaît la formule. L’émission fait presque partie de l’inconscient collectif des Québécois. »

Narrateur et spectateur

Le narrateur d’Un souper presque parfait vient typiquement saupoudrer d’humour le déroulement d’un épisode, et souligner les erreurs des participants durant la préparation des repas. Or, qui aime bien châtie bien, et Vézina dit qu’il faut surtout avoir de l’empathie pour les participants.

« Je suis d’abord et avant tout un spectateur privilégié de l’émission. »

— Antoine Vézina, narrateur d’Un souper presque parfait

Ce qu’il trouve le plus dur dans son nouveau rôle ? « Je n’aime pas entendre ma voix. Je trouve ça difficile. Quand il joue, un comédien ne s’entend pas en général. Ici, je passe cinq heures par jour en studio à entendre ma voix. »

Antoine Vézina ne se met pas trop de pression. Et fait confiance à son équipe : « Je suis très bien entouré, avec des concepteurs aguerris ; des auteurs qui me nourrissent avec de bons textes. Moi, j’ai juste à ajouter un truc ici, une idée là, j’improvise parfois. »

À la question de savoir si le narrateur sera aussi présent sur les réseaux sociaux qu’André Ducharme l’a été, Antoine Vézina laisse la porte de la cuisine entrouverte : « Je n’en ai pas encore discuté avec la production. Je ne suis pas très assidu sur les réseaux ; j’ai trois amis sur Facebook ! Mais je suis ouvert aux nouveaux défis. »

La 12saison d’Un souper presque parfait commence le lundi 13 septembre à 18 h sur Noovo. Le diffuseur présentera 65 épisodes cet automne, du lundi au vendredi, puis 50 autres épisodes de 30 minutes à l’hiver 2022.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.