M o d e d e v i e

Les 5 règles d’or d’une habitation intergénérationnelle

Des grands-parents heureux de passer plus de temps en compagnie de leurs petits-enfants. Des amoureux qui se retrouvent enfin, le temps d’un souper. Des tout-petits qui ont la chance de grandir dans une vaste maison remplie d’action. En réunissant plusieurs générations dans une même habitation, chacun y trouve son compte. Toutefois, il importe de suivre certaines règles pour assurer l’harmonie de ce mode de vie.

1. Encouragez la communication.

Plus il y a de gens sous un seul toit, plus les risques de conflits d’horaire et de fâcheux malentendus augmentent. Convenez d’une plateforme de communication où centraliser les messages à l’intention de tous. Il peut s’agir d’un groupe privé sur les réseaux sociaux, d’un calendrier commun ou simplement d’un tableau blanc effaçable à sec dans un joli cadre bien à la vue de tout le monde.

Réglez les problèmes entre membres de la famille le plus tôt possible, en faisant preuve d’ouverture à l’égard des autres générations.

2. Définissez une hiérarchie de l’autorité.

Avant même d’emménager ensemble, il est important de clarifier qui prend quelles décisions dans la maison. Les propriétaires de l’immeuble ont-ils le dernier mot ? Procédez-vous plutôt par vote ? Les grands-parents peuvent-ils réprimander les petits-enfants, et si oui, de quelle façon ? Chacun fait-il sa propre épicerie ? Y a-t-il un horaire pour la préparation des repas ?

De nombreux arrangements sont possibles ; il suffit d’en discuter et de définir des paramètres que tous sont prêts à adopter.

3. Clarifiez les responsabilités financières.

Un peu à la manière d’un plex, une habitation intergénérationnelle permet aux occupants d’en partager les coûts et de réaliser des économies. Comment prévoyez-vous répartir cette charge financière ? Les propriétaires de l’immeuble assument-ils seuls les versements hypothécaires, les taxes municipales et scolaires et les différents services ? Ces frais sont-ils divisés en parts égales ou en proportion de l’espace occupé ? Qu’en est-il des rénovations nécessaires pour adapter les lieux en fonction de problèmes de mobilité ?

Mieux vaut mettre au clair le sujet de l’argent en début de projet, pour éviter qu’il occasionne des frustrations ou un déséquilibre dans les relations plus tard.

4. Assurez-vous que chacun a son intimité.

Une habitation intergénérationnelle favorise de précieux moments. Néanmoins, chacun doit aussi avoir son sanctuaire bien à lui où il peut se recueillir et pratiquer des activités qu’il aime. S’il n’est pas possible pour chaque occupant d’avoir sa propre pièce fermée ou son propre logement, prévoyez au moins un espace (ou un élément) bien défini et rien qu’à lui, comme un fauteuil confortable ou un bureau de travail.

Cette approche permet à chacun d’avoir un petit chez-soi à son goût, entouré d’un décor et d’objets personnels auxquels il s’identifie, même si son style ne cadre pas nécessairement avec celui de toute la maisonnée.

5. Pensez aux besoins — actuels et futurs — de chacun.

Ajustez la vocation des pièces en fonction des besoins particuliers de tous. Par exemple, si un aîné ayant des problèmes d’audition écoute la télévision à volume très élevé, aménagez sa chambre le plus loin possible de celle d’un étudiant qui travaille mieux dans un silence parfait. Si certaines personnes éprouvent de la difficulté à se déplacer, faites en sorte qu’elles dorment là où elles n’auront pas à emprunter les escaliers pour se rendre à la toilette la nuit.

Effectuez les travaux nécessaires pour que les lieux soient accessibles et sécuritaires pour tous les occupants, par exemple en installant des veilleuses avec détecteur de mouvements et en gardant les médicaments hors de portée des jeunes enfants.

Anticipez comment ces besoins pourraient évoluer avec les années. Même si les grands-parents sont actuellement en pleine forme, peut-être que, dans une dizaine d’années, un bain adapté permettant de leur offrir des soins s’avérera plus pratique qu’une douche vitrée. Ou encore : deux enfants qui partagent un lit superposé préféreront avoir chacun leur chambre une fois adolescents, qui sait ?

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.