Vers la COP15

Le CHUM se prépare « à toute éventualité »

Le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) se prépare « à toute éventualité » pour la COP15, incluant le « pire scénario ». Certains accès à l’hôpital seront revus et, en cas d’urgence, des corridors de soins et des plans de détournement d’ambulances sont en place. Des agents de sécurité supplémentaires ont aussi été embauchés ces derniers jours.

« Notre plus grande préoccupation, ce sont surtout les manifestations ou les marches qui pourraient arriver de façon impromptue autour de notre périmètre, ce qui viendrait ralentir l’accès aux milieux de soins », lance la directrice des communications du CHUM, Irène Marcheterre, en entrevue avec La Presse. Son groupe demande d’ailleurs aux organisateurs de « respecter le corridor d’accès à l’hôpital, afin de pouvoir prendre en charge les patients qui en auront besoin ».

Pour le reste, le centre hospitalier assure qu’il a « augmenté son niveau de préparation » en vue de la COP15, qui engendrera la venue de jusqu’à 15 000 délégués entre le 7 et le 19 décembre.

Une cellule de crise, mise sur pied à la fin d’octobre, a déjà déterminé toutes les mesures à prendre, en se basant sur des exemples récents comme la crise étudiante de 2012 ou encore la grande manifestation pour le climat en septembre 2019.

« On a ajouté une équipe d’agents de sécurité avec des officiers et des agents d’évènements qui vont pouvoir se déplacer d’une entrée à l’autre, en fonction des évènements. On parle d’une dizaine d’agents en plus dans un premier temps, mais on pourrait en ajouter davantage », confie la coordonnatrice aux mesures d’urgence et à la sécurité du CHUM, Josée Rondeau.

Plusieurs signaleurs routiers s’ajouteront aussi aux effectifs du centre hospitalier, en plus de la police montréalaise, afin de l’aider à adapter les trajets des ambulances en cas d’entraves. « On a aussi évalué le pire scénario, à savoir si toutes nos trajectoires sont compromises. Il y aurait alors des corridors de soins activés avec d’autres centres hospitaliers, et des détournements d’ambulances pour continuer à soigner la clientèle », insiste encore Mme Rondeau.

Une idée des entraves

Les principaux accès de l’hôpital, rues Sanguinet et Saint-Denis, seront maintenus, mais les entrées secondaires devraient être bloquées par mesure de sécurité. Le tunnel donnant accès au CHUM, à la sortie du métro Champ-de-Mars, sera quant à lui fermé durant toute la durée de la COP15, tout comme la station Place-d’Armes, qui sera entièrement fermée du 1er au 21 décembre.

Si les manifestations devaient par exemple déboucher sur le boulevard René-Lévesque, « on va pouvoir continuer à accéder au sud de l’hôpital », assure Mme Rondeau.

« Notre quadrilatère est très grand. Nos stationnements à l’intérieur sont interreliés, ce qui nous permet d’avoir une certaine marge de manœuvre pour accueillir la clientèle en cas de besoin. »

– Josée Rondeau, coordonnatrice aux mesures d’urgence et à la sécurité du CHUM

Dans des avis internes, la direction du CHUM émettra aussi certaines recommandations à ses employés dans les prochains jours. Sur le plan clinique, notamment, la téléconsultation sera privilégiée au maximum. « On l’a fait pendant la pandémie, on sait que ça fonctionne très bien pour certaines spécialités. Ce sera mis de l’avant », évoque à ce sujet Irène Marcheterre.

Elle rappelle aussi aux employés et autres acteurs externes qu’il sera important « d’avoir en tout temps leur carte d’accès pour accéder aux portes qui seront verrouillées », afin de faciliter la circulation au sein du complexe hospitalier.

« On a beaucoup appris de la COVID-19. Non seulement on est équipés pour faire du télétravail, mais on s’est aussi réinventés dans nos façons de faire. Pour nos plans de contingence, on a donc repris un peu ce qu’on avait appris de cette pandémie », souffle de son côté Josée Rondeau.

Rappelons que plusieurs entraves sont prévues dans les prochaines semaines dans le centre-ville de Montréal. De larges clôtures retrancheront une voie de circulation dans chacune des rues entourant le lieu de la rencontre, dont les axes Viger, Saint-Urbain, Saint-Antoine, ainsi que place Jean-Paul-Riopelle. Plusieurs manifestations anticapitalistes et écologistes sont également prévues entre les 7 et 10 décembre.

À ce jour, des milliers d’étudiants se sont notamment dotés d’un mandat de grève, jugeant que les COP « visent à nous faire croire que nos élus ont les mains sur le volant, alors qu’ils ne font aucun effort » pour contrer la crise climatique. Certaines associations ont même appelé à « bloquer » la tenue de l’évènement international. Le collectif COP15 organise aussi un grand rassemblement, le 10 décembre prochain.


EN SAVOIR PLUS

4100
C’est le nombre exact de membres du personnel infirmier travaillant actuellement au CHUM. On y compte aussi plus de 1000 médecins, 34 dentistes et 86 pharmaciens, et plus de 2000 autres professionnels de la santé. Environ 4200 résidants, étudiants et stagiaires y gravitent également.

Source: Source : chum

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.