Grand Prix d’Italie

Doublé de McLaren à Monza

Max Verstappen et Lewis Hamilton ont dû abandonner

Daniel Ricciardo a remporté un Grand Prix d’Italie où le meneur au championnat, Max Verstappen, et son rival pour le titre, Lewis Hamilton, ont subi une collision qui a mis fin à leur journée, dimanche.

Ricciardo a procuré à McLaren une première victoire en près de neuf ans, soit depuis celle de Jenson Button au Brésil en 2012.

Ricciardo n’avait pas gagné de course depuis Monaco, en 2018. Il a fini 1,747 seconde devant son coéquipier Lando Norris et 4,921 secondes devant Valtteri Bottas, de Mercedes. Ce dernier partait de l’arrière de la grille à cause d’une pénalité liée à l’utilisation d’un nouveau moteur.

Ricciardo a célébré de sa manière habituelle : il a bu du champagne versé dans l’une de ses chaussures – il a même amené Norris à l’imiter.

« Ça fait longtemps. C’est merveilleux. Nous n’avions pas la vitesse maximale, mais ça a suffi pour garder Max derrière nous. J’avais le sentiment depuis vendredi que quelque chose de bon allait arriver. »

— Daniel Ricciardo

L’incident Verstappen-Hamilton est survenu au 26e des 53 tours de l’épreuve.

Hamilton menait au moment d’aller aux puits. Il est revenu en piste juste devant Verstappen. Le pilote de l’écurie Red Bull a voulu se placer à l’intérieur dans un virage, tandis que le champion de sept saisons tentait de défendre sa position.

Lors de l’impact, le bolide de Verstappen a surmonté la Mercedes, et les deux voitures sont allées sur le gravier.

« C’est ce qui vous arrive quand vous ne libérez pas l’espace », a dit à la radio de l’équipe un Verstappen furieux.

Les deux pilotes ont pu sortir de leur voiture, bien que Hamilton ait pris beaucoup plus de temps à le faire.

Les commissaires ont étudié la séquence, en venant à la conclusion que la faute venait largement de Verstappen. Il perdra trois places en vue de la grille de départ du Grand Prix de la Russie, le 26 septembre.

« Je suis fier des commissaires, a dit Hamilton. J’ai besoin de temps pour réfléchir à l’incident, mais je crois que la pénalité établit un précédent. C’est important pour la sécurité des pilotes qu’il y ait des règles strictes en place. »

Hamilton croit que l’anneau au devant du cockpit lui a peut-être sauvé la vie.

« C’est encore un choc, a reconnu Hamilton, plusieurs heures après le contact. Et je suis pilote depuis très longtemps. Je suis si reconnaissant d’être encore là, je me sens vraiment béni. On aurait dit que quelqu’un veillait sur moi [dimanche]. »

Au sommet du classement des pilotes, Verstappen a cinq points de plus que Hamilton.

« Il faut que deux personnes travaillent ensemble dans un virage, a fait valoir Verstappen, au sujet de la collision. Lewis ne cessait de s’approcher et il n’y avait plus d’espace pour deux voitures. Je voulais conduire de façon intense mais en respectant l’esprit sportif.

« Je ne suis pas totalement d’accord avec la sanction. Je suis d’avis que c’est un incident venant du déroulement d’une course », a-t-il poursuivi.

« Ce qui est arrivé est bien malheureux, mais nous sommes tous deux des professionnels. Nous allons passer à autre chose. »

— Max Verstappen

Ricciardo a connu un excellent départ, l’Australien ravissant la tête à Verstappen au premier virage.

Derrière, Hamilton, partant quatrième, a réussi à dépasser Norris, mais une tentative de prendre l’extérieur aux dépens de Verstappen l’a envoyé sur le gazon. Norris a donc repris sa place.

« Il [Verstappen] m’a poussé à l’écart ! », a décrié Hamiton, à la radio de l’équipe.

Norris a gardé ses acquis, et un Hamilton dépité a vu Ricciardo et Verstappen s’éloigner un peu plus à chaque tour.

Visitant les puits au 23e tour, Ricciardo en est ressorti septième.

Ayant des ennuis avec ses pneus, Verstappen a fait un arrêt au 24e tour. Il a dû rester aux puits 11,1 secondes, durant lesquelles Hamilton a devancé Norris en première place. Peu après, une collision a mis fin à la course de Hamilton et Verstappen.

Une sanction a fait glisser Sergio Pérez, de Red Bull, de la quatrième à la cinquième place, entre les Ferrari de Charles Leclerc et de Carlos Sainz.

Le Québécois Lance Stroll a terminé septième au volant de son Aston Martin.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.