Fonds du Grand Mouvement

VIDE TA SACOCHE : METTRE DU BAUME AU CŒUR

L’organisme Vide ta sacoche s’est donné pour mission de faire du bien à des personnes fragilisées en leur faisant don de produits de soins, d’articles d’hygiène ou de cosmétiques. Ces trousses remplies de « douceurs » viennent mettre un baume au cœur de personnes qui, pour toutes sortes de raisons, vivent des moments difficiles.

Réconforter les plus vulnérables

L’an dernier, plus de 3540 sacs-cadeaux ont été remis par l’organisme Vide ta sacoche à des personnes fragilisées. Ce grand mouvement de solidarité a pris naissance dans le cœur (et le sous-sol) de Marie-Anik Shoiry, à Québec en 2018. L’avocate de profession voulait apporter un peu de réconfort à des femmes qui se trouvaient en maison d’hébergement pendant la période des Fêtes. Entourée de complices qui croyaient aussi fort qu’elle à l’importance de ce geste, la fondatrice de Vide ta sacoche est parvenue à recueillir des produits de soins neufs et à remettre 600 sacs dès cette première occasion.

« On peut penser que des produits de soins ou des cosmétiques, c’est superficiel. Mais prendre soin de soi, ça fait du bien. On nous dit souvent que recevoir une trousse ou un sac-cadeau, c’est comme un baume.  »

— Marie-Anik Shoiry, fondatrice, Vide ta sacoche

Répondre aux besoins essentiels

Vide ta sacoche vient en aide à plusieurs clientèles vulnérables : personnes en situation d’itinérance, résidents de CHSLD, victimes de violence conjugale, ados en centre d’hébergement, travailleuses du sexe, personnes aux prises avec des dépendances, etc. L’organisme à but non lucratif (OBNL) récupère et achète des articles d’hygiène qu’elle redonne à des gens vivant en situation de précarité ou d’itinérance. Shampoing, savon, gel pour le corps, produits d’hygiène féminine, brosse à dents et dentifrice… « Le produit le plus demandé par les organismes avec lesquels nous travaillons, c’est du déodorant, relate Marie-Anik Shoiry. Se laver, se sentir propre, c’est la base du bien-être et de la dignité. »

Prendre soin de nos jeunes

Vide ta sacoche collabore avec de nombreux organismes qui viennent en aide aux jeunes adultes vulnérables. L’un de ses programmes vise, par exemple, à fournir des trousses remplies d’essentiels de soins aux ados qui atteignent la majorité et s’apprêtent à voler de leurs propres ailes, parfois sans réseau pour les soutenir. Pour ces garçons et ces filles qui font un passage en centre jeunesse, la symbolique d’un tel cadeau va bien au-delà de la valeur des articles reçus. « Encore une fois, ça fait du bien », résume la fondatrice de l’organisme.

Redonner

La portée environnementale de « vider sa sacoche » est considérable. La récolte de 100 000 produits en 2021 a évidemment permis d’éviter que ceux-ci soient jetés au rebut. De nombreux partenaires – pharmacies, entreprises de cosmétiques, détaillants de la région – ont emboîté le pas et offrent des palettes de produits neufs à redistribuer dans la communauté. En adoptant un modèle d’économie sociale, l’organisme de Québec contribue à réduire le gaspillage, en plus d’aider les gens.

Retrouver confiance

La fondatrice du mouvement insiste : les produits de beauté, c’est loin d’être superficiel pour les femmes qui les reçoivent. Celles-ci disent souvent qu’il s’agit d’un premier pas vers une démarche de réinsertion sociale. « Recommencer à prendre soin de soi, se maquiller avant de passer une entrevue, avoir accès aux mêmes produits que nos amies à l’adolescence, ça peut avoir tout un effet sur la confiance en soi », explique Marie-Anick Shoiry. Le financement d’un OBNL n’étant pas une mince affaire, la femme de cœur s’investit corps et âme pour que Vide ta sacoche poursuive sa mission encore longtemps. Parce que les besoins sont grands.

Faire du bien, ensemble.

Le soutien du Fonds du Grand Mouvement de Desjardins a permis à l’organisme de faciliter la logistique des cueillettes et livraisons, mais surtout d’étendre son action en allant directement à la rencontre des clientèles fragilisées pour leur « livrer » une bonne dose de réconfort.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.