Formation continue

Rester à l’affût des tendances pour mieux servir ses clients

Fiscalité, planification de la retraite, placements, assurances et bien d’autres : la gestion du patrimoine comprend plusieurs domaines d’expertise en constante évolution. Pour optimiser la situation financière et le patrimoine de ses clients, le planificateur financier doit donc investir beaucoup de temps en formation continue pour rester à jour et au courant des thèmes qui enflamment l’actualité.

Les enjeux de diversité, avec notamment le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, mais aussi tout ce qui touche à la présence de femmes dans les organisations, sont suivis de près par Francis Paquette, planificateur financier et spécialiste de l’investissement responsable à la Caisse d’économie solidaire de Desjardins. En plus de l’actualité, il suit les activités des réseaux québécois, canadiens, européens et mondiaux dans le domaine et participe à des ateliers virtuels pour rester à jour.

« La diversité est un enjeu très actuel, et c’est en restant au courant des dernières tendances que je peux aller chercher toute l’information qui me permet de répondre aux questions des clients »

— Francis Paquette, planificateur financier à la Caisse d’économie solidaire de Desjardins

Il constate que c’est tout de même d’abord les enjeux environnementaux qui amènent la majorité de ses clients à s’intéresser à l’investissement responsable. « Mais, plus ils se renseignent, plus ils s’intéressent aux autres volets », ajoute-t-il.

En plus de ces heures qu’il investit chaque semaine pour rester au fait de l’actualité, Francis Paquette doit aussi faire des formations reconnues par l’Institut québécois de planification financière (IQPF).

« Par exemple, j’ai fait l’an dernier la formation de l’Association canadienne de l’investissement responsable qui permet d’utiliser le titre de spécialiste de l’investissement responsable », indique-t-il.

Même si cette passion le tient occupé, il fait aussi des formations dans d’autres branches de son domaine. Par exemple, il a suivi l'été dernier un cours sur les fonds négociés en Bourse offert par un organisme de Toronto qu’il a trouvé dans le répertoire de l’IQPF.

Formation obligatoire

L’IQPF exige 40 heures de formation continue tous les deux ans. Un cours est obligatoire pour tous les membres tous les quatre ans, et actuellement, il porte sur les nouvelles technologies. Ce cours aborde notamment les questions de protection des renseignements personnels, de sécurité informatique et d’offre de conseils par internet ou à distance.

L’Institut exige aussi que certaines heures de formation continue soient consacrées au domaine de la planification financière intégrée, puis à la conformité aux normes, à l’éthique et à la pratique professionnelle. Le reste peut être fait dans un ou plusieurs domaines de la planification financière, selon les besoins du professionnel.

L’IQPF organise aussi chaque année un congrès où des thèmes d’actualité sont abordés.

« Cette année, il portait sur le décaissement parce qu’en raison de la démographie et de la pandémie, beaucoup de gens s’apprêtent à décaisser. »

— Chantal Lamoureux, présidente-directrice générale de l’IQPF

L’organisation donne aussi chaque année des bourses de recherche à des étudiants aux cycles supérieurs et suit la sortie des résultats pour créer de nouvelles formations. Un élément qui a été intégré dans les cours de l’IQPF ces dernières années est la finance comportementale, soit le lien entre la psychologie et le comportement de l’investisseur.

« Il faut comprendre comment le cerveau réagit dans différentes situations, affirme Daniel Lanteigne, président du conseil d’administration de l’IQPF. Parce que le planificateur financier va souvent présenter des solutions optimales à ses clients. Mais ils n’y adhéreront pas nécessairement à 100 %. Il y a d’autres éléments de la vie qui entrent en jeu et les planificateurs financiers doivent en tenir compte. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.