Brésil

« Le surgissement d’une extrême droite fanatique, en colère, qui déteste tout ce qui ne pense pas comme elle est un nouveau monstre que nous devons affronter et abattre. »

— Le nouveau président du Brésil Lula, dans une déclaration devant des recteurs d’université au palais présidentiel à Brasília (AFP)

Haïti

Rapt des passagers d’un autocar venant de République dominicaine

Des passagers d’un autocar de la compagnie Capital Coach Line provenant de Saint-Domingue, en République dominicaine, et à destination de Port-au-Prince, ont été enlevés mercredi après-midi par les membres d’un gang en banlieue de la capitale haïtienne, a déclaré la police de Haïti jeudi. Les autorités n’ont pas pu confirmer le nombre de personnes enlevées mais le car transportait 37 passagers, a indiqué le propriétaire de la compagnie, Roosevelt Jean-François, à des médias haïtiens. L’hôtesse de bord, blessée lors de l’attaque, a été hospitalisée, a-t-il ajouté. Les forces de l’ordre ont dit avoir récupéré « au moins sept personnes qui se trouvaient à bord du bus », ainsi que le véhicule. Le chauffeur, de nationalité dominicaine, est « détenu par les bandits », ont-elles précisé. Depuis plusieurs années, des bandes criminelles contrôlent la zone située entre la frontière haïtianno-dominicaine et Port-au-Prince, et commettent des enlèvements ou des détournements de convois de marchandises.

— Agence France-Presse

Royaume-Uni

Rishi Sunak se filme en voiture sans ceinture de sécurité

La police britannique va se pencher sur une vidéo publiée jeudi où le premier ministre Rishi Sunak apparaît sans ceinture à l’arrière d’une voiture, « une erreur de jugement » pour laquelle il a présenté ses excuses, selon Downing Street. Dans cette vidéo réalisée pour les réseaux sociaux, le chef du gouvernement conservateur évoque avec entrain sa politique de rééquilibrage territorial, assis à l’arrière d’une voiture sans porter sa ceinture de sécurité, lors d’un déplacement dans le Lancashire. « Nous sommes au courant de l’affaire et allons l’examiner », a déclaré un porte-parole de la police locale. Le non-port de la ceinture peut être sanctionné par une amende pouvant aller jusqu’à 500 livres sterling (833 $ CAN). Rishi Sunak « admet totalement que c’était une erreur et présente ses excuses », a fait valoir Downing Street. Avant même cet incident, Rishi Sunak avait vu les critiques se multiplier la semaine dernière après avoir effectué plusieurs vols en jet pour de courts trajets, d’une trentaine et une quarantaine de minutes.

— Agence France-Presse

Syrie

Premiers vaccins anticholéra pour les zones rebelles

Les premières doses de vaccin anticholéra sont arrivées jeudi dans les zones qui échappent au contrôle du régime dans le nord-ouest de la Syrie, où l’épidémie se propage, a rapporté un correspondant de l’AFP. Pour la première fois depuis 2009, le choléra est réapparu en Syrie, où la maladie est favorisée par l’absence de réseaux d’égouts ou d’eau potable. Deux camions transportant « 1,7 million de doses de vaccin » ont franchi jeudi le passage de Bab al-Hawa, qui relie la Turquie aux zones tenues par des rebelles et djihadistes dans la région d’Idlib, a précisé à l’AFP un responsable régional de la communication de l’UNICEF, Ammar Ammar. Ce dernier a assuré que l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) œuvraient à « fournir des vaccins à l’ensemble de la Syrie ». Ces doses sont les premières à parvenir dans la région d’Idlib, a précisé à l’AFP un responsable de la santé de cette zone, Rifaat al-Farhat. Plus de quatre millions de personnes vivent dans les zones qui échappent au contrôle du régime syrien dans le nord-ouest du pays.

— Agence France-Presse

COVID-19 en Chine

Pékin inquiet des déplacements lors du Nouvel An lunaire

Le président chinois Xi Jinping a dit se faire « du souci » pour la situation épidémique dans les campagnes, où des dizaines de millions de Chinois retrouvent actuellement leurs familles pour les fêtes du Nouvel An lunaire. Les autorités s’attendent à plus de deux milliards de voyages (voiture, train, avion, bateau) entre le 7 janvier et le 15 février. L’année du Lapin débute le 22 janvier. L’arrivée dans des zones rurales qui sont parfois des déserts médicaux, de dizaines de millions de Chinois des villes, où la COVID-19 a contaminé la grande majorité des habitants, devrait provoquer une hausse des cas. Depuis le 7 janvier, quelque 480 millions de voyages ont été effectués (+ 47,1 % par rapport à la même période de l’an passé), selon le gouvernement. Les voyageurs se pressaient jeudi dans les principales gares du pays, heureux de pouvoir rentrer chez eux passer les fêtes, qui débuteront par le réveillon samedi soir.

— Agence France-Presse

Pérou

Champ de bataille dans les rues de Lima

Des milliers de personnes, surtout en provenance des Andes, manifestaient pour réclamer la démission de la présidente péruvienne Dina Boluarte jeudi dans le centre-ville de Lima, où de violents heurts ont éclaté entre protestataires et policiers, qui ont fait usage de gaz lacrymogène.

À Lima, une grande partie des manifestants ont défilé dans le calme. Mais des affrontements violents, qui se sont poursuivis dans la nuit de jeudi à vendredi, ont eu lieu dans le centre-ville, des manifestants lançant pierres, morceaux de pavé ou bouteilles sur les forces de l’ordre, ou les affrontant directement armés de bâtons.

Les policiers ont répondu par des volées de gaz lacrymogènes qui ont fait fuir les manifestants, utilisant des chiffons trempés dans du vinaigre pour atténuer la piqûre dans leurs yeux et sur leur peau.

Dans plusieurs endroits, les forces de l’ordre ont dû reculer sous la pression avant de reprendre position.

Un journaliste de l’AFP a vu au moins deux blessés, et les policiers ont procédé à plusieurs arrestations. 

« Nous avons 11 800 policiers dans les rues pour le contrôle des émeutes. Nous avons plus de 120 fourgons et 49 véhicules militaires et aussi la participation des forces armées », avait déclaré dans la matinée le général Victor Zanabria, chef de la police de la région de Lima.

Au coucher du soleil, des feux couvaient dans les rues du centre-ville de Lima, tandis que les manifestants jetaient des pierres sur les policiers qui ont utilisé tellement de gaz lacrymogènes qu’il était difficile de voir. 

Tard dans la soirée de jeudi, les pompiers s’efforçaient d’éteindre un brasier qui s’est déclaré dans un vieil immeuble situé à proximité des manifestations qui se déroulaient sur la Plaza San Martín, dans le centre de Lima, mais son lien avec les manifestations n’était pas clair.

Des images ont montré des personnes se précipitant pour sortir leurs affaires du bâtiment, qui se trouvait à proximité de plusieurs bureaux gouvernementaux.

Deux nouveaux morts

Les affrontements ont fait deux nouveaux morts dans le sud du pays. À Arequipa, deuxième ville du Pérou, de violents heurts autour de l’aéroport se sont soldés par un mort – un homme d’une trentaine d’années – et dix blessés, selon le bureau du Médiateur du peuple.

Un peu plus tôt, le bureau avait fait part du décès d’un autre homme, blessé la veille dans des heurts à Macusani, près de Puno, à la frontière bolivienne.

Cela porte à 45 (44 manifestants et un policier) le nombre des personnes ayant perdu la vie dans des troubles depuis le 7 décembre, date du début de la crise.

— Agence France-Presse et Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.