Nouvelle-Zélande

16 ans

La Cour suprême de Nouvelle-Zélande a estimé lundi que l’âge actuel du droit de vote, fixé à 18 ans, enfreint les droits des plus jeunes, incitant le gouvernement à envisager de l’abaisser à 16 ans. (AFP)

Chine

Un incendie dans une usine fait au moins 38 morts

Au moins 38 personnes sont mortes et 2 autres ont été blessées dans un incendie qui a ravagé une usine dans le centre de la Chine, a indiqué mardi (heure locale) l’agence officielle Xinhua, citant les autorités locales. L’incendie a eu lieu « lundi après-midi dans une usine de la ville d’Anyang, dans la province centrale du Henan », a précisé l’agence officielle chinoise, sans donner davantage de précisions. Selon les médias d’État, les services de secours ont été alertés d’un incendie à 16 h 22 sur le site de l’entreprise Kaixinda Trading. Outre les 38 morts, 2 personnes ont été blessées et transportées à l’hôpital, mais leur vie n’est pas en danger, selon CCTV. Selon les autorités, des « suspects criminels » ont été placés en garde à vue en lien avec cet incendie. Lundi également, une explosion s’était produite dans une usine chimique du nord de la Chine, selon un média officiel qui n’a pas avancé de bilan humain mais des dégâts matériels dans les immeubles alentour.

— Agence France-Presse

Iran–Irak

Troisième frappe meurtrière de Téhéran au Kurdistan irakien

L’Iran a bombardé dans la nuit de dimanche à lundi ses opposants kurdes basés en Irak voisin, tuant un combattant de ces factions dissidentes accusées d’attiser les manifestations qui secouent la République islamique depuis plus de deux mois. C’est la troisième fois en moins d'un mois que les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de l’Iran, lancent des attaques aux drones et missiles contre le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran (PDKI) et le groupe nationaliste kurde iranien Komala, installés depuis les années 1980 dans la région du Kurdistan autonome dans le nord de l’Irak. Des bombardements iraniens ont également eu lieu les 28 septembre et 14 novembre, alors que le Kurdistan d’Irak a également subi, dimanche, des frappes aériennes de la Turquie contre des bases de rebelles kurdes turcs. Bagdad a dénoncé les bombardements iraniens et turcs comme des « violations de la souveraineté de l’Irak ».

— Agence France-Presse

Russie

Privé de bottes d’hiver, l’opposant Navalny porte plainte en prison

L’opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, qui dénonce depuis des semaines un durcissement de ses conditions de détention, a indiqué lundi qu’il poursuivait en justice sa prison, car il est privé de bottes d’hiver alors que la neige et le froid sont arrivés. Selon l’opposant, cette privation « est un excellent exemple de la fourberie et de la sophistication du système de pressions » dans les prisons russes. « Si on ne te donne pas de bottes d’hiver, ça veut dire que tu ne sors pas en promenade (et tu en souffres) ou alors tu sors en promenade et tu tombes malade (ce qui m’est déjà arrivé) », a-t-il expliqué dans un message transmis à ses avocats et publié sur ses réseaux sociaux. « Quand elle sent qu’elle a un levier supplémentaire, l’administration commence à vous tordre le bras et à exiger que vous fassiez des concessions », a déclaré Alexeï Navalny.

— Agence France-Presse

Aide alimentaire

L’ONU va accorder 5,4 milliards au Liban

Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU va accorder 5,4 milliards de dollars d’aide sur trois ans au Liban pour venir en aide à la population locale et aux réfugiés syriens dans ce pays plongé dans une effroyable crise économique, a déclaré lundi le premier ministre Najib Mikati. Cette somme devra être « répartie à parts égales entre les Libanais et les réfugiés syriens », qui bénéficient de l’aide du PAM depuis 2012, a précisé M. Mikati. Le PAM « continuera de fournir une aide d’urgence, en nature et en espèces », a promis son directeur au Liban, Abdallah al-Wardat, assurant que l’aide bénéficiera à « un million de réfugiés syriens et un million de Libanais » entre les années 2023 et 2025. Le Liban accueille environ deux millions de Syriens depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, alors que près d’un million sont inscrits auprès de l’ONU comme réfugiés.

— Agence France-Presse

Conflit au Mali

Près de 150 000 enfants dépourvus d’identité légale

Près de 150 000 enfants déplacés par le conflit au Mali n’ont pas de certificat de naissance et risquent l’exclusion et la privation de leurs droits faute de pouvoir prouver leur identité, indique le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). « Des milliers d’enfants sont mis au ban de la société alors qu’ils devraient être sur le banc de l’école », a relevé Maclean Natugasha, directeur pour le Mali du NRC, dans un communiqué. Ces 148 000 enfants font partie des 422 620 personnes déplacées par la guerre au Mali, selon les chiffres d’août d’un outil de suivi commun à l’ONU et aux autorités maliennes. Ils ont soit perdu leur acte de naissance lors de la fuite précipitée de leur foyer, soit « n’en ont jamais eu en raison du fonctionnement limité des services d’état civil dans certaines régions », explique le NRC.

— Agence France-Presse

Guerre en Ukraine

Découverte de « sites de torture » russes à Kherson

Le parquet général ukrainien a annoncé lundi avoir trouvé quatre « sites de torture » utilisés par les Russes à Kherson avant leur retraite forcée de la région il y a une dizaine de jours, Kyiv accusant Moscou de crimes de guerre.

Selon le parquet, les enquêteurs ukrainiens se sont rendus dans « quatre » immeubles, notamment des « centres de détention provisoire » d’avant-guerre, « où, lors de la prise de la ville, les occupants ont illégalement détenu des personnes et les ont brutalement torturées ».

« Des morceaux de matraques en caoutchouc, une batte en bois, un appareil utilisé par les occupants pour électrocuter les civils, une lampe à incandescence et des balles […] ont été saisis », a ajouté la même source, dix jours après la reprise de Kherson par l’armée ukrainienne à l’issue d’une contre-offensive qui a duré deux mois.

Depuis la libération de Kherson le 11 novembre, Kyiv a dénoncé à plusieurs reprises les « crimes de guerre » et les « atrocités » russes dans la région de Kherson. Moscou n’a, à ce stade, pas réagi à ces accusations.

La Russie s’est livrée à des « crimes de guerre systémiques » partout où elle a déployé des troupes en Ukraine, a accusé lundi une haute responsable américaine, se disant confiante qu’à terme, les responsables russes pourront en rendre compte devant la justice.

« Nous disposons de preuves qui s’accumulent démontrant que cette agression [l’invasion russe] s’est accompagnée de crimes de guerre systémiques commis dans toutes les régions où les forces russes ont été déployées », a déclaré à des journalistes Beth Van Schaack, diplomate chargée de la justice pénale internationale au département d’État, citant des exécutions sommaires, des cas de torture ou de traitements inhumains ou encore le déplacement contraint de adultes et d’enfants.

La responsable, qui a évoqué un « nouveau Nuremberg », en référence aux procès des responsables nazis après la Seconde Guerre mondiale, a bon espoir que les enquêtes menées actuellement, au sein de la Cour pénale internationale (CPI) par exemple, puissent aboutir à des mises en accusation en temps voulu.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.