Passe-temps

Apprendre à tricoter : les premiers points à connaître

Les journées froides d’automne vous donnent envie de vous mettre enfin au tricot ? Voici un survol des quelques bases à maîtriser pour vous lancer dans la confection d’une première création.

Pas sorcier, tricoter ?

En réalité, il n’existe que deux façons de tricoter : à l’endroit ou à l’envers. Les différentes alternances de mailles endroit et de mailles envers sont à l’origine des motifs, textures et reliefs des pièces tricotées.

Les points de base

Point mousse

Tous les rangs du point mousse sont tricotés à l’endroit. Sa simplicité en fait un bon point de départ pour les tricoteurs et tricoteuses qui commencent. Ce type de point procure une texture côtelée aux créations. Il est souvent réservé à celles de petite taille, aux layettes ou aux bordures puisqu’il nécessite plus de temps que d’autres points (le jersey, notamment).

Jersey (et jersey envers)

Tout en sobriété et très répandu, le jersey est souvent utilisé pour les vestes, les chandails et les chaussettes, ou encore comme base pour accueillir des torsades et d’autres éléments décoratifs. Le point de jersey endroit s’obtient en tricotant les mailles à l’endroit sur le rang endroit et à l’envers sur le rang envers. Le jersey envers est le résultat du processus inverse : mailles envers sur le rang endroit, et mailles à l’endroit sur le rang envers.

Point de riz

Toujours élégant, le point de riz procure à lui seul un bel effet aux créations qui l’utilisent majoritairement. Il n’est pas si difficile à réaliser; il suffit de tricoter alternativement une maille à l’endroit et une maille à l’envers. Au rang suivant, employez la maille contraire, toujours en alternance.

Point de blé

Le point de blé est une variante double du point de riz. Comme il est réversible et qu’il s’agit d’un point bien serré, il se révèle idéal pour confectionner des jetés ou des écharpes, entre autres exemples.

Point de damier

Ce point de base donne du relief à la pièce tricotée. Pour le réaliser, tricotez deux mailles endroit et deux mailles envers sur tout un rang. Alternez au rang suivant.

Point de côtes

Les différents points de côtes s’avèrent un choix classique pour créer des pulls, mais ils sont aussi souvent utilisés pour créer les bordures d’un vêtement, par exemple les poignets, l’encolure ou le bas d’un chandail. Vous pouvez facilement personnaliser la règle de votre point de côtes, mais les plus répandus sont le 1/1, le 2/2 ou encore le 2/3.

Point de godron

Le point de godron, lui, s’obtient en tricotant un jersey auquel vous ferez un rang à l’envers tous les cinq rangs. Cette technique crée un effet à horizontale sur la surface de la confection. Il s’agit d’un point qui peut s’exercer facilement en fabriquant des lavettes que vous utiliserez pour faire la vaisselle !

Torsades

Pour les mains tricoteuses plus habiles, les torsades constituent une belle façon d’agrémenter un chandail, une écharpe ou une couverture. Cette technique plus avancée consiste à croiser les mailles, ce que vous pouvez réaliser en employant deux aiguilles plus courtes que d’ordinaire.

Quelle fibre choisir ?

Si vous vous attaquez à votre première création à partir d’un modèle, le type de laine (composition et épaisseur) à privilégier ainsi que la quantité à prévoir y seront inscrits. Pour connaître la composition d’une pelote, référez-vous à son étiquette.

Laine pure

Pour de nombreux inconditionnels, c’est de loin la fibre la plus facile à travailler. La laine a l’avantage d’être souple et extensible et de ne pas se déformer. Elle est aussi plus chaude.

Chenille

Le fil chenille est composé de coton et de fibres synthétiques. Comme sa texture est pelucheuse et irrégulière, il convient moins aux points travaillés et délicats.

Angora et le mohair

L’angora et le mohair proviennent tous deux de source animale, respectivement du lapin et de la chèvre. Très douces et duveteuses, ces laines ont toutefois le désavantage d’absorber l’humidité. Elles sont aussi particulièrement fragiles.

Fibres synthétiques

Les fibres comme l’acrylique et le polyester ont souvent des propriétés élastiques, ce qui convient à la confection de coupes plus seyantes.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.