Hélicoptère de la SQ à Montréal

UN VOL à basse altitude QUI DÉRANGE

Le déploiement d’un hélicoptère de la Sûreté du Québec volant à basse altitude a « causé des désagréments » à de nombreux Montréalais vendredi soir. L’opération, qui pourrait se poursuivre ce week-end, vise toutefois à leur permettre de retrouver une « certaine quiétude » en cette période de déconfinement, a plaidé samedi la Ville de Montréal.

« Bien sûr, l’utilisation de l’hélicoptère a causé des désagréments, mais l’intervention vise aussi à permettre aux riverains des parcs de retrouver une certaine quiétude », a répondu par écrit Geneviève Jutras, attachée de presse de la mairesse Valérie Plante, en réponse aux questions de La Presse.

La Ville précise que la présence policière sera « accrue » cette fin de semaine « pour éviter les débordements », notamment dans les parcs, alors que la tendance à la baisse de la COVID-19 se poursuit au Québec. La province a recensé samedi 228 nouveaux cas et quatre décès supplémentaires. Elle a aussi fait état d’une baisse des hospitalisations.

Vendredi, de nombreux résidants se sont dits dérangés par le bruit et la présence de l’hélicoptère, emprunté à la Sûreté du Québec, que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dit utiliser pour se « donner de la visibilité » sur le territoire. En fin de soirée, l’aéronef a notamment survolé le parc Jeanne-Mance, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, avant de se diriger vers le parc La Fontaine. Beaucoup ont noté sur les réseaux sociaux que le bruit était puissant dans les quartiers résidentiels à proximité.

Sur Twitter, des internautes ont également déploré le caractère « surréel » ou « ridicule » de la présence de l’hélicoptère, jugeant la stratégie excessive dans les circonstances.

Au SPVM, le porte-parole Raphaël Bergeron confirme que la présence de l’hélicoptère « est toujours planifiée pour le reste du week-end ». « On ne peut pas garantir sa présence, mais c’est possible qu’on le ressorte si le besoin se fait sentir », soutient-il, ajoutant que le corps policier a tout de même « pris connaissance des plaintes des citoyens ».

« Pour nous, [l’hélicoptère] reste un outil qui facilite le travail si on a besoin de vérifier certains éléments à la grandeur du territoire, notamment dans les parcs. »

— Raphaël Bergeron, porte-parole du SPVM

Des « débordements inquiétants », selon l’opposition

Dans les rangs de l’opposition officielle, le leader adjoint d’Ensemble Montréal, Francesco Miele, a soutenu samedi que « la violence et les débordements des dernières semaines dans les parcs et dans les rues de Montréal sont inquiétants ».

Cela dit, « le laisser-faire de l’administration actuelle n’est pas une option », juge-t-il.

« La mairesse doit prendre ses responsabilités et préconiser des mesures temporaires pour que les citoyens de Montréal retrouvent leur quiétude, et surtout, elle doit les expliquer à la population. La population ne peut pas être prise par surprise comme [vendredi] soir. »

— Francesco Miele, leader adjoint d’Ensemble Montréal

Vendredi, le candidat à la mairie Denis Coderre a par ailleurs reculé sur l’interdiction de la consommation d’alcool dans les parcs après 20 h, qu’il avait d’abord préconisée deux jours auparavant. « Pour moi, le 20 h, ce n’est pas important. Pour moi, c’est la sécurité qui est importante, a-t-il dit. Il n’est pas question d’être un briseux de partys, […] mais il y a une situation, il y a des débordements. »

Ultimement, le SPVM doit être mieux outillé pour faire respecter la loi, croit M. Coderre, pour qui la réglementation actuelle – qui permet la consommation d’alcool dans la plupart des parcs avec un repas – est suffisante, mais doit être appliquée avec plus de vigueur.

Tendance à la baisse

À l’échelle du Québec, les chiffres continuent d’être encourageants, avec une moyenne de 265 cas quotidiens calculée sur sept jours.

Les quatre nouveaux décès rapportés samedi portent à 11 150 le nombre de personnes qui ont jusqu’ici succombé au virus. Notons que deux décès ont été retirés du cumulatif après que l’enquête épidémiologique eut révélé qu’ils n’étaient pas attribuables à la COVID-19.

Dans le réseau de la santé, le nombre des hospitalisations est passé de 307 à 283 samedi, une baisse de 24 par rapport à la veille. Le constat est le même pour les patients aux soins intensifs : leur nombre est passé de 67 à 64 (- 3) en 24 heures.

Autre signe encourageant : le nombre de cas actifs est passé de 3215 à 3014, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec. En données brutes, toutes les régions du Québec sont sous le seuil des 100 nouveaux cas à l’heure actuelle.

Jeudi, 22 961 prélèvements et 23 640 analyses ont été réalisés.

La vaccination à bon rythme

Le rythme de la campagne de vaccination, lui, ne ralentit pas. Vendredi, près de 93 000 doses ont été administrées, auxquelles s’ajoutent 1400 vaccins donnés avant le 4 juin qui n’avaient pas encore été comptabilisés et plus de 10 000 doses administrées à l’extérieur du Québec.

Plus de 5,46 millions de Québécois ont jusqu’ici reçu leur première dose, soit 64 % de la population globale, selon les données du gouvernement. Un peu plus de 547 000 personnes ont aussi reçu leur deuxième dose, ce qui compte pour un peu plus de 6 % de la province en entier.

Avec plus de 6,5 millions de doses reçues au total, le gouvernement Legault dispose toujours d’une réserve confortable de plus de 500 000 doses pour la suite de la campagne. Dès lundi, les personnes de 80 ans et plus pourront devancer leur rendez-vous pour la deuxième dose.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a aussi précisé que 9100 doses de Moderna avaient été livrées vendredi, ce qui complète l’ensemble de la commande attendue cette semaine.

Vendredi, l’Institut national de santé publique recensait pour sa part 7479 cas de variants confirmés par séquençage et un taux de positivité de 91,1 %. Le variant Delta B.1.617, qui a émergé en Inde, représente encore une minorité de ces infections, mais inquiète de par le monde, notamment au Royaume-Uni. Le Québec compte pour l’instant 28 cas de ce variant, dont 16 à Montréal.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.