La CIA veut démystifier l’espionnage avec une balado

Le directeur de la CIA, Bill Burns, veut démythifier le travail des espions : dans la première émission balado jamais réalisée par l’agence de renseignement américaine, il assure que sa vie n’a rien à voir avec celle de James Bond et révèle conduire très prudemment une vieille voiture.

Les films populaires dépeignent « un monde de héros qui conduisent très vite des voitures de luxe, désamorcent des bombes et règlent des crises mondiales à eux seuls quotidiennement », dit-il.

« Je peux vous dire que c’est une source d’amusement constant pour ma femme et mes filles », ajoute-t-il.

« Je suis plus à l’aise quand je conduis ma Subaru de 2013 en respectant les limites de vitesse, et pour moi, le comble de l’exploit technologique, c’est quand je parviens enfin à faire fonctionner la télécommande [de la télévision] à la maison. »

Bill Burns, un ancien diplomate de 66 ans qui dirige la CIA depuis 2021, tenait ces propos dans le premier épisode de la balado The Langley Files, que la très secrète agence de renseignement américaine a lancée jeudi.

Le directeur de la CIA indique que même si l’agence envoie de nombreux agents en mission clandestine dans le monde, ils n’opèrent pas en solo comme James Bond, Jason Bourne ou Jack Ryan le font dans les films.

Un travail collaboratif

« Le fait est que le renseignement est un sport d’équipe. C’est une profession où on mène un dur travail collectif et où on partage les risques », explique-t-il, avant de noter que cela n’implique pas seulement des agents de terrain, mais aussi des scientifiques, des spécialistes en informatique et des analystes qui travaillent dans des bureaux.

Parmi les succès de la CIA, il cite l’élimination du dirigeant d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri en juillet à Kaboul et les révélations des États-Unis sur les intentions de la Russie avant son invasion de l’Ukraine en février.

« Nos succès sont souvent cachés, nos échecs sont souvent visibles et nos sacrifices sont souvent méconnus. Mais c’est notre lot d’observer une certaine discrétion. »

— Bill Burns, directeur de la CIA

L’émission balado est présentée par une certaine Dee et un certain Walter. Interrogé par l’AFP, un porte-parole de la CIA s’est abstenu de préciser leurs noms et même de confirmer si c’était leurs vrais prénoms.

Questionné sur la fréquence prévue de la balado, le porte-parole a répondu qu’elle serait « périodique ».

Entrevue du président iranien avec Christiane Amanpour annulée

La journaliste vedette de CNN refuse de porter le voile

La journaliste vedette de CNN Christiane Amanpour a affirmé jeudi avoir refusé de porter le voile pour une entrevue la veille à New York du président iranien Ebrahim Raïssi, ce qui a provoqué selon elle l’annulation du face-à-face, en plein mouvement de protestations dans le pays. Selon les tweets de la cheffe de l’antenne internationale de CNN, un conseiller du président iranien est venu la voir « 40 minutes après l’heure à laquelle l’interview aurait dû débuter », pour lui dire qu’Ebrahim Raïssi « suggérait » qu’elle porte un voile, « parce que ce sont les mois sacrés de mouharram et safar ». « J’ai poliment refusé. Nous sommes à New York, où il n’existe aucune loi ou tradition concernant le port du foulard. J’ai fait remarquer qu’aucun président iranien précédent ne l’avait exigé lorsque je l’avais interviewé en dehors de l’Iran », a expliqué la journaliste née en Grande-Bretagne d’un père iranien.

— Agence France-Presse

Républicains au Sénat

Un texte contre « l’argent occulte » des campagnes électorales est bloqué

Les républicains au Sénat américain ont bloqué jeudi le passage d’un projet de loi censé apporter davantage de transparence dans les sommes astronomiques irriguant les campagnes électorales, une réforme soutenue par le président Joe Biden. Le projet de loi Disclose prévoit obliger tout groupe de pression ou association à publier le nom de leurs donateurs dès que la somme donnée excède 10 000 $ pendant un cycle électoral. « Il y a beaucoup trop d’argent qui circule dans l’ombre pour influencer nos élections. On appelle cela l’“argent occulte” », et son existence « érode la confiance » des citoyens, avait dénoncé le président américain Joe Biden en début de semaine. — Agence France-Presse

Venezuela

Un Malaisien au cœur du plus grand scandale de la marine américaine arrêté

Un homme d’affaires malaisien en fuite, qui a plaidé coupable d’avoir offert quelque 500 000 $ de pots-de-vin à des officiers de la marine américaine pour que ses chantiers navals, dans une société basée à Singapour, soient privilégiés dans les attributions de marchés, a été arrêté mercredi soir au Venezuela alors qu’il s’apprêtait à s’envoler vers la Russie, a annoncé Interpol. Il « était entré dans le pays via le Mexique après une escale à Cuba, et comptait se diriger vers la Fédération de Russie », a précisé le bureau d’Interpol à Caracas sur son compte Instagram. Leonard Francis, surnommé Fat Leonard, était activement recherché depuis qu’il avait coupé son bracelet électronique et pris la fuite de son domicile californien début septembre.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.