Bandes dessinées

Beaudet, toujours « tatoué hockey » !

Les BD de Marc Beaudet sur le hockey sont tellement populaires que l’éditeur vient de choisir d’en lancer deux d’un seul coup !

Beaudet, caricaturiste à La Presse, est déjà avantageusement connu du public de la BD sportive. Sa série Gangs de rue (Tatoué(e)s hockey !), entamée il y a plus de 10 ans, est déjà un succès indéniable. « Au total, on parle de plus de 14 000 ventes des quatre premiers tomes de la série », explique-t-il, pas peu fier.

Ce n’est pas terminé. Ces jours-ci, deux autres chapitres de la série viennent s’ajouter dans les bacs : Tour du chapeau et Le grand dégagement, les deux en collaboration avec Luc Boily.

On y retrouve bien sûr nos jeunes joueurs de hockey de rue, dont ceux des Rouges et des Bleus, qui viennent rappeler la rivalité entre le Canadien et les Nordiques…

« Ça remonte à loin, à cette idée du CH tatoué sur le cœur. L’idée de la série m’est venue alors que j’étais en lock-out avec les employés du Journal de Montréal. Je me demandais ce que j’allais faire du reste de ma vie… on avait du temps en masse. »

— Marc Beaudet

« À un moment donné, j’ai dit à mes deux gars, alors âgés de 3 et 5 ans en 2011, de sortir dehors avec les filets de hockey, les bâtons et la balle orange. C’est là qu’une voisine est venue me voir pour me dire : “Tu sais que tu peux avoir une contravention si tu joues au hockey dans la rue ?” »

Il n’y a pas eu de contravention, fort heureusement, mais il y a eu le début de cette histoire, où des jeunes s’affrontent dans la rue en souliers.

En duo

« Je me disais que ça n’avait aucun sens, la possibilité d’une contravention pour avoir joué au hockey dans la rue, mais ç’a été un déclencheur. Je me suis mis à griffonner mes deux gars sur une page, j’ai créé mes propres enfants en forme de personnages, si on veut. Ils étaient donc des hors-la-loi parce qu’ils jouaient au hockey dehors ! Des criminels, comme des gangs de rue. Alors j’ai développé une idée autour de ça. Et les Bleus, évidemment que ça allait être les Nordiques, comme dans mon enfance… »

Beaudet était au Salon du livre au Palais des congrès de Montréal, jeudi, afin de rencontrer son jeune public, mais aussi les plus vieux, qui ne vont pas manquer de reconnaître quelques perles de leur jeunesse, entre autres le célèbre masque de Ken Dryden en couverture du Grand dégagement, et une référence aux non moins célèbres frères Hanson du film Slap Shot en couverture de Tour du chapeau.

Au fait, pourquoi avoir choisi de lancer les deux bouquins en même temps ?

« On voulait faire un duo… un peu comme Nick Suzuki et Cole Caufield ! », répond Beaudet, qui est toujours bien au fait des activités du Canadien, de toute évidence.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.