Transfert d’entreprise

Roxboro : les coulisses du transfert familial

L’histoire commence lorsque l’arrière-grand-père de David Théorêt vend sa terre et remet une partie de l’argent reçu à ses enfants, encourageant ces derniers à l’investir. L’un d’eux, Jean-Guy Théorêt, s’achète alors une excavatrice et en fait la location de service. Un demi-siècle plus tard, l’entreprise familiale, devenue aujourd’hui Groupe Roxboro BauVal, est en voie de devenir un véritable fleuron québécois avec un chiffre d’affaires de 650 millions de dollars et plus de 2 000 employés.

Discussion entre son président-directeur général, David Théorêt, président d’honneur du concours Les Médaillés de la relève 2021, et Stéphanie Leblanc, associée Transactions chez PwC Canada.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada Dans quel contexte s’est déroulé le transfert familial de Roxboro ?

David Théorêt — Roxboro En 2015, l’actionnariat de l’entreprise se composait des 5 frères et de leurs 11 enfants. Nos oncles nous ont fait un beau cadeau : c’était à nous, la nouvelle génération s’intéressant à l’entreprise, de trouver une solution de repreneuriat. Nous avons créé un comité de relève et organisé des rencontres aux deux semaines, où nous mettions en commun nos recherches sur les fusions et acquisitions. Ensemble, nous avons élaboré un plan de relève et une structure d’entreprise en positionnant chaque repreneur en tant que personne. Tout au long du processus, nos valeurs familiales ont guidé nos réflexions. La présence d’experts externes a permis de justifier et d’assurer un transfert adéquat.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada Pouvez-vous nous donner un exemple d’une valeur familiale qui vous anime ?

David Théorêt — Roxboro Le travail d’équipe est l’une de nos valeurs fondamentales, et ça vient de notre grand-mère. Elle disait de mes cinq oncles : « Dans la famille, il y a cinq moteurs ; on sait lesquels sont des Chevrolet et lesquels sont des Cadillac. Mais quand les cinq moteurs travaillent ensemble, ils sont toujours plus forts que la Cadillac toute seule. » Encore aujourd’hui, nos valeurs communes perdurent et nous permettent de faire des sacrifices individuels pour le bien de l’entreprise et de la famille.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada Pourquoi votre famille vous a-t-elle choisi pour être à la tête de Roxboro ?

David Théorêt — Roxboro Selon moi, être un bon chef d’entreprise commence par l’adhésion et le respect de son monde. Ceux qui sont proches de moi le savent : je n’aime pas nécessairement parler de moi. Mais si vous leur demandiez ce qui a mené à ma sélection comme PDG, je crois qu’ils diraient que tout part de là : adhésion et respect.

Comme 33 % des repreneurs1, j’ai seulement un diplôme d’études secondaires. Mais ça ne m’a jamais empêché de lire, de me documenter, d’être curieux, de faire mes preuves sur le terrain et de gagner le respect des autres en gravissant les échelons. Ce n’est pas avec son nom de famille qu’on devient boss ; c’est en démontrant son leadership de proximité.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada Il y a maintenant 16 membres de la famille qui sont impliqués dans l’entreprise. Comment gardez-vous l’unité familiale ?

David Théorêt — Roxboro Il faut miser sur la communication, l’écoute, la transparence et se dire les vraies affaires, sans rancune. Nous avons plusieurs comités différents — dirigeant, consultatif et familial — pour prendre des décisions différentes, toujours selon un ordre prioritaire : le bien de l’entreprise, de la famille, puis de la personne.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada En 2019, vous avez fusionné avec l’entreprise BauVal. En 2020, alors que vous deviez consolider vos activités, la pandémie a-t-elle perturbé la conclusion de la transaction ?

David Théorêt — Roxboro En début d’année, nous avons finalisé la transaction la plus importante de l’histoire de l’entreprise, en pleine pandémie. Nous étions en gestion de crise avec la COVID, en plus de gérer la transition à la suite de la transaction. Nous avons été à l’écoute, proactifs dans nos communications, et nous avons rassuré les gens. Malgré tout, l’intégration a été réussie et les employés, bien protégés.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada Votre expérience du transfert d’entreprise a-t-elle été bénéfique lors de la fusion ?

David Théorêt — Roxboro La fusion Roxboro-BauVal représente la réussite de notre transfert d’entreprise. L’expérience vécue, soit de réunir 16 membres d’une même famille autour d’un objectif, a été bénéfique pour la fusion. Elle nous a permis de réaliser que, si nous sommes capables de nous entendre avec autant d’intervenants, il était possible de le faire avec d’autres entreprises québécoises qui partagent nos valeurs. On a vu beaucoup de sièges sociaux quitter le Québec ces dernières années, et c’est important que le Québec inc. collabore et qu’on maintienne un certain niveau d’expertise ici, pour bâtir une économie locale plus forte.

Stéphanie Leblanc — PwC Canada Quel message souhaitez-vous lancer à la communauté d’affaires ?

David Théorêt — Roxboro C’est préoccupant de penser que 98 000 chefs d’entreprises québécoises prévoient bientôt prendre leur retraite, mais qu’on recense seulement 60 000 repreneurs potentiels2. Parce qu’un transfert familial est beaucoup plus difficile à réaliser qu’une vente à l’étranger, nous considérons que c’est notre responsabilité morale de transmettre nos connaissances à ce sujet. Nous voulons inspirer une nouvelle génération de jeunes leaders à réussir et à maintenir toute cette expertise qui s’est bâtie au fil du temps au Québec.

14e édition du concours Les Médaillés de la relève

Ce gala célèbre la réussite d’entreprises québécoises qui ont accompli avec succès leur processus de relève, que ce soit par des membres d’une même famille, des employés ou des tiers. Organisé par PwC Canada, l’évènement sera webdiffusé en direct, en format virtuel, le 26 mai prochain.

Une initiative de PwC Canada, Banque Nationale du Canada, Fasken, Caisse de dépôt et placement du Québec, La Presse, Koze - Agence marketing et Familles en affaires HEC Montréal

1 Source : Mémoire du CTEQ présenté à la Commission de l’Économie et du Travail : Le repreneuriat ou les enjeux du transfert d’entreprise

2 Source : http://www.fteq.ca/index.php/repreneuriat/

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.