Rondelle libre

Reconstruire ne signifie pas couler

Le directeur général des Coyotes de l’Arizona, Bill Armstrong, a osé il y a quelques semaines avancer un échéancier pour une reconstruction : sept ou huit ans.

Le collègue Alexandre Pratt a été légèrement plus optimiste pour celle du Canadien en parlant de six ans. Le CH, si tout va bien, deviendrait une puissance de la LNH en 2027, puisque le virage jeunesse s’est amorcé l’an dernier.

Kent Hughes a d’ailleurs encore prôné la patience, lors de son bilan de mi-saison mercredi, sans toutefois promettre de date de « livraison ».

Six ans ne signifient pas pour autant six années de misère, dans la cave du classement, à couler volontairement. Mais cinq ou six ans sans compromis, sans raccourcis, avec sans doute de belles luttes pour une place en séries, sans pour autant compromettre l’avenir.

C’est continuer à échanger des vétérans dans la fin vingtaine, début trentaine, pour encore un an ou deux, accepter les erreurs des jeunes, avant d’être prêt à courir.

Devenir une puissance, c’est terminer parmi les 10 premières équipes de la LNH plusieurs saisons consécutives et posséder les effectifs pour espérer gagner la Coupe Stanley.

Le Lightning de Tampa Bay a terminé dans le top 10 à sept reprises au cours des neuf dernières saisons, trois fois dans le top 5 entre 2017 et 2020, et a remporté deux fois la Coupe.

Les Blackhawks de Chicago ont terminé dans le top 10 dans huit saisons sur neuf entre 2008 et 2017, deux fois de suite dans le top 5 en 2015 et en 2016, et ils ont gagné trois fois la Coupe.

Quand on y pense, le Canadien a terminé seulement cinq fois dans le top 10 de la LNH depuis 1994, trois fois dans le top 5, en 2008, 2013 et 2015, mais une seule fois dans le top 5 deux années consécutives, entre 2013 et 2015, sous le règne de Marc Bergevin.

Le Tricolore a aussi été exclu du top 15 au classement général 15 fois au cours des 26 dernières saisons.

Qu’est-ce que six ans d’attente quand le partisan montréalais vient de passer presque 30 ans sans vivre les mêmes aspirations que les partisans de Denver, Tampa, Chicago et Pittsburgh ?

Il y a évidemment des risques. Edmonton et Buffalo s’y sont pris à quelques reprises au cours des dernières décennies et les Oilers, malgré la présence de Connor McDavid, se retrouvent toujours dans une lutte acharnée pour une place en séries cette saison, huit ans après l’arrivée de celui-ci.

Dans les deux cas, il y a eu de mauvaises décisions au repêchage, l’incapacité à dénicher des gardiens de premier plan et un manque de patience, essentielle à la pérennité d’un club.

Ce danger guette nos voisins, les Sénateurs, entre autres. Ottawa en est à sa cinquième année de reconstruction depuis les départs d’Erik Karlsson, Mark Stone et Matt Duchene. À l’aube de la quatrième, le DG Pierre Dorion a déclaré que son club était prêt à passer à l’autre étape. Les Sénateurs ont terminé au 26rang du classement général.

L’été dernier, pour accélérer le processus, Dorion a cédé son septième choix au total pour obtenir Alex DeBrincat et a offert 19 millions pour trois ans à Claude Giroux.

Malgré l’apport offensif de ces deux joueurs, les Sénateurs sont à peine meilleurs. Avant les matchs de jeudi, ils se retrouvaient à huit points de la dernière place donnant accès aux séries et ils occupaient le 25rang du classement général, deux points devant le Canadien.

Les Sénateurs viennent d’ailleurs au 25rang de la LNH au chapitre des buts marqués par match avec une moyenne de 2,95, malgré une efficacité de 25,6 % en supériorité numérique, au troisième rang derrière les Oilers et les Bruins.

Ottawa avait une fiche de 16-24-4, pour 36 points, après 44 matchs l’an dernier. Ils ont une fiche de 20-21-3 pour 43 points cette saison, soit quatre victoires de plus. Le taux d’efficacité des gardiens Cam Talbot et Anton Forsberg se situe sous les ,905.

Peu importe la formule, il faut prendre les bonnes décisions. Jusqu’ici, Kent Hughes a prouvé qu’on pouvait lui faire confiance. Il lui restera à être fidèle à son plan et ne pas brûler les étapes. Serez-vous aussi patient ?

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.