Lotus

Un dernier modèle à essence avant le virage électrique

Découvrez les nouvelles qui ont marqué l’actualité de la dernière semaine dans le monde de l’automobile

Avec une gamme se résumant depuis des années à un seul modèle au Canada, Lotus avait a priori disparu de l’écran radar de beaucoup de consommateurs. La marque mythique prépare maintenant son retour par l’électrique grâce à d’importants investissements de son propriétaire, le géant chinois Geely.

Mais, avant cette sortie, le constructeur anglais dévoilera en juillet sa toute dernière création à moteur à combustion. Elle s’appellera Emira et, contrairement à ce qui avait été avancé par certains médias spécialisés, elle n’embarquera que des mécaniques à essence sans l’apport de moteurs électriques.

Lotus n’a rien précisé sur ces mécaniques, mais le magazine Car & Driver affirme qu’un quatre-cylindres de 2 L turbocompressé sera servi en entrée alors qu’un V6 d’origine Toyota doté d’un compresseur propulsera la version plus sportive du modèle.

De nouvelles plateformes

La marque a précisé en exposant ses aspirations électriques qu’elle s’affaire actuellement au développement de pas moins de quatre nouvelles plateformes, dont celle de l’Emira.

Encore là, les détails sont limités mais étalent l’ambition de grandeur que les propriétaires ont pour cette marque qui a eu une vie en montagnes russes.

L’Evija, cette supervoiture dotée de quatre moteurs électriques produisant au total 1973 ch, sera la figure de proue de l’effort électrique du constructeur lors de sa commercialisation cette année. Elle en est à ses derniers essais avant sa mise en marché.

Une plateforme modulaire qui permettra d’héberger de nombreux modèles verra également le jour. Le but avoué est d’augmenter le volume de ventes du constructeur, qui était jusque-là extrêmement limité.

Finalement, une autre plateforme, d’une sportive électrique cette fois, verra le jour en collaboration avec la française Alpine, marque sportive du groupe Renault.

Lotus précise que l’accent demeure sur le poids, un défi de taille compte tenu de la lourdeur ajoutée par les batteries. Une évolution d’un constructeur mythique qui sera fort intéressante à suivre.

Véhicules électriques

General Motors veut faciliter la recharge

General Motors (GM) a annoncé la semaine dernière le lancement d’une plateforme qui permettra d’assurer l’attrait de sa gamme électrique en facilitant l’accès à des bornes de recharge.

Le projet, nommé Ultium Charge 360, rendra plus accessibles près de 60 000 bornes actuellement disséminées au Canada et aux États-Unis. Pour ce faire, le constructeur américain a ratifié des ententes avec des grands fournisseurs, dont la québécoise FLO.

À l’instar de l’application du Circuit électrique, GM permettra de voir en temps réel au moyen des applications télématiques de ses véhicules l’état des bornes à proximité, de payer pour la recharge et, finalement, de l’activer. On donne très peu de précisions sur les fonctionnalités qui suivront.

On avance évidemment que les applications seront constamment mises à jour pour ajouter des fonctions et, le cas échéant, ajouter des stations au réseau.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.