Toyota

Une nouvelle Prius plus mature visuellement et plus pimpante

Découvrez les nouvelles qui ont marqué l’actualité de la dernière semaine dans le monde de l’automobile

Il fut une époque où la Toyota Prius était l’objet par excellence de l’affirmation d’une sensibilité aux enjeux environnementaux. Plusieurs vedettes l’avaient adoptée, vantant l’immense efficacité énergétique de la compacte qui a démocratisé l’hybride dans sa forme primaire. Certes, depuis l’avènement du tout-électrique, l’une des pionnières de ce genre appâte moins les regards. Ça n’empêche toutefois pas Toyota de vouloir la rendre plus attirante.

Le géant japonais a organisé la semaine dernière la première présentation mondiale de la cinquième génération du modèle légendaire en raison de son impact culturel et technique. Tout en conservant un profil plaçant l’habitacle aux avant-postes, cette nouvelle Prius adopte une posture stylistique nouvelle. Plus lisse et trapue, elle présente des optiques fines en C. La ligne de toit est plus basse de 50 mm alors que le véhicule est plus large de 20 mm, ce qui appuie ses proportions différentes.

Des mécaniques plus puissantes

La Prius de série recevra un quatre-cylindres de 2 L – un léger gain de 0,2 L de volume – dont la puissance est portée à 196 ch, un accroissement fort appréciable de 72 ch. Elle sera offerte ici uniquement avec un rouage intégral. Aucun mot sur la consommation de carburant, pour le moment.

La variante enfichable, toujours appelée Prius Prime, voit sa puissance maximale chiffrée à 220 ch, soit près de 100 ch de plus que celle qu’elle remplace. Toyota n’avance pas de chiffre précis sur son autonomie pour le moment, mais précise qu’elle sera de 50 % supérieure à l’actuelle Prius Prime. Cela la placerait autour des 60 km dans un segment où essentiellement il n’y a plus de concurrence.

La Toyota Prius cinquième du nom sera lancée au Japon au printemps pour ensuite être distribuée dans d’autres marchés, dont l’Amérique du Nord. Nous saurons d’ici la fin de l’année quand elle arrivera sur le sol canadien.

Subaru

L’Impreza fête ses 30 ans avec une nouvelle génération et largue la boîte manuelle

Rares sont les voitures qui ont réussi à si bien s’adapter au marché québécois. Avec son rouage intégral de série, la Subaru Impreza jouit d’une belle popularité depuis sa première sortie publique, il y a 30 ans au salon de Los Angeles. Pour sa sixième génération, dévoilée la semaine dernière à ce même évènement, la compacte se polit et largue sa boîte manuelle.

Redessinée pour marquer la passation du flambeau vers une nouvelle cuvée, cette Impreza 2024 est édifiée sur le châssis révisé de sa devancière. Les ingénieurs ont augmenté l’utilisation d’adhésifs structurels pour valoriser la résistance à la torsion. Une crémaillère, qu’on affirme plus directe et empruntée au modèle WRX, est aussi utilisée pour le dynamisme de la direction.

La manuelle disparaît, le 2,5 L s’invite

Sur le plan mécanique, l’Impreza de série conserve son quatre-cylindres à plat de 2 L à injection directe (152 ch et 145 lb-pi). Celui-ci ne pourra dorénavant plus être couplé à une boîte manuelle, signe du déclin durable de ce type de transmission. Une boîte CVT simulant huit rapports est ainsi offerte de série sur toutes les versions.

En option, une nouvelle livrée RS, une appellation utilisée pour nommer l’ancêtre de la WRX à la fin des années 1990, fait son apparition avec le quatre-cylindres de 2,5 L (182 ch et 178 lb-pi). Ce moteur optionnel, utilisé dans de nombreux produits du constructeur, pourra être commandé également avec la variante Sport-Tech.

Côté technologie, l’Impreza intègre en option le grand écran vertical tactile de 11,6 po ainsi qu’Apple CarPlay et Android Auto sans fil. Une évolution en somme précautionneuse, à l’image de la marque.

Rimac

La Nevera devient la voiture électrique la plus rapide jamais produite

Depuis son dévoilement sous sa forme définitive en juin 2021, la Rimac Nevera tapisse les magazines, sites internet et réseaux sociaux des médias spécialisés en automobile. Tour de force extraordinaire, elle assoit l’adresse technique du constructeur croate qui a mis la main sur Bugatti l’année dernière. Pour en rajouter face aux supervoitures à moteur thermique, ce joyau électrique a empoché un autre record la semaine dernière avec sa vitesse de pointe.

Grâce à ses 1914 ch produits par quatre moteurs électriques, la Nevera a atteint les 412 km/h sur la grandiose piste ovale de Papenburg, en Allemagne, dotée de deux lignes droites longues de 4 km. C’est la vitesse de pointe la plus élevée jamais atteinte par un véhicule électrique de production. Avec le pilote d’essai du constructeur à son volant, l’exemplaire utilisé circulait déjà à 250 km/h à la sortie d’un virage menant à l’une des lignes droites. Il a ensuite appuyé à fond pour dépasser la barrière psychologique des 400 km/h. Fait intéressant, le record a été réalisé avec des pneus Michelin Cup 2R avec lesquels on peut circuler sur la route.

Véhicules les plus volés

Les VUS et camionnettes demeurent surreprésentés

L’organisation Équité Association a récemment publié la liste des véhicules les plus volés en proportion au pays. À la lecture de ce palmarès de 10 modèles, un constat est clair : l’intérêt pour les voleurs va de pair avec les habitudes de consommation des consommateurs.

Ainsi, c’est le Honda CR-V (années-modèles 2016 à 2021) qui trône au sommet de cette liste peu enviable tant au Canada qu’au Québec. Le VUS compact a été impliqué dans 4117 vols au pays, dont 2917 vols au Québec seulement. Huit des dix véhicules les plus prisés par les voleurs au Québec sont d’ailleurs des VUS ou des camionnettes.

Dans la Belle Province, c’est le Ford Série F (années-modèles 2015 à 2020) qui occupe le deuxième rang, alors qu’il est troisième à l’échelle canadienne. Selon les données d’Équité Association, ce sont 1182 exemplaires de cette camionnette qui ont été volés en 2021 au Canada, dont 391 au Québec. Fait intrigant, le deuxième modèle parmi les plus volés au pays, le Lexus RX, ne figure même pas dans ce top 10 au Québec.

Les propriétaires paient inévitablement le prix de cette popularité lorsque vient le temps de signer leur contrat d’assurance. Cela dit, l’installation d’un système de repérage peut faire économiser de l’argent et procurer une plus grande paix d’esprit.

Les véhicules les plus prisés par les voleurs en 2021 au Québec

• 1- Honda CR-V (2016-2021)

• 2- Ford série F (2015-2020)

• 3- Honda Civic (2016-2021)

• 4- Jeep Grand Cherokee (2011-2020)

• 5- Honda Pilot (2016-2021)

• 6- Toyota Highlander (2013-2019)

• 7- Honda Accord (2018-2021)

• 8- Toyota Tacoma (2016-2021)

• 9- Toyota RAV4 (2013-2018)

• 10- Acura RDX (2019-2021)

Source : Équité Association

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.