Box-office

Le dernier Bond de Craig rapporte 56 millions de dollars

Après plus de 18 mois de retard dû à la pandémie, No Time to Die, de la série James Bond, a pris l’affiche la fin de semaine dernière comme prévu. Selon les estimations du studio Metro-Goldwyn-Mayer Eon Productions dimanche, le dernier film de l’ère Daniel Craig a rapporté 56 millions de dollars dans 4407 cinémas d’Amérique du Nord, s’emparant ainsi facilement de la première place. Il n’a pas battu les records de la pandémie ou de 007, mais a fait le quatrième meilleur démarrage de la série de 25 films. Contrairement à de nombreux films sortis pendant la pandémie, une sortie en streaming ou hybride n’a pas été envisagée pour No Time to Die, dont le budget de production s’élève à environ 250 millions de dollars.

— D’après l’Associated Press

Beatles

Lennon serait responsable de la séparation du groupe, selon McCartney

Londres — Dans un élan de révisionnisme historique, Paul McCartney dit que c’est John Lennon, et non lui-même, qui est le grand responsable de la séparation des Beatles en 1970.

Au cours d’une entrevue à l’émission This Cultural Life qui sera diffusée le 23 octobre sur les ondes de la BBC Radio, McCartney souligne que Lennon voulait la fin du célèbre groupe.

« Je n’ai pas suscité la séparation, c’est Johnny », déclare le bassiste.

Les admirateurs du groupe débattent depuis longtemps de la séparation du groupe. Plusieurs pointent du doigt McCartney.

Le bassiste se défend en alléguant que c’est la volonté de Lennon de voler de ses propres ailes qui a conduit à la décision de dissoudre les Beatles.

Selon lui, la controverse est attribuable à leur impresario qui avait demandé aux membres du groupe de garder le silence jusqu’à ce qu’il puisse conclure certaines transactions financières.

L’entrevue a été menée avant la diffusion d’un documentaire de six heures de Peter Jackson relatant les derniers mois des Beatles : The Beatles : Get Back. La série sera présentée en novembre sur Disney+.

« Je ne suis pas celui-ci qui a suscité la séparation »

Quand l’animateur John Wilson lui parle de sa décision de quitter les Beatles, Paul McCartney l’interrompt. « Je ne suis pas celui-ci qui a suscité la séparation. Oh non ! Non ! Non ! »

« John est arrivé un beau jour et a dit qu’il quittait les Beatles. Si ce n’est pas provoquer une séparation, ça ? »

— Paul McCartney

Il a exprimé une certaine tristesse au sujet de cette séparation, disant que le groupe continuait « de créer de belles chansons ».

« C’était mon groupe, c’était mon boulot, c’était ma vie. Je voulais que cela continue », insiste McCartney.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.