Pourquoi l’inflation inquiète les marchés et les économistes

Lorsque l’inflation a commencé à s’accélérer en 2021, les pressions sur les prix étaient liées à la pandémie : les entreprises n’ont pas pu produire des voitures, des canapés et des jeux vidéo assez rapidement pour répondre à la demande des consommateurs confinés chez eux, en raison des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Cette année, la guerre en Ukraine a fait exploser les prix des carburants et des denrées alimentaires, exacerbant les pressions sur les prix.

Aujourd’hui, alors que ces sources d’inflation montrent des signes précurseurs d’affaiblissement, la question est de savoir dans quelle mesure la hausse globale des prix va s’atténuer. La réponse dépendra probablement en partie de ce qui se passera dans un domaine crucial : le marché du travail.

Freiner l’élan

Les responsables de la Réserve fédérale se concentrent sur la création d’emplois et la croissance des salaires alors qu’ils augmentent rapidement les taux d’intérêt pour freiner l’économie et ralentir la hausse rapide des prix. Les responsables sont convaincus qu’ils doivent priver l’économie d’une partie de son élan pour ramener l’inflation, la pire depuis quatre décennies, à leur objectif de 2 %.

Ils y parviennent en ralentissant les dépenses, les embauches et les augmentations de salaire, et ce, en augmentant les coûts d’emprunt. Jusqu’à présent, un ralentissement prononcé s’est avéré insaisissable, ce qui laisse penser aux économistes et aux investisseurs que la banque centrale pourrait devoir se montrer encore plus dynamique dans ses efforts pour modérer la croissance et faire baisser l’inflation.

Comme l’ont montré les données de cette semaine, les prix continuent de s’envoler. Et, bien que le marché du travail se soit quelque peu ralenti, les employeurs continuent d’embaucher à un rythme soutenu et d’augmenter les salaires au rythme le plus rapide depuis des décennies. Ces progrès continus semblent permettre aux consommateurs de continuer à dépenser et pourraient donner aux employeurs le pouvoir et la motivation d’augmenter leurs prix pour couvrir leurs coûts de main-d’œuvre croissants.

Une récession inévitable ?

Selon les économistes, alors que les forces inflationnistes s’accélèrent, le risque que la Fed freine l’économie si fortement que les États-Unis seront aux prises avec un atterrissage brutal augmente, ce qui pourrait se traduire par une chute de la croissance et une hausse du chômage.

Il est de plus en plus probable « qu’il ne sera pas possible d’extraire l’inflation de cette économie sans une véritable récession et une hausse du chômage », a déclaré Krishna Guha, qui dirige l’équipe chargée de la politique mondiale et de la stratégie des banques centrales chez Evercore ISI et qui a prévu que la Fed pourrait ralentir l’inflation sans provoquer de récession.

Le défi pour la Fed est que, de plus en plus, les augmentations de prix semblent être motivées par des facteurs durables liés à l’économie sous-jacente, et moins par des facteurs ponctuels causés par la pandémie ou la guerre en Ukraine.

Les données de l’indice des prix à la consommation du mois d’août publiées mardi illustrent ce point. Les prix de l’essence ont fortement baissé le mois dernier, ce qui, selon de nombreux économistes, devrait faire baisser l’inflation globale. Ils pensaient également que les récentes améliorations de la chaîne d’approvisionnement allaient modérer les hausses de prix des biens. Le coût des voitures d’occasion, qui a fortement contribué à l’inflation l’année dernière, est maintenant en baisse.

« Un marché du travail très dynamique »

En dépit de ces évolutions positives, la hausse rapide des coûts d’un large éventail de produits et de services a contribué à faire augmenter les prix sur une base mensuelle. Les loyers, les meubles, les repas au restaurant et les visites chez le dentiste sont tous de plus en plus chers. L’inflation a augmenté de 8,3 % sur une base annuelle et de 0,1 % par rapport au mois précédent.

Les données soulignent que, même en l’absence de perturbations extraordinaires, le prix d’un si grand nombre de produits et de services augmente maintenant que les coûts pourraient continuer à augmenter. L’inflation de base, qui exclut les coûts de l’alimentation et du carburant pour donner une idée des tendances sous-jacentes des prix, s’est accélérée pour atteindre 6,3 % en août après avoir baissé à 5,9 % en juillet.

« L’inflation a actuellement une composante sous-jacente très importante qui repose sur un marché du travail très dynamique », a déclaré Jason Furman, économiste à l’Université Harvard. « Et puis, dans un mois donné, vous pouvez avoir plus ou moins d’inflation à cause de la simple variation du prix de l’essence. »

Il a estimé que l’inflation de base continuerait à grimper à environ 4,5 % et à augmenter, même si les perturbations liées à la pandémie et à la guerre cessaient de pousser les prix à la hausse.

L’inflation provoquée par la guerre et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement n’est pas entièrement derrière les États-Unis – les combats en Ukraine se poursuivent et une grève des chemins de fer qui menaçait de perturber les lignes de transit américaines essentielles a été évitée de justesse jeudi grâce à une entente de principe. Mais des signes encourageants montrent que ces deux phénomènes commencent à se dissiper.

Les chaînes d’approvisionnement ont commencé à se démêler et les prix du pétrole et de certaines céréales ont baissé après avoir grimpé en flèche lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Cela pourrait ouvrir la voie à un ralentissement constant de la hausse des prix à la consommation, ce qui permettrait de déterminer dans quelle mesure et à quelle vitesse l’inflation peut diminuer. Les réponses à ces questions dépendront davantage des fondamentaux.

Rééquilibrer l’offre et la demande

« La question la plus importante pour la Fed n’est pas : l’inflation a-t-elle atteint un pic ? C’est : quelle est la destination ? », a déclaré Aneta Markowska, économiste financière en chef chez Jefferies. Elle estime qu’il sera difficile de faire descendre l’inflation en dessous de 4 % – soit le double de l’objectif moyen de 2 % de la Fed – sans un ralentissement substantiel de l’économie et du marché du travail.

« Vous avez toujours le logement et le marché du travail, et il y a toujours beaucoup de pression inflationniste qui émane de ces deux domaines, qui sont très déséquilibrés », a déclaré Mme Markowska.

C’est pourquoi la Fed, qui se réunit la semaine prochaine, s’efforce de rééquilibrer l’offre et la demande.

Les banquiers centraux ont relevé les taux d’intérêt, qui étaient proches de zéro en mars, pour les porter dans une fourchette de 2,25 % à 2,5 % à leur dernière réunion, et l’on s’attend généralement à ce qu’ils soient relevés d’au moins trois quarts de point de base supplémentaires la semaine prochaine. Les mesures prises par la Fed constituent sa campagne de hausse des taux la plus rapide depuis les années 1980. L’objectif est de rendre les emprunts plus coûteux, ce qui, en théorie, ralentira les dépenses de consommation, permettant à l’offre de rattraper son retard et incitant les entreprises à baisser leurs prix pour attirer les clients.

Dans le sillage des données inquiétantes sur l’inflation publiées mardi, les investisseurs ont commencé à spéculer sur le fait que les autorités pourraient procéder à une augmentation encore plus radicale des taux la semaine prochaine, ou qu’elles pourraient pousser les taux plus haut qu’elles ne l’auraient fait dans un effort pour freiner l’économie.

Mais si la Fed décide qu’elle doit contraindre l’économie plus intensément dans les mois à venir pour atteindre ses objectifs, comme le spéculent de plus en plus les investisseurs, cela pourrait avoir un coût.

Les banquiers centraux ont espéré ralentir suffisamment l’économie pour réduire les offres d’emploi sans l’endommager au point de faire grimper le chômage. Certains économistes pensent toujours que c’est possible, étant donné la situation inhabituelle du marché du travail à l’heure actuelle.

Cependant, une série plus rapide et plus radicale de hausses de taux augmenterait le risque d’un fort ralentissement de la croissance qui ferait grimper le chômage.

Cet article a été initialement publié dans The New York Times.

Lisez l’article original (en anglais)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.