À Petites doses

Quelques milligrammes de toute l'actualité scientifique de la semaine

Tolérer le lait, une nouveauté

La capacité de tolérer le lactose est beaucoup plus récente qu’on ne le croyait, selon une étude allemande. Moins de 15 % des combattants qui sont morts lors d’une bataille près de la rivière Tollensee, il y a 3350 ans, avaient le gène permettant de tolérer le lactose et donc de se nourrir du lait de vache, écrivaient à la mi-août des chercheurs de l’Université de Mayence dans la revue Current Biology. La bataille de la Tollensee, dans le nord de l’Allemagne, est considérée comme la première bataille rangée de l’histoire européenne.

Quiz

Pourquoi l’astéroïde Bennu perd-il des morceaux surtout en fin d’après-midi ?

Parce que c’est le moment où il reçoit le plus de microastéroïdes provenant de comètes se désintégrant à l’approche du Soleil. Telle est la conclusion d’astronomes ayant analysé les dernières données de la sonde OSIRIS-Rex, qui va se poser sur Bennu (aussi appelé Bénou, en français) en octobre. Ces microastéroïdes sont de la taille de grains de sable, mais leur rapidité est suffisante pour déstabiliser des portions de la surface de Bennu. Leur étude est publiée au début de septembre dans la revue JGR Planets.

Le chiffre

16 mètres

C’était la taille maximale du mégalodon, un requin préhistorique qui a disparu il y a 3 millions d’années, selon des paléontologues britanniques. C’est donc beaucoup moins que la taille du mégalodon dans le film The Meg, avec Jason Statham. Les chercheurs de l’Université Swansea et de l’Université de Bristol, qui publiaient leurs résultats à la fin d'août dans la revue Scientific Reports, ont basé leur modèle mathématique sur les formes de cinq espèces différentes de requins d’aujourd’hui. La nageoire dorsale du mégalodon faisait donc à peine moins qu’un homme, soit 1,62 m. Le plus grand requin moderne fait six mètres de long.

Cinq nouveaux coraux

Des biologistes américains et australiens ont découvert cinq nouvelles espèces de coraux sombres à 1800 mètres de profondeur, dans la Grande Barrière de corail. Leur étude permettra de mieux comprendre pourquoi autant de coraux se sont donné rendez-vous à cet endroit du Pacifique. La découverte découle de 18 plongées de robots sous-marins totalisant plus d’une centaine d’heures.

Des chasseurs nordiques préhistoriques

Des chasseurs ont survécu au froid durant l’ère glaciaire dans les plaines de l’Europe, ont découvert des chercheurs britanniques lors de fouilles en Pologne, en retrouvant des restes de dents de renards arctiques chassés il y a 27 500 ans. Jusqu’à maintenant, les paléontologues présumaient que les habitants des plaines de Pologne migraient vers le sud en hiver, ne s’aventurant au nord que durant l’été. Leurs résultats sont publiés au début de septembre dans le Journal of Archaeological Science.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.