Le Vieux-Montréal étouffé par la congestion routière

Des automobilistes exaspérés par des files d’attente de presque une heure, des résidants irrités par ce triste spectacle : le retour des touristes dans le Vieux-Montréal après deux ans de pandémie crée des tensions, une situation dont la Ville se dit bien consciente.

« Ç’a été une catastrophe », laisse tomber Bruno Dufour, touriste originaire du nord de la France, pour décrire son trajet jusqu’au stationnement du quai de l’Horloge, dans le Vieux-Montréal, dimanche.

Sa conjointe, ses deux fils et lui ont mis plus d’une heure à atteindre l’endroit, une situation vécue par de nombreux autres touristes rencontrés par La Presse.

Ainsi s’alignaient des files de voitures, pare-chocs à pare-chocs, de l’entrée du stationnement du quai de l’Horloge jusqu’à très loin dans la rue de la Commune, dans l’ensemble de la rue Bonsecours et dans la rue Berri presque jusqu’au croisement de Saint-Antoine.

La scène se répète presque tous les jours à l’occasion des représentations du spectacle Kooza du Cirque du Soleil, dans le grand chapiteau dressé dans le Vieux-Port, et devient encore plus chaotique à l’occasion de l’International des feux Loto-Québec.

Méthode de paiement controversée

À l’origine de ces files monstres qui bloquent toute une partie du quartier patrimonial : le nouveau système de paiement mis en place par la Société du Vieux-Port de Montréal l’an dernier et qui oblige ses utilisateurs à payer avant d’entrer, ont affirmé plusieurs automobilistes.

« C’est complètement cave, ce doit être le seul stationnement où il faut payer avant d’entrer », a d’ailleurs ragé Wade Wilesey, dimanche, après avoir attendu environ une heure pare-chocs à pare-chocs.

« Ils devraient mettre des agents pour faire la circulation pour l’entrée et ils devraient nous faire payer plus tard, trouver un autre moyen », a pour sa part déploré Julie Francœur. Venue avec sa famille de L’Assomption, en banlieue nord de Montréal, pour assister au spectacle du Cirque du Soleil de 13 h, elle était alors déjà en retard en raison de l’attente interminable à laquelle sont soumis les automobilistes.

Qui plus est, ces files de voitures, en plus de créer un enjeu de sécurité dans le secteur en bloquant l’accès aux véhicules d’urgence, nuisent grandement à la quiétude de ceux qui y habitent, indique la présidente de l’Association des résidants du Vieux-Montréal, Christine Caron.

« Les gens du secteur du quai de l’Horloge sont particulièrement inquiets par rapport à ça, les soirs de feux d’artifice où ça devient un stationnement mur à mur. Il y a une diminution de la mobilité et il y a un enjeu [de sécurité] », dit-elle.

Sortir plus vite

Selon le porte-parole de la Société du Vieux-Port de Montréal, Étienne Collins, le choix de faire payer les gens à l’entrée du stationnement découle de sondages faits auprès de ces mêmes utilisateurs pour qui il était apparemment plus important d’économiser du temps à la sortie.

« Quand ils veulent partir, ils veulent partir. Ç’a été un moyen de mettre le paiement à l’entrée des stationnements. On comprend que ça occasionne un peu plus d’attente à l’entrée, mais sinon ça devrait se faire à la sortie. »

— Étienne Collins, porte-parole de la Société du Vieux-Port de Montréal

Étienne Collins, qui souligne le retour des touristes dans le Vieux-Montréal après les « dernières années […] difficiles », assure que l’organisme fédéral met tout en œuvre pour assurer une fluidité dans le secteur du quai de l’Horloge, y compris en embauchant des agents de stationnement pour gérer les files de voitures.

Or, dimanche, au passage de La Presse, aucun employé n’était sur place. « On essaie le plus possible d’avoir des gens sur place, mais c’est parfois difficile avec le manque de main-d’œuvre, on est comme tout le monde. C’est possible que des fois, il n’y ait personne », a admis Étienne Collins.

Vers la piétonnisation ?

Bien consciente de la situation tendue dans le Vieux-Montréal, l’administration municipale se dit opposée au statu quo. La Ville travaille à mettre en place un nouveau « modèle de gouvernance » afin d’impliquer les acteurs locaux, y compris les commerçants et les résidants, indique le conseiller municipal du secteur, Robert Beaudry.

Ce nouveau système, dont la forme n’est pas encore arrêtée, mais qui pourrait être une table de concertation ou la formation de plusieurs comités, devrait être en fonction dès l’automne prochain en vue de trouver des solutions aux problèmes de congestion vécus dans le secteur touristique de Montréal.

« Ça passe immanquablement par une réduction de l’arrivée d’autos solos dans le secteur. »

— Robert Beaudry, conseiller municipal du district de Saint-Jacques

« Est-ce que c’est une piétonnisation mur à mur [que ça prend] ? Est-ce une piétonnisation partielle en fonction d’évènements ou une rue partagée qui fait que l’accès est plus difficile et que l’accès de transit est complètement bloqué […] ou un écoquartier où on accepte seulement les véhicules à faibles émissions de GES ? Bref, toutes ces choses sont sur la table et les discussions, on va pouvoir les avoir », estime Robert Beaudry.

Nouveau modèle de gouvernance ou pas, Christine Caron estime que la Ville de Montréal devrait intervenir auprès de la Société du Vieux-Port pour l’inciter à rétablir l’ancien mode de paiement à la sortie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.