MODE

Ces tricots qui ont de l’étoffe

Intemporel, le pull en tricot ? Seulement si la qualité de sa fibre et de sa confection est au rendez-vous, vous répondrait notre collaborateur et styliste David Lesage. Trouvez ici quelques conseils avisés et mythes à détricoter pour ajouter un peu de doux à votre penderie à l’approche de l’hiver.

Gage de qualité, le cachemire ?

Attention : David Lesage prévient que tous les cachemires ne se valent pas ! Le styliste a maille à partir avec les fibres de moindre qualité qui respirent difficilement et qui boulochent dès qu’on les enfile. « On cherche la mention « 100 % cachemire » et, si on choisit un mélange de fibres, on s’en tient aux matières nobles, comme la soie ou le mérinos », dit-il. Toute présence d’acrylique ou de polyester dans la composition du vêtement est à fuir.

Tout est une question de microns

Au rayon des fibres naturelles comme le cachemire, la qualité se mesure en microns, soit l’unité de mesure du diamètre de la fibre. Lorsqu’on évoque la douceur inégalée de cette matière, c’est à la fibre de grade A (environ 15 microns) que l’on pense. « Gabriela Hearst, par exemple, propose des pulls de cachemire de première qualité conçus selon des pratiques éthiques », explique le styliste. Même chose du côté de la maison italienne Loro Piana, qui a fait de cette douce fibre sa signature, et chez Brunello Cucinelli : vous y trouverez la crème de la crème des cachemires.

Un luxe à s’offrir

Pour mettre la main sur des pièces luxueuses, mais un peu plus accessibles, David Lesage suggère de se tourner vers les marques mode comme Allude, Extreme Cashmere, Lisa Yang ou Ghiaia Cashmere, pour ne nommer que celles-là. Elles utilisent généralement un cachemire de grade B, aussi très confortable, mais plus abordable.

« Si on paie 199 $ pour un pull dans un magasin à grande surface, alors là, on se trouve en présence de cachemire de grade C », précise le styliste. Si, en boutique, la qualité du cachemire se perçoit principalement au toucher, mieux vaut se méfier : certains tricots de qualité inférieure sont brossés, pour leur procurer une texture plus duveteuse.

« La fibre n’est donc pas naturellement douce, mais elle a subi un traitement pour donner l’illusion qu’elle l’est. »

— David Lesage, styliste personnel

D’autres matières nobles à surveiller

Complices des froides journées d’hiver, les tricots ont le défaut de leur qualité : ils gardent bien au chaud. À la recherche du style tout confort sans l’indice de chaleur élevé ? La soie est l’alliée de ceux et celles que la chaleur incommode.

« La marque Alexander McQueen propose des pulls très minces, très confortables, faits d’un mélange de cachemire et de soie », souligne David Lesage. Autre matière à privilégier : le mérinos, la laine thermorégulatrice par excellence.

La maille, version mode de rue

Comment porter le tricot de façon actuelle ? Cette saison, le pull se porte et s’agence d’une multitude de façons, selon le spécialiste. « La tendance oversized [surdimensionnée] reste forte et on observe, chez l’homme, l’apparition d’une dad vibe [un style « papa » ] très « années 90 », avec des cardigans grand-père ainsi que des polos et cols roulés en cachemire qu’on rentre dans le pantalon ; un peu comme ceux que les papas portaient dans ces années-là. » Silhouettes trapèzes, manches cloches, pulls fendus sur les côtés, châles : le vêtement à maille sait aussi se faire élégant. Par ailleurs, les nuances inspirées des pierres précieuses — rubis, émeraude, chartreuse, pourpres saturés — ont la cote.

« Gros coup de cœur cette saison pour les tons de rouille, aussi. »

— David Lesage, styliste personnel

Aux petits soins avec les mailles

Maintenant que des pulls aussi doux que beaux ont fait leur entrée dans la garde-robe, il reste à veiller à leur entretien. À ses clients, David Lesage révèle son arme secrète : les détergents et produits de nettoyage à vaporiser The Laundress, conçus précisément pour la laine et le cachemire. La fragrance de cèdre agit comme les coffres de la même essence, tenant à l’écart les mites, qui raffolent des tricots. Enfin, si un pull qu’on affectionne particulièrement commence à boulocher là où les mouvements créent de la friction, il suffit d’y passer un peigne à cachemire et à laine afin d’enlever les peluches. Il deviendra comme neuf !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.