Athlétisme

Charles Philibert-Thiboutot n’est pas rassasié

Charles Philibert-Thiboutot poursuit sa réécriture du livre des records québécois du demi-fond, mais il n’est pas encore rassasié.

Trois semaines après son record canadien au 5 km sur route réalisé à Boston, le coureur de 31 ans a battu la marque provinciale au 5000 m, vendredi soir, en Californie.

À sa première course sur piste de la saison extérieure, Philibert-Thiboutot a terminé septième au Sound Running Track Meet, remporté par le prodige norvégien Jakob Ingebrigsten, à San Juan Capistrano, au sud de Los Angeles.

Son temps de 13 min 12,71 s, un sommet personnel par près de 10 s, lui a permis d’effacer le chrono de référence québécois établi par Paul Morrison aux Pays-Bas, en juillet 2007 (13 min 22,39 s).

Spécialiste du 1500 m, Philibert-Thiboutot possède maintenant les records provinciaux aux 1000 m, 1500 m, 3000 m, 5000 m et 5 km.

Il passe également du 12e au 4rang de tous les temps au Canada sur 5000 m. Seuls le médaillé de bronze olympique Mohammed Ahmed (12 min 47,20 s), le finaliste des Jeux de Tokyo Justyn Knight (12 min 51,93 s) et son ami Lucas Bruchet (13 min 12,56 s) ont fait mieux.

Enfin, son chrono lui permet d’atteindre le standard pour les Championnats du monde d’Eugene, en juillet, lui qui détient celui au 1500 m depuis l’été dernier.

« Je suis content, mais pas totalement satisfait », a pourtant lancé le principal intéressé, attrapé au téléphone à l’aéroport LAX avant un vol pour Vancouver, lundi après-midi.

Fraîchement débarqué d’un stage en altitude en Arizona, il visait mieux. « J’étais dans la course avec le champion olympique au 1500 jusqu’au dernier tour, puis il m’a pris 10 secondes. Lui a accéléré, moi, j’ai ralenti. J’ai pensé être capable de finir plus fort, mais j’ai comme un peu sauté. »

Suivant le rythme rapide imposé par les deux lièvres, Philibert-Thiboutot s’est accroché au quatuor de tête presque jusqu’à l’avant-dernier passage avant la ligne. Ingebrigsten a enfilé le dernier tour de piste en 54 secondes, saluant la foule du doigt avant de franchir le fil. Le Québécois a parcouru l’ultime 400 m en 64 secondes, cédant deux places dans l’intervalle.

« Ça fait partie de la game. Avec un départ aussi intense, ça peut arriver qu’on ralentisse un peu à la fin. J’ai quand même un baromètre. J’étais avec le champion olympique jusqu’à un tour de la fin et l’écart se creuse par la suite. C’est là-dessus que je vais devoir travailler. »

« Tout le monde veut sa peau »

Arrivé lui aussi de l’Arizona, Ingebrigsten, cinquième sur 5000 m aux derniers Mondiaux de 2019, s’est présenté sur cette piste d’école secondaire dans le but d’enregistrer le standard pour Eugene, établi à 13 min 13 s.

« Mon frère m’a dit que si j’avais voulu, j’aurais pu rester à l’arrière et jogger en 13 min 13 s, a dit le Norvégien de 21 ans aux journalistes sur place. En même temps, quand je suis en course, je ne peux laisser quelqu’un d’autre gagner ! »

Philibert-Thiboutot souhaitait profiter de cette rare occasion de se mesurer à celui qu’il considère comme « l’un des meilleurs athlètes de tous les temps sur 1500 et 5000 m ».

« C’est motivant. Il est dans une position où tout le monde veut un peu avoir sa peau. Il ne peut se présenter quelque part et donner dans la demi-mesure.

« Il ne faut pas être intimidé par des gars comme ça. Ça équivaudrait à se mettre des limites. Il faut donc avoir une mentalité offensive. J’ai vraiment attaqué comme si je voulais gagner. Ça n’a pas d’importance qu’il soit champion olympique. On n’est pas aux Jeux olympiques, on est un peu plus tard et c’est une autre course. Le but était de s’accrocher et d’être compétitif. Mais il était vraiment à un niveau supérieur au dernier tour. »

« Honoré » de figurer au palmarès des quatre meilleurs Canadiens, d’autant qu’Ahmed et Knight sont les plus rapides de l’histoire en Amérique du Nord, Philibert-Thiboutot pense être en mesure de s’approcher de la barre des 13 minutes s’il continue de progresser dans les prochains mois.

Avec un tel temps, il se qualifierait pour les Jeux du Commonwealth de Birmingham (du 28 juillet au 8 août) où il souhaite doubler 1500 et 5000 m. La question est de savoir s’il aura l’occasion de recourir un 5000 m d’ici peu. Il espère toujours une invitation pour une rencontre en Europe.

Pour les Mondiaux en Oregon (du 15 au 24 juillet), il ciblera assurément le 1500 m, une épreuve où il avait atteint la demi-finale aux Jeux olympiques de 2016. Le 5000 m serait un boni en cas de défaillance sur la plus courte distance.

Chose certaine, il participera à la classique Prefontaine, une compétition de la Ligue de diamant présentée le 28 mai dans le Hayward Field, le stade des Mondiaux. Dans un monde idéal, il retrouverait Ingebrigsten dans le prestigieux Bowerman Mile, pour lequel il est sur la liste d’attente. Sinon, ce sera le 1500 m « international », ce qui n’interdirait pas de penser à un autre record.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.