Desjardins

Les ristournes retardées à l’automne

Le Mouvement Desjardins reporte à l’automne prochain le versement des ristournes totalisant 317 millions de dollars qui aurait normalement lieu ces semaines-ci. Pour justifier ce report d’au moins quatre mois, la direction de Desjardins rappelle que le versement des ristournes doit être approuvé par vote lors de l’assemblée annuelle des membres de chaque caisse populaire. Or, en raison du Grand Confinement, ces assemblées de caisses n’ont pu avoir lieu comme d’habitude, en personne, durant le mois d’avril. Les dirigeants du Mouvement Desjardins ont donc décidé d’organiser la tenue de ces assemblées de caisses populaires en mode virtuel d’ici la fin du mois de septembre. — Martin Vallières, La Presse

Aviation

Air Canada modifie sa politique d’annulation

Les clients d’Air Canada dont le voyage a été annulé ne pourront toujours pas être remboursés au comptant, mais auront de nouvelles options. Le transporteur a ainsi annoncé vendredi que les crédits dont disposent les clients ayant acheté un billet non remboursable seront maintenant transférables et n’auront pas de date d’expiration. Leur valeur résiduelle pourra aussi être conservée. Air Canada ajoute aussi une nouvelle option, celle de voir la valeur du billet transférée en milles Aéroplan, « avec une valeur supérieure de 65 % par rapport au taux normal d’achat de milles ». « La nouvelle politique de bonne volonté et les options en cas d’annulation sont rétroactives pour tous les clients dont la date initiale de voyage se situe entre le 1er mars 2020 et le 30 juin 2021 », précise l’entreprise. Ceux qui ont déjà obtenu un crédit valable pendant 24 mois pourront se prévaloir d’une des deux nouvelles options.

— Jean-François Codère, La Presse

Forte baisse des ventes au détail

Les ventes au détail au Canada ont affiché leur plus forte baisse mensuelle jamais enregistrée en mars et Statistique Canada a prévenu vendredi que le recul pour le mois d’avril s’annonçait encore plus important. Les ventes des détaillants ont retraité de 10,0 % en mars pour atteindre 47,1 milliards, a indiqué l’agence fédérale, les entreprises non essentielles ayant commencé à fermer leurs portes au milieu du mois en raison de la pandémie. Selon les estimations, environ 40 % des détaillants ont fermé leurs portes au cours du mois. Cependant, Statistique Canada a également souligné qu’une estimation préliminaire indiquait qu’une baisse de 15,6 % pourrait être enregistrée pour avril, le premier mois complet de pandémie. L’économiste Josh Nye, de la Banque Royale, a estimé qu’il y avait « un peu de lumière au bout du tunnel », puisque les données de la banque montrent que les dépenses ont commencé à grimper vers la fin du mois d’avril. « Cette tendance devrait se poursuivre en mai, en particulier maintenant que certains détaillants sont autorisés à rouvrir », a écrit M. Nye dans un rapport.

— La Presse canadienne

Globe and Mail

Le déclin des revenus imprimés s’accélère

L’éditeur du Globe and Mail, Phillip Crawley, met en garde contre le fait que les revenus publicitaires du quotidien national, déjà affaiblis depuis des années, semblent se diriger vers un nouveau choc, alors que l’impact de la pandémie de COVID-19 ravage l’industrie de la presse écrite. M. Crawley a exhorté jeudi le gouvernement fédéral à prendre davantage de « mesures de soutien ciblées » pour aider les éditeurs à surmonter le déclin, alors qu’ils continuent de couvrir la pandémie. « Les perspectives à long terme pour le Globe et bien d’autres se sont assombries à cause de la pandémie », a-t-il affirmé au comité permanent des finances de la Chambre des communes lors d’une conférence web. « Les revenus de la publicité imprimée, jadis l’épine dorsale des journaux, connaîtront un déclin accéléré. » M. Crawley a expliqué que plus de 60 % des revenus du Globe étaient générés par les abonnements en ce moment, tandis que les 33 % restants provenaient de la publicité numérique et imprimée.

— La Presse canadienne

Série de mesures pour relancer la Chine

La Chine a dégainé vendredi une série de mesures pour relancer l’économie, mais sans se hasarder à afficher un objectif de croissance. Le pays, premier touché par la COVID-19, a largement jugulé l’épidémie sur son territoire, mais les conséquences sur son économie sont amenées à durer et restent imprévisibles. Fait inédit, le premier ministre chinois, Li Keqiang, a renoncé cette année à fixer un objectif de croissance, rompant avec une vieille tradition du régime communiste. Pour la première fois de son histoire, l’économie chinoise a décroché au premier trimestre (- 6,8 %) sous l’effet du virus. L’État va ainsi laisser filer son déficit cette année à 3,6 % du PIB (contre 2,8 % l’an dernier). Il augmentera de 1000 milliards de yuans (196 milliards de dollars). Le premier ministre a également annoncé l’émission de « Corona bonds », un emprunt d’État de 1000 milliards de yuans en réponse à l’épidémie. Ces 2000 milliards de yuans au total (392 milliards de dollars) permettront de soutenir l’emploi et seront intégralement destinés aux collectivités locales.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.