Guide gourmand

TASTET : À LA RECHERCHE DU MATCH PARFAIT

Enfant, elle a fréquenté les plus grands restaurants de la ville avec son père, critique de restaurants. Elle refuse de croire à l’objectivité en matière de nourriture. C’est peut-être ce qui anime son désir de trouver, pour chaque personne, une expérience culinaire qui lui sera unique. Rencontre avec Élise Tastet.

Les idées simples sont les meilleures, et Élise Tastet en tient une, en 2014, alors qu’elle s’apprête à boucler sa maîtrise en commerce électronique : parler des bonnes tables locales sur un site Web, bricolé sans prétention avec son père, le critique Jean-Philippe Tastet. C’est qu’Élise Tastet conjugue deux passions, soit la restauration locale et les nouvelles technologies. En peu de temps, le site rallie 25 000 lecteurs, et l’entrepreneure naissante comprend qu’il y a, dans cette idée simple, la graine de quelque chose.

Les premières années – après que son père s’est retiré de l’aventure, mais avant qu’il y revienne, en fin de compte –, Élise Tastet a tout de la femme-orchestre. Elle visite les restaurants, rédige les contenus, les édite, les publie, réalise la programmation du site. Mais surtout, elle s’évertue à maîtriser les rouages des deux seuls moteurs à sa portée avec ses maigres moyens financiers : le référencement naturel et les médias sociaux. « Tout le monde utilise Internet, mais personne ne sait comment ça fonctionne vraiment », dit-elle. Alors elle bûche sans relâche, et elle apprend.

Recommandations propulsées par l’intelligence artificielle

Aujourd’hui, Tastet est une référence incontournable parmi les guides de bonnes adresses. Chaque année, ce sont quelque 2,5 millions de visiteurs qui consultent le site avant une sortie au restaurant. Mais pour Élise Tastet, pas question de s’asseoir sur ce succès :

« À mesure que le site et notre communauté grandissaient, les recommandations, qui étaient basées sur mes goûts et mes préférences à moi, répondaient de moins en moins aux exigences de tous. »

L’idée de l’intelligence artificielle a alors commencé à faire son chemin dans l’esprit de l’entrepreneure.

En mars dernier, le même jour où les restaurants de la province fermaient leurs portes et que le guide gourmand prenait une pause forcée, Tastet intégrait le prestigieux incubateur d’intelligence artificielle NextAI. Une véritable force de propulsion pour le site. La volonté qui animait l’équipe pendant qu’elle faisait ses premiers pas dans les technologies de pointe est restée infléchissable : recommander chaque fois le bon resto à la bonne personne.

De « solopreneure » à chef d’entreprise

« J’ai mis du temps à m’entourer d’une équipe forte, dit Élise Tastet, mais c’est la plus belle chose qui me soit arrivée. » C’est que, depuis peu et pour la première fois depuis 2014, la chef d’entreprise peut compter sur des partenaires d’affaires aussi investis qu’elle dans le succès du site. L’expertise de ses six nouveaux associés couvre tous les pôles névralgiques : finances, ventes, droit, technologie et analyse d’affaires.

« Depuis les débuts de l’aventure, j’ai rêvé d’une équipe avec laquelle je pourrais tenir des brainstorm et faire avancer une mission commune. Comme j’ai pris du temps à la former cette équipe-là, mes associés, je les ai choisis avec soin », affirme-t-elle.

L’innovation en continu

Si la pandémie a contrecarré les plans d’expansion de Tastet, elle a aussi permis à l’équipe de prendre un peu de recul et d’élargir sa vision d’affaires. « Nous devions, en septembre, exporter le concept dans le marché de Toronto, ce qui n’est évidemment pas arrivé, mentionne Élise Tastet. Mais cette période nous aura permis de constater ce qu’on fait bien, ce qu’on fait moins bien et de tester des choses nouvelles. »

Ces nombreux mois consacrés à rectifier la nouvelle recette derrière Tastet ont rapporté gros. L’équipe a optimisé les profils d’adresses gourmandes et des utilisateurs : une fois que la magie de l’intelligence artificielle opère, le mariage parfait est au rendez-vous. « Les restaurants ne paient jamais pour être sur Tastet, alors nous avons tout intérêt à ce que le visiteur soit ravi des recommandations qu’on lui fait, explique Élise Tastet. On veut être le Tinder de la restauration… mais que toutes les dates soient le fun ! »

« Nous avons la conviction qu’un tel guide, avec la précision et l’exactitude que lui procure l’intelligence artificielle, peut s’exporter dans une foule d’autres marchés. Ce qui veut dire qu’un Montréalais en voyage à Chicago ou à Toronto, par exemple, pourrait recevoir des recommandations personnalisées selon son profil et ses restaurants préférés chez lui. »

Celle qui s’est fait dire trop souvent que son site est cute continue d’abattre des barrières et de voir grand : « Si on ne fait pas d’erreurs, c’est que nous ne sommes pas en train d’innover. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.