« C’est facile de jouer avec lui »

Hendrix Lapierre retrouve Cole Perfetti, avec qui il a connu beaucoup de succès

Leur duo s’est élevé au-dessus de la mêlée à la Classique Hlinka/Gretzky à l’été 2019.

Cole Perfetti et Hendrix Lapierre avaient été les bougies d’allumage de l’équipe canadienne médaillée d’argent à ce Championnat du monde qui regroupait les meilleurs hockeyeurs de moins de 18 ans. Perfetti avait été le meilleur compteur de la compétition avec 12 points en 5 matchs ; Lapierre l’avait talonné avec 11 points.

Hockey Canada en a pris note. À sa première présence sur la patinoire au camp de sélection d’Équipe Canada junior à Red Deer, en Alberta, mardi, Lapierre patinait dans le même groupe que Perfetti, choisi par les Jets de Winnipeg au 10e rang du premier tour du repêchage de la LNH il y a quelques semaines.

Lui-même sélectionné au 22e rang par les Capitals de Washington, Lapierre avait hâte de voir si la magie allait opérer à nouveau entre les deux prolifiques compteurs.

« C’est facile de jouer avec Cole. C’est un joueur intelligent, qui lit bien le jeu. On est capables de bien se compléter. Je ne sais pas s’ils vont nous jumeler à nouveau. Si c’est le cas, on va essayer de faire comme à la Hlinka l’année dernière. Sinon, peu importe, il y a tellement de bons joueurs ici. Il y aura de nouvelles occasions qui pourront se créer avec d’autres joueurs. »

Justement, il y a 27 choix de premier tour à ce camp de sélection hautement relevé en l’absence de hockey dans la LNH. Depuis qu’il est jeune, Lapierre est souvent le meilleur joueur de son équipe. À Red Deer, l’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi est entouré de joueurs aussi talentueux que lui. À 18 ans, il doit aussi lutter avec des joueurs plus expérimentés que lui.

À talent égal, le Gatinois a déjà déterminé ce qu’il lui faudra faire pour se démarquer des autres.

« Je vais devoir montrer que je suis capable de jouer n’importe quel rôle, que ce soit à l’aile d’un premier trio ou au centre d’un quatrième trio. Je veux démontrer que je suis prêt à prendre les responsabilités qu’on voudra me confier. »

« Je déteste perdre. Je veux gagner à tout prix et je suis prêt à tout pour y arriver. À la fin, c’est ce qui va faire la différence parce que du talent, tout le monde en a. »

— Hendrix Lapierre

Mardi, Lapierre était soulagé de toucher à la glace pour la première fois en plus de deux semaines. En raison d’un cas positif de COVID-19 chez les Saguenéens, il a dû s’isoler avant de débarquer en Alberta.

« Dawson Mercer et moi avons dû faire une quarantaine avant notre arrivée. C’était frustrant de ne pas pouvoir patiner avant de partir, mais ça faisait partie du processus. Nous avons eu une longue journée de voyagement lundi. Nous sommes partis de Québec à 3 h du matin. Nous sommes arrivés à Calgary à 20 h.

« J’étais un peu fatigué. Les jambes étaient lourdes à l’entraînement, mais j’étais tellement excité d’être ici que je l’ai oublié un peu. Je suis juste content de retrouver les gars de l’Ontario et de l’Ouest avec qui j’ai joué au Hlinka/Gretzky. »

Installé dans la bulle d’Équipe Canada junior, Lapierre veut s’assurer de tout donner au cours des prochaines semaines afin de ne pas avoir de regrets.

Simoneau et Greig absents

Hendrix Lapierre et Dawson Mercer ont fait partie des 11 joueurs à se présenter à Red Deer avec une journée de retard au camp de sélection d’Équipe Canada junior. Ne manquent plus que trois joueurs à l’appel, dont Xavier Simoneau, de Saint-André-Avellin, et Ridly Greig, choix de premier tour des Sénateurs d’Ottawa. Quinton Byfield, deuxième choix du dernier repêchage de la LNH, est aussi absent.

Kevin Epp, l’agent de Greig, a affirmé au réseau TSN que son client avait été déclaré positif à la COVID-19 le 8 novembre et qu’il était asymptomatique. Il ira rejoindre Équipe Canada junior à la fin de sa quarantaine, autour du 22 novembre.

L’entraîneur-chef André Tourigny a indiqué que les deux autres joueurs étaient en attente de résultats de tests de dépistage. Xavier Simoneau est toujours à sa pension de Drummondville, où il attend le feu vert avant de partir pour Red Deer.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.