Apple offre FaceTime à tous

Pour la première fois depuis son lancement en 2011, l’application de vidéoconférence FaceTime ne sera plus réservée aux utilisateurs Apple.

Lors de sa conférence WWDC21 lundi, destinée aux développeurs, l’entreprise a annoncé que FaceTime pourra être utilisée sur des appareils Android et des ordinateurs équipés de Windows, par l’envoi d’un lien web. Aucune date n’a été précisée pour cette fonction qui sera vraisemblablement offerte avec le lancement de la nouvelle version du système d’exploitation mobile d’Apple, iOS 15, prévu à l’automne.

D’autres fonctions annoncées feront de FaceTime un réel concurrent à des plateformes de vidéoconférence comme Zoom et Teams. Des liens pour un futur rendez-vous pourront ainsi être envoyés, un nouvel affichage multiple sera proposé, du contenu vidéo et musical pourra être partagé, et on pourra isoler la voix ou flouter l’arrière-plan en mode Portrait.

Cette ouverture d’Apple survient après plusieurs mois de controverse, notamment déclenchée par une poursuite d’Epic Games lancée en août 2020, accusant l’entreprise de Cupertino d’imposer un contrôle excessif sur sa boutique d’applications, l’App Store, et de profiter d’un écosystème fermé. Sans répondre à ces accusations, Apple a mentionné lundi avoir versé 230 milliards US aux développeurs.

AirPlay sur Mac

Apple a par ailleurs fait la démonstration d’une fonction pour le moins étonnante, qui permet un travail continu sur plusieurs appareils Apple, notamment un iMac, un MacBook et un iPad. Baptisée « Universal Control », cette nouveauté qui apparaîtra avec iOS 15 permet d’utiliser un seul clavier et une souris pour plusieurs appareils Apple. On peut par exemple glisser une image d’un iPad à un iMac et utiliser le clavier d’un MacBook pour écrire sur un appareil Apple à proximité.

Pour la première fois, un ordinateur Mac pourra en outre être utilisé comme moniteur secondaire avec la fonction AirPlay.

Au chapitre de la confidentialité, un des chevaux de bataille d’Apple, on s’attaquera aux fichiers témoins glissés dans des courriels qui envoient sans autorisation des informations sur la géolocalisation et les habitudes des usagers.

Détecter les AirPods

L’application Mail permettra dorénavant de voir ces transmissions de données, leur destinataire, et de les bloquer sur demande. Les utilisateurs payants du service infonuagique iCloud disposeront en outre, sans coût supplémentaire, d’outils additionnels pour préserver leur anonymat, notamment l’utilisation d’adresses de courriel temporaires.

Un service appelé iCloud Private Relay cryptera, à la manière d’un VPN, toutes les informations envoyées d’un appareil Apple. Ces fonctions sont toutefois d’une utilité limitée, l’application du logiciel de courriels Mail, d’Apple, attirant une faible part des utilisateurs, à peine 12 % selon plusieurs analystes.

Pour les amateurs d’AirPods, ces coûteux et populaires écouteurs Bluetooth, une annonce rassurante : ils seront dorénavant aussi faciles à retracer que les AirTags. Des écouteurs perdus pourront utiliser les appareils Apple à proximité pour signaler leur position et il sera possible de les faire sonner à distance. Pour les retrouver à courte distance, la fonction Rechercher permettra, comme une boussole, de les localiser.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.