CF Montréal

« On a toutes les armes pour faire les playoffs »

Six matchs pour décider de tout. C’est dans cette situation que le CF Montréal se retrouve alors qu’il entreprend la dernière ligne droite de sa saison.

Et l’intensité était au rendez-vous mardi matin à l’entraînement du club au centre Nutrilait, quatre jours avant un affrontement de haute importance face à l’Union de Philadelphie, samedi au stade Saputo.

« On est encore plus déterminés qu’en début de saison parce que justement, c’est la dernière ligne droite, a commenté le défenseur Zorhan Bassong en visioconférence, mardi. Ce sont les matchs les plus importants. »

« On le sent à l’entraînement que les gars sont motivés parce qu’on sait que c’est maintenant ou jamais. On n’aura pas une deuxième chance de faire les playoffs cette année. »

C’est que le classement dans l’Association de l’Est est congestionné au possible. Le CF Montréal est septième, le dernier rang donnant accès aux séries. Ses 40 points sont ex æquo avec le DC United (5e) et le New York City FC (6e). L’Union tient le troisième rang avec 45 points, tandis qu’Orlando (4e) suit de près avec ses 42 unités. Derrière Montréal, Atlanta (39 points) et les Red Bulls de New York (37 points) ont encore l’ambition de se qualifier.

Au minimum, on sent que l’ampleur de la tâche à accomplir est saisie de tous.

« Il reste six finales », a analysé le milieu de terrain Matko Miljevic, ses propos traduits de l’espagnol. « Les six matchs qui restent sont cruciaux. Pour y arriver, il faut être à 100 %. Si t’es à 99 %, ce n’est pas assez. Il faut tout donner d’ici à la fin. »

Si Zorhan Bassong concède qu’ils regardent les résultats des autres équipes pour « avoir une meilleure idée » de leur position au classement, il affirme que « le plus important, c’est d’aborder cela match par match, d’analyser l’adversaire qu’on va affronter et de se concentrer sur notre formation ».

« Nous, on sait qu’on est une bonne équipe, on est un bon groupe. […] On a toutes les armes pour faire les playoffs cette année. C’est vraiment à nous de faire le boulot. »

L’Union, ce « miroir »

Parlons-en, de ce prochain adversaire.

L’Union de Philadelphie s’amène à Montréal fort de trois victoires en quatre matchs. Pour sa dernière, acquise samedi dernier face au FC Cincinnati, l’entraîneur-chef Jim Curtin a positionné trois défenseurs à l’arrière dans une formation 3-4-1-2… une formation qui ressemble étrangement à celle utilisée par Wilfried Nancy cette saison.

Comment contrer un schéma tactique semblable au sien ?

« On va se préparer comme on va préparer les autres matchs, c’est-à-dire qu’on va jouer de la même manière », croit Bassong.

Si le jeu offensif devrait rester le même pour le Bleu-blanc-noir, c’est défensivement que ça pourrait se faire sentir, avance le défenseur.

« Pour défendre, c’est un peu plus clair. Je vais appeler ça un miroir. Eux aussi, ils vont être plus dangereux. […] Je crois qu’il faut redoubler de vigilance. On a déjà joué contre des équipes qui jouaient à trois défenseurs, avec quatre ou cinq milieux. On va savoir gérer leurs armes offensives. »

« Chaque semaine est un progrès » pour Miljevic

Matko Miljevic a « une envie entière de jouer », a-t-il lancé mardi.

Ce milieu de terrain obtenu en août dernier du club argentin Argentinos Juniors avait fait ses débuts avec Montréal face à Halifax le 22 septembre, marquant un but dans ce match du Championnat canadien. Il avait ensuite disputé ses premières minutes en MLS face à Columbus quatre jours plus tard.

Mais le joueur de 20 ans n’avait pas joué depuis 2020 et n’avait pas tout à fait le rythme requis pour continuer sur sa lancée cet automne.

Mardi, Miljevic s’est entraîné avec le groupe principal et a démontré une bonne intensité. Est-ce qu’une apparition samedi contre Philadelphie est envisageable ?

« Je crois que ça pourrait arriver, a-t-il idéalisé. Chaque jour, je me sens mieux physiquement. Je suis en contact quotidien avec l’entraîneur, et il voit la même chose que moi. Je suis très content de ma progression. »

De son propre aveu, il ne croit pas avoir 90 minutes dans les jambes pour l’instant. « Le niveau d’intensité de la MLS n’est pas le même qu’en Argentine. J’ai peut-être 75, 80 minutes aujourd’hui. Je devrais être bientôt prêt à disputer un match complet. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.