Repêchage de la NFL

Qui sont les 10 meilleurs espoirs ?

Le repêchage de la NFL a lieu de jeudi à samedi et, comme chaque année, des dizaines de jeunes hommes attendent leur chance… pour aller avec des milliers et des milliers de partisans qui espèrent que leur équipe aura une chance de choisir les meilleurs. Petit tour d’horizon des 10 meilleurs espoirs du football américain cette année.

1. Trevor Lawrence Quart-arrière, Université de Clemson

« Le meilleur quart-arrière disponible au repêchage en près d’une décennie », a décrété Sports Illustrated à son sujet tout récemment. Rien que ça. Ce jeune homme sait-il aussi marcher sur l’eau ? Il le faudra pour remettre en marche l’attaque anémique des Jaguars de Jacksonville, le club qui va le repêcher avant tout le monde jeudi soir. À part la mort et les impôts, il y a bien peu de certitudes dans la vie, et les équipes qui ont raté leur coup avec un quart repêché au premier rang sont nombreuses (les Rams avec Jared Goff et les Bucs avec Jameis Winston sont des exemples récents). Mais il faut bien reconnaître que Trevor Lawrence est attirant, et pas seulement à cause de sa coiffe spectaculaire ; à sa dernière saison à Clemson, il a réussi tout près de 70 % de ses passes, avec 24 passes de touché contre seulement 5 interceptions. Au moins, on aura une raison de regarder les matchs des Jaguars cette saison.

2. Zach Wilson Quart-arrière, Université Brigham Young

Question quiz ici : quel est le dernier quart-arrière de premier plan que les Jets de New York ont envoyé sur le terrain ? Brett Favre ne compte pas, puisque son fait saillant chez les Jets aura été de se prendre en photo flambant nu et d’envoyer ça à une employée du club qui n’avait rien demandé. Mark Sanchez ? Geno Smith ? Chad Pennington ? Ray Lucas ? Il n’y a personne dans cette liste qui s’en va au Temple de la renommée, et avec un peu de mauvaise foi, on pourrait affirmer que la dernière fois que les Jets ont eu un quart de grand talent, personne n’avait encore marché sur la Lune. Tout ça pour dire qu’on souhaite la meilleure des chances au jeune Zach Wilson, qui ne sait probablement pas dans quoi il s’embarque.

3. Mac Jones Quart-arrière, Université de l’Alabama

Donc, si on comprend bien, ça devrait être trois quarts de suite à ce repêchage aux trois premiers rangs, et ça en dit long sur l’énorme fossé dans cette ligue entre les équipes qui ont un quart de talent et celles qui en cherchent un. Mac Jones va se trouver une équipe bien assez vite en raison de son potentiel hallucinant, et aussi parce qu’il vient de connaître une saison également hallucinante dans les rangs universitaires : 4500 verges de gains (!), 41 passes de touché contre seulement 4 interceptions, et 77,4 % de passes réussies. En plus de tout ça, Jones vient de mener son club à une saison parfaite. Les 49ers de San Francisco, qui détiennent le troisième choix, sont à la recherche d’un quart, et ce jeune homme semble le choix parfait pour eux.

4. Kyle Pitts Ailier rapproché, Université de la Floride

Enfin quelqu’un qui n’est pas un quart-arrière ! Ici, on parle d’un ailier rapproché de 6 pi 6 po, qui revient d’une saison de 12 touchés chez les Gators de la Floride. La plupart des experts s’entendent pour dire que ce jeune homme sera le prochain ailier rapproché dominant du football américain, mais ce sont les Falcons d’Atlanta qui possèdent le quatrième choix à ce repêchage, et à notre humble avis, les Falcons vont très bientôt avoir besoin d’un quart-arrière pour remplacer Matt Ryan. Cela dit, personne ne va se tromper en choisissant Pitts, qui va donner bien des maux de tête aux défenses adverses lors des prochaines années.

5. Ja’Marr Chase Receveur, Université Louisiana State

Ce sont les Bengals de Cincinnati qui détiennent ce choix, et on va se le dire, avec les Bengals, tout est possible. Ils pourraient décider de choisir un joueur mort qu’on ne serait même pas surpris. La direction des Bengals nous a habitués à une foule de décisions loufoques au fil des ans, alors il est bien difficile de prévoir quoi que ce soit dans ce cas, mais on peut présumer qu’elle aimerait bien réunir Chase avec le quart Joe Burrow. Les deux joueurs ont été des coéquipiers chez les Tigers de LSU, et avec Burrow pour lui lancer des ballons en 2019, ce receveur a récolté 84 attrapés pour 1780 verges de gains et 20 touchés. Les Bengals ont besoin d’aide aussi sur la ligne à l’attaque, mais ils auront bien du mal à lever le nez sur ce receveur explosif.

6. Jaylen Waddle Receveur, Université de l’Alabama

Ce sont les Dolphins de Miami qui détiennent ce choix, et de l’avis de plusieurs, ils vont tenter de dénicher un receveur pour leur jeune quart-arrière. Waddle, un joueur petit mais tout de même très explosif, pourrait bien faire l’affaire.

7. Penei Sewell Bloqueur, Université de l’Oregon

Ici, ça dépend de ce que voudront les Lions de Detroit, les détenteurs de ce septième choix. Mais les Lions sont un peu comme les Bengals, et qui peut bien dire ce qu’ils vont faire ? Qui ? On va les laisser penser à tout ça, mais Sewell serait de nature à améliorer une ligne à l’attaque en un rien de temps.

8. Rashawn Slater Bloqueur, Université de Northwestern

Slater est un joueur de ligne à l’attaque qui n’a peut-être pas reçu des fleurs comme Sewell, mais il sera fort utile, lui aussi. Les Panthers de la Caroline viennent d’aller chercher le quart Sam Darnold et ce serait une bonne idée que de lui donner un peu de protection.

9. Justin Fields Quart-arrière, Université Ohio State

Un autre quart intéressant qui sera certes sélectionné lors du premier tour de ce repêchage. Les Broncos de Denver détiennent ce choix et ça tombe bien, ils cherchent un quart justement…

10. Patrick Surtain II Demi de coin, Université de l’Alabama

Il faut avoir vu jouer la défense des Cowboys de Dallas pendant environ 43 secondes l’an passé pour comprendre que cette équipe a besoin d’aide dans cet aspect du jeu, et à la place de la direction des Cowboys, on miserait tous nos choix sur des espoirs en défense. À commencer par ce gars-là.

Des Québécois aux portes de la NFL

Pier-Olivier Lestage ne se souvient plus vraiment de la date de son dernier match de football. Était-ce le 23 ou le 24 novembre 2019 ? Il n’est plus sûr.

Heureusement, il n’a pas oublié comment on joue au football. Tellement qu’il fait partie des joueurs québécois qui pourraient être repêchés par une équipe de la NFL en fin de semaine.

« Mon dernier match, ça fait longtemps, mais j’ai pu me rendre en Floride au mois de janvier pour participer au Tropical Bowl, explique-t-il au bout du fil. Trois jours avec des espoirs de la NFL, et un match qu’on a pu disputer à la fin, lors du dernier jour là-bas. J’étais rouillé le premier jour, mais les deux derniers, ça allait… »

Ça allait tellement que Lestage, un garde de 23 ans qui a joué avec les Carabins de l’Université de Montréal, pourrait être choisi par une équipe de la NFL lors du repêchage qui s’amorce ce jeudi soir.

« En temps de pandémie, je ne peux pas réunir tout le monde autour de moi, alors on va tous regarder ça ensemble sur Zoom, ma famille et mes amis… on va être une trentaine ensemble comme ça. C’est sûr qu’il y a une certaine fébrilité. En même temps, je ne veux pas banaliser le repêchage, mais c’est facile, si on veut, de se retrouver avec une équipe… Le plus difficile, c’est de rester ! »

Il n’a pas d’équipe favorite, et il ne souhaite pas non plus être repêché par une équipe en particulier. Surtout, Lestage ne veut pas dire combien d’équipes se sont intéressées à lui au cours des dernières semaines. C’est un secret qu’il aime mieux ne pas dévoiler.

« Peu importe, je ne vais pas être difficile… si on me repêche, tant mieux, sinon, il y a toujours la possibilité d’obtenir un contrat à titre de joueur autonome après le repêchage. »

« Mon rêve, c’est la NFL. Peu importent la ville et l’équipe, je vais y aller. »

— Pier-Olivier Lestage

Naguère, Lestage a été un joueur de hockey, mais il a fait le saut sur les terrains de football en arrivant au secondaire. C’est un choix qu’il n’a pas regretté, et aujourd’hui, le voici aux portes de la plus grande ligue. Pas seulement lui ; le demi de coin Benjamin St-Juste et l’ailier rapproché Bruno Labelle pourraient aussi être repêchés.

« Il y a des Québécois chaque année, mais là, trois joueurs québécois en tout, c’est assez fort, conclut-il. Je pense que plus ça va aller et plus les joueurs du Québec vont avoir ces occasions. C’est bon signe pour l’avenir du football en province. »

Benjamin St-Juste

Cet ancien des Spartiates du cégep du Vieux Montréal a amorcé sa carrière à l’Université du Michigan, avant de passer à l’Université du Minnesota. Ce demi de coin montréalais de 6 pi 3 po a connu de bons moments sur les terrains universitaires américains, assez, en tout cas, pour devenir un espoir de premier plan, qui pourrait même être repêché lors du deuxième tour du repêchage. Avec sa taille, toutefois, il ne faudrait pas s’étonner qu’une équipe tente d’en faire un demi de sûreté. Peu importe, à moins d’une malchance, il sera fort probablement sur un terrain de la NFL au mois de septembre.

Bruno Labelle

L’ailier rapproché de 23 ans a rapidement quitté le Québec pour aller courir aux États-Unis sur les terrains de la NCAA, et c’est là, avec les Bearcats de l’Université de Cincinnati, qu’il a passé les quatre dernières saisons. Les Bearcats ont été invaincus au cours du dernier calendrier écourté, et Labelle en a profité pour se faire remarquer de la bonne façon. Comme Pier-Olivier Lestage, il pourrait être un choix tardif au repêchage de la NFL, ou encore signer un contrat à titre de joueur autonome si jamais il n’était pas repêché.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.