Le « parentais », un langage qui ne connaît pas de frontières

Dans le cadre d’une ambitieuse étude interculturelle, des chercheurs ont découvert que les adultes du monde entier parlent et chantent aux bébés de manière similaire.

Nous l’avons tous vu, nous en avons tous été effrayés et nous l’avons tous fait nous-mêmes : parler à un bébé comme si c’était, vous savez, un bébé.

Vous dites « Oooh, allooooo bébé ! », votre voix chantante comme un vendeur de magasin qui s’extasie devant un client. Le bébé est complètement déconcerté par votre gazouillis inintelligible et votre sourire gaga, mais « bébé si mignon ! ».

Des chercheurs ont récemment déterminé que ce langage enfantin chantant – plus connu sous le nom de « langage parental » – semble être presque universel chez les humains du monde entier.

Dans le cadre de l’étude la plus vaste du genre, plus de 40 scientifiques ont participé à la collecte et à l’analyse de 1615 enregistrements vocaux effectués par 410 parents sur 6 continents, en 18 langues, issus de communautés diverses : rurales et urbaines, isolées et cosmopolites, adeptes de l’internet et hors réseau, des chasseurs-cueilleurs de Tanzanie aux citadins de Pékin.

Les résultats, publiés récemment dans la revue Nature Human Behavior, montrent que dans chacune de ces cultures, la façon dont les parents parlent et chantent à leurs enfants diffère de la façon dont ils communiquent avec les adultes – et que ces différences sont profondément similaires d’un groupe à l’autre.

Nous avons tendance à parler d’un ton plus aigu, avec une grande variabilité, comme « Ohh, allooo, tu es un béébééé ! », a déclaré Courtney Hilton, psychologue aux laboratoires Haskins de l’Université de Yale et auteure principale de l’étude. Cody Moser, étudiant diplômé en sciences cognitives à l’Université de Californie à Merced et autre auteur principal, en rajoute.

« Lorsque les gens ont tendance à chanter des berceuses ou à parler à leurs nourrissons, ils ont tendance à le faire de la même manière. »

– Cody Moser, étudiant diplômé en sciences cognitives à l’Université de Californie à Merced

Les résultats suggèrent que les conversations et les chansons pour bébés ont une fonction indépendante des forces culturelles et sociales. Elles constituent un point de départ pour de futures recherches sur les bébés et, dans une certaine mesure, permettent de remédier au manque de représentation diversifiée en psychologie. Pour faire des affirmations interculturelles sur le comportement humain, il faut des études provenant de nombreuses sociétés différentes.

« Je suis probablement l’auteur qui a publié le plus grand nombre d’articles sur ce sujet jusqu’à présent, et cette étude me bouleverse », a déclaré Greg Bryant, spécialiste des sciences cognitives de l’Université de Californie à Los Angeles, qui n’a pas été associé à cette nouvelle recherche. « Partout où vous allez dans le monde, là où les gens parlent aux bébés, vous entendez ces sons. »

Proche des animaux

Les sons sont utilisés dans tout le règne animal pour transmettre des émotions et signaler des informations, notamment un danger imminent ou une attirance sexuelle. Ces sons présentent des similitudes entre les espèces : un auditeur humain peut distinguer les bruits heureux et tristes émis par les animaux, des mésanges aux alligators en passant par les cochons et les pandas. Il n’est donc pas surprenant que les bruits humains soient également porteurs d’une valence émotionnelle communément reconnaissable.

Les scientifiques affirment depuis longtemps que les sons que les humains émettent avec leurs bébés remplissent un certain nombre de fonctions importantes sur le plan du développement et de l’évolution. Comme l’a fait remarquer Samuel Mehr, psychologue et directeur du Music Lab des laboratoires Haskins, qui a conçu la nouvelle étude, les bébés humains solitaires sont « très mauvais dans leur travail de survie ».

Les choses étranges que nous faisons avec nos voix lorsque nous fixons un nouveau-né nous aident non seulement à survivre, mais aussi à apprendre le langage et la communication.

Par exemple, le langage des parents peut aider certains nourrissons à mieux mémoriser les mots et leur permet d’associer les sons aux formes de la bouche, ce qui donne un sens au chaos qui les entoure. De même, les berceuses peuvent apaiser un enfant qui pleure, et une voix plus aiguë peut mieux retenir son attention. « Vous pouvez pousser de l’air dans votre conduit vocal, créer ces tons et ces rythmes, et c’est comme si vous donniez un analgésique au bébé », a déclaré Samuel Mehr.

Mais en avançant ces arguments, les scientifiques, principalement dans les pays occidentaux et développés, ont largement supposé que les parents, dans toutes les cultures, modifient leur voix pour parler aux nourrissons. « C’était une hypothèse risquée », a déclaré Casey Lew-Williams, psychologue et directrice du Baby Lab de l’Université de Princeton, qui n’a pas contribué à la nouvelle étude.

« [Les conversations et les chansons des bébés] semblent constituer une rampe de lancement pour l’apprentissage du langage, [mais] il existe des cultures où les adultes ne parlent pas aussi souvent aux enfants – et d’autres où ils leur parlent beaucoup. »

– Casey Lew-Williams, psychologue et directrice du Baby Lab de l’Université de Princeton

La cohérence théorique, bien que sympathique, risque de « faire oublier la richesse et la texture des cultures ».

De nombreuses différences

Cette nouvelle étude a révélé que les sons de la langue des parents différaient en 11 points de ceux des conversations et des chansons des adultes du monde entier. Certaines de ces différences peuvent sembler évidentes. Par exemple, le langage des bébés est plus aigu que celui des adultes, et les chansons des bébés sont plus douces que celles des adultes.

Mais pour vérifier si les gens ont une conscience innée de ces différences, les chercheurs ont créé un jeu – Who’s Listening ? – auquel ont joué en ligne plus de 50 000 personnes parlant 199 langues et originaires de 187 pays. Les participants devaient déterminer si une chanson ou un discours s’adressait à un bébé ou à un adulte.

Les chercheurs ont constaté que les auditeurs étaient capables de dire avec une précision d’environ 70 % quand les sons s’adressaient à des bébés, même s’ils ne connaissaient absolument pas la langue et la culture de la personne qui les émettait. « Le style de la musique était différent, mais la vibration, à défaut d’un terme scientifique, était la même », a déclaré Caitlyn Placek, anthropologue à l’Université Ball State, qui a aidé à collecter les enregistrements des Jenu Kuruba, une tribu en Inde. « L’essence est là. »

Mais on ne sait pas encore comment ces similitudes interculturelles s’intègrent dans les théories existantes du développement.

« À l’avenir, les chercheurs devront déterminer quels éléments de cette liste sont importants pour l’apprentissage des langues. Et c’est pourquoi ce genre de travail est si cool – il peut se répandre. »

– Casey Lew-Williams, psychologue et directrice du Baby Lab de l’Université de Princeton

Samuel Mehr est d’accord. « Une partie du travail d’un psychologue consiste à prendre du recul et à regarder à quel point nous sommes étranges et incroyables », a-t-il déclaré.

Cet article a été initialement publié dans le New York Times.

LISEZ l’article original (en anglais)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.