Grèce

« Les personnes vaccinées [contre le coronavirus] doivent être libres de voyager. »

— Le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a appelé mardi l’Union européenne à adopter un certificat « standardisé » de vaccination pour donner un coup de pouce à l’industrie du tourisme, terrassée par la pandémie.

(Agence France-Presse)

COVID-19

Au Royaume-Uni, des morgues provisoires faute de place

Installé sur une pelouse d’Epsom, dans le sud de l’Angleterre, un chapiteau blanc accueille des dizaines de corps : cette morgue provisoire doit soulager des hôpitaux submergés par la vague actuelle de morts dues au nouveau coronavirus. Le Royaume-Uni subit de plein fouet les effets d’un variant considéré comme plus contagieux de la COVID-19, qui a entraîné une flambée des contaminations et une hausse de la mortalité, culminant vendredi à 1325 morts enregistrés en 24 heures – du jamais vu depuis le début de la crise. Cette aggravation exerce une pression considérable sur les hôpitaux : leurs services de réanimation mais aussi leurs morgues. Le secteur funéraire fait face à trois défis, selon une porte-parole de la National Funeral Directors Association : le pic des morts dues à la COVID-19, les taux de mortalité qui sont habituellement plus élevés en hiver et la probabilité d’employés qui tombent malades. Le Royaume-Uni est actuellement le pays d’Europe le plus endeuillé par la pandémie avec près de 82 000 morts, et le service de santé se prépare à ses « pires semaines de la pandémie », a prévenu le médecin-chef de l’Angleterre. — Agence France-Presse

France

Human Rights Watch déplore l’amalgame entre islam et terrorisme

« La France semble assimiler l’islam en général à la menace terroriste », a estimé mardi Kenneth Roth, le directeur général de Human Rights Watch dans un entretien à l’AFP à la veille de la publication du rapport annuel de l’ONG. « Nous avons été profondément préoccupés par la manière dont le gouvernement français a répondu à la menace terroriste. Oui, il y a des actes de violence, mais le gouvernement semble assimiler l’islam en général à la menace terroriste, et c’est une énorme erreur », a jugé M. Roth, interrogé à Genève. « La France, en dépit de sa tradition de laïcité, doit trouver un moyen de respecter le droit des gens à croire et à manifester leur croyance, tant qu’il n’y a pas de violence », a-t-il souligné, réagissant à deux projets de législation en France dont la très contestée proposition de loi sur la « sécurité globale », mais aussi à un texte sur le séparatisme. — Agence France-Presse

Irlande

9000 enfants morts dans d’anciennes maisons mère-enfant

Une commission d’enquête sur le scandale des anciennes maisons mère-enfant pour mères célibataires en Irlande a mis en évidence 9000 décès dans ces établissements tenus, jusqu’en 1998, par des religieuses catholiques, selon un rapport publié mardi. Le premier ministre Micheal Martin a annoncé qu’il présenterait les « excuses » de l’État irlandais dans cette affaire. « Il est difficile de concevoir l’ampleur de la tragédie et le chagrin qui se cache derrière ce chiffre de 9000 enfants et bébés », a déclaré le ministre irlandais de l’Enfance, Roderic O’Gorman. Tenues par des religieuses avec l’État irlandais, ces maisons accueillaient des jeunes femmes rejetées par leurs familles. Considérés comme illégitimes, les enfants qui y naissaient étaient souvent séparés de leur mère pour ensuite être adoptés, ce qui rompait tout lien avec leur famille biologique. Le chiffre de 9000 décès représente 15 % des 57 000 enfants qui sont passés par ces établissements pendant la période examinée par la commission d’enquête. « Toute la société était complice », a estimé le chef du gouvernement. — Agence France-Presse

Chili

Plus de 3000 candidats pour rédiger la nouvelle Constitution

Plus de 3000 personnes se sont portées candidates pour faire partie de l’Assemblée constituante qui sera chargée de rédiger la future Constitution au Chili. Selon les dernières données du Service électoral, 2226 candidats indépendants et plus de 900 membres de partis politiques se sont inscrits pour participer à l’élection du 11 avril qui devra désigner les 155 membres de cette assemblée. Les candidats avaient jusqu’à lundi minuit pour officialiser leur candidature. Parmi les candidats indépendants, 185 sont des représentants des communautés amérindiennes, pour lesquels 17 sièges ont été réservés. Le 11 avril, les Chiliens seront appelés à élire les 155 membres de la « Convention constituante » qui sera chargée de rédiger la nouvelle Loi fondamentale du pays. « C’est une journée très importante pour les électeurs, nous sommes à 90 jours des élections qui pourraient être les plus grandes de l’histoire », a salué lundi le président du Service électoral, Patricio Santamaria.  

— Agence France-Presse

Ouïghours

Ottawa et Londres prennent des mesures face à la « barbarie » de Pékin

Le Royaume-Uni et le Canada ont dévoilé mardi des mesures pour empêcher les marchandises liées au travail forcé présumé de cette minorité musulmane dans la région du Xinjiang d’arriver jusqu’aux consommateurs canadiens et britanniques.

Selon des experts étrangers, un million d’Ouïghours, principale minorité ethnique du Xinjiang, ont été placés en détention ces dernières années dans des camps de rééducation politique.

Pékin dément et affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle destinés à éloigner les personnes de la tentation de l’islamisme, du terrorisme et du séparatisme après une série d’attentats attribués à des Ouïghours.

« Gravement préoccupé », le Canada a annoncé emboîter le pas au Royaume-Uni, annonçant l’« interdiction d’importer » au Canada « des biens issus en tout ou en partie du travail forcé ».

C’est une « barbarie que l’on espérait reléguée au passé qui est pratiquée aujourd’hui », a déclaré le chef de la diplomatie Dominic Raab devant les députés britanniques, évoquant « la détention arbitraire, la rééducation politique, le travail forcé, la torture et la stérilisation forcée » des Ouïghours « à l’échelle industrielle ».

Le Royaume-Uni avait le « devoir moral » de réagir, a poursuivi le ministre, annonçant des mesures visant à interdire les importations et exportations liées au travail forcé des Ouïghours.

« Nous devons agir pour assurer que les entreprises britanniques ne participent pas aux chaînes d’approvisionnement qui mènent jusqu’aux portails des camps d’internement dans le Xinjiang », a-t-il détaillé.

Il s’agit aussi de « veiller à ce que les produits issus des violations des droits de la personne ne finissent pas dans les rayons des supermarchés où nous faisons nos achats ici », a-t-il ajouté.

Dans un contexte de relations déjà tendues, l’ambassadeur de Chine à l’ONU, Zhang Jun, a demandé au Royaume-Uni « de cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures » de son pays.

Après une intervention de Londres sur les Ouïghours lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur la lutte antiterroriste, le diplomate chinois a dénoncé une « attaque purement politique » et « sans fondement » du Royaume-Uni.

Amendes

Dans le secteur du commerce de détail au Royaume-Uni, des directives vont être émises en direction des entreprises britanniques, qui encourront des amendes si elles ne peuvent démontrer que leurs approvisionnements ne sont pas liés au travail forcé dans le Xinjiang, immense région du nord-ouest de la Chine constituant un important fournisseur de coton au niveau mondial.

Cette obligation de transparence sera étendue au secteur public, a souligné Dominic Raab, et les entreprises tirant profit du travail forcé seront exclues des marchés publics.

Dans l’opposition travailliste comme dans les rangs des conservateurs au pouvoir, des députés ont estimé que les mesures détaillées mardi n’allaient pas suffisamment loin, plaidant pour des sanctions contre des responsables chinois dans le Xinjiang.

L’annonce de ces mesures devrait tendre davantage les relations entre Londres et Pékin, surtout après les critiques formulées par Londres à l’égard de la répression contre les mouvements pro-démocratie à Hong Kong.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.