LNH

Qui sont les Kings ?

Marc Bergevin se retrouve en territoire connu à Los Angeles.

Le nouveau conseiller au directeur général des Kings renouera avec son vieux pote Luc Robitaille, président de l’équipe, mais il atterrit au sein d’une organisation qui a elle aussi opté pour la réinitialisation au cours des dernières années.

Les Kings étaient essoufflés par leurs années de gloire lors de la nomination de Robitaille et de Rob Blake, en avril 2017. Il fallait entamer un nouveau cycle.

L’équipe venait de terminer au 26rang du classement général et avait repêché au premier tour une seule fois au cours des trois cuvées précédentes.

Nos deux hommes n’ont pas fait exploser le noyau. Anze Kopitar, Drew Doughty, Dustin Brown et Jonathan Quick sont demeurés en Californie, mais quelques changements cosmétiques ont permis à l’équipe de faire le plein de choix au repêchage, entre autres le départ des défenseurs Jake Muzzin et Alec Martinez.

Les insuccès des Kings ont aussi permis au duo constitué de Robitaille et de Blake de repêcher 4 fois parmi les 11 premiers lors des 5 dernières cuvées, dont 2 fois dans le top 5.

Or, le développement des espoirs prend du temps et l’été dernier, Blake a embauché des vétérans en renfort pour permettre aux jeunes de se développer à leur rythme, un peu comme l’a fait Bergevin à Montréal en 2020.

De l’espoir

Les Kings s’accrochent à l’espoir de participer aux séries éliminatoires cette année. Le club est tiré par ses vétérans, Kopitar, Doughty, Quick, mais aussi par les nouvelles embauches Phillip Danault, Viktor Arvidsson et Alexander Edler. Aucun des dix premiers compteurs de l’équipe n’a moins de 25 ans.

Pendant ce temps, les Gabriel Vilardi et Quinton Byfield poursuivent leur apprentissage dans la Ligue américaine. Fraîchement rappelés, Alex Turcotte (5choix en 2019), Rasmus Kupari (20choix en 2018) et Arthur Kaliyev (33choix en 2019) sont dans la LNH, mais leur rôle est plus limité.

Du lot, seuls Mikey Anderson, 22 ans, et Tobias Björnfot, 20 ans, repêché au premier tour en 2019 avec le choix obtenu des Maple Leafs de Toronto pour Muzzin, sont implantés dans la LNH.

La direction des Kings n’était manifestement pas satisfaite du travail de son grand manitou en la matière, Mike Futa. Celui-ci a quitté l’organisation en mai 2020, après dix années de service. On a donné les pleins pouvoirs au directeur du recrutement, Mark Yannetti, depuis.

Le premier choix de 2017, Gabriel Vilardi, repêché au 11rang, devant Martin Necas et Nick Suzuki, montrait de belles promesses, mais des blessures ont ralenti sa progression. Il a disputé seulement 14 matchs sur 2 saisons entre 2018 et 2020. Il a amassé 14 points en 14 rencontres dans la Ligue américaine cette saison après avoir passé l’année complète avec les Kings l’an dernier.

Le choix d’Alex Turcotte au cinquième rang en 2019 semble avoir mal passé.

Le jeune homme a seulement 20 ans, comme Cole Caufield d’ailleurs, mais Turcotte n’a pas une grande production non plus dans la Ligue américaine, et deux joueurs repêchés quelques rangs après lui, Moritz Seider (Detroit) et Trevor Zegras (Anaheim), ont déjà un impact énorme au sein de leurs équipes respectives et sont parmi les favoris dans la course au trophée Calder remis à la recrue par excellence.

L’avenir nous en dira plus.

Quant à Byfield, deuxième sélection en 2020, il constitue le choix de Yannetti. Il a seulement 19 ans et aurait même pu participer au Championnat du monde junior, n’eût été une blessure. Né le 19 août, il est aussi l’un des plus jeunes joueurs de sa cuvée. Après un départ modeste, Byfield a marqué trois buts à ses trois dernières rencontres dans la Ligue américaine.

Le premier choix des Kings en 2021, au huitième rang, le défenseur Brandt Clarke, connaît une excellente saison offensive à Barrie, dans la Ligue junior de l’Ontario, avec 28 points en 23 matchs. Il a seulement 18 ans.

L’équipe a aussi repêché six fois au deuxième tour lors des trois dernières cuvées. La banque est donc tout de même renflouée.

Voilà où en sont les Kings au moment où Bergevin quitte le froid québécois pour poser ses valises en Californie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.