Possible « dérive » immobilière, excédent commercial, FMI et hydrogène vert

Quelques nouvelles du jour

Immobilier 

Des « risques de dérive », dit l’APCIQ

Avec une croissance des prix qui continue à prendre de l’ampleur dans le marché immobilier, les « risques de dérive du marché vers la surévaluation » suivent la même trajectoire, particulièrement dans la région métropolitaine de Montréal, prévient l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Cet avertissement a été lancé mercredi, alors que l’APCIQ a dévoilé ses statistiques pour le mois de mars – compilées par l’intermédiaire de la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers –, pendant lequel les conditions du marché ont continué d’être « fortement » à l’avantage des vendeurs même si les perspectives économiques demeuraient « encore incertaines ». Ainsi, le prix médian d’une résidence unifamiliale a bondi de 32 % le mois dernier, par rapport à la période correspondante de 2020, pour s’établir à 481 000 $ dans la région regroupant l’île de Montréal, ses banlieues, Laval, Vaudreuil-Soulanges et Saint-Jean-sur-Richelieu. À la grandeur de la province, l’augmentation a été de 27 % en mars, pour un prix médian de 355 000 $.

— La Presse Canadienne

Excédent commercial de 1 milliard en février

Le Canada a affiché un excédent du commerce des marchandises pour un deuxième mois d’affilée en février, une première depuis la fin de 2016, a indiqué mercredi Statistique Canada. L’excédent commercial de février s’est ainsi chiffré à 1 milliard, a précisé l’agence fédérale, en baisse par rapport à un excédent révisé de 1,2 milliard pour le mois de janvier, les exportations et les importations ayant toutes deux chuté. Aux yeux de l’économiste Omar Abdelrahman, de la Banque TD, le recul des exportations en février n’était pas étonnant après la vigueur observée en janvier, qui avait vu des gains anormalement élevés dans la catégorie, volatile, des aéronefs. « De même, une faiblesse était attendue dans la production automobile en raison de la pénurie mondiale de puces à semi-conducteur », a écrit M. Abdelrahman dans un rapport. Cependant, il a souligné que les perspectives générales du commerce canadien, en particulier des exportations, s’étaient améliorées pour 2021. Les exportations totales ont chuté de 2,7 % en février pour s’établir à 49,9 milliards, après avoir augmenté de 8,2 % en janvier. Les exportations de produits en métal et de produits minéraux non métalliques, de véhicules automobiles et de pièces pour véhicules automobiles, ainsi que d’aéronefs et autres pièces et équipements de transport ont chuté. De l’autre côté de l’équation, les importations totales ont diminué de 2,4 % en février pour s’établir à 48,8 milliards, leur plus bas niveau depuis août 2020.

— La Presse Canadienne

Le FMI recommande une taxe provisoire sur les riches

Les gouvernements, qui ont besoin de ressources supplémentaires pour continuer à aider les plus vulnérables à sortir de la crise, pourraient augmenter les impôts sur le revenu des plus riches ou des entreprises ayant fait plus de profits pendant la pandémie, a recommandé mercredi le Fonds monétaire international (FMI). « La pandémie a accru les inégalités, et les gouvernements ont dû fournir un soutien » financier important aux personnes et aux entreprises les plus durement touchées, a déclaré Paolo Mauro, l’un des responsables des affaires budgétaires au FMI, lors d’une conférence de presse. Il est « nécessaire de mobiliser des recettes fiscales supplémentaires » pour les redéployer à travers les soins de santé, l’éducation, les filets de sécurité sociale, a-t-il ajouté. Pour ce faire, le FMI recommande, comme il l’avait fait en octobre, la mise en place d’une fiscalité provisoire sur les revenus les plus élevés pour aider les gouvernements à répondre à ces besoins de financement.

— Agence France-Presse

L’hydrogène vert bientôt moins cher que ses concurrents fossiles ?

L’hydrogène d’origine renouvelable va coûter de moins en moins cher et devenir compétitif face à l’hydrogène d’origine fossile, et même, dans certains cas, face au gaz naturel, selon une étude de BloombergNEF publiée mercredi. BloombergNEF, centre de recherche sur la transition énergétique, a revu à la baisse ses prévisions de coûts pour l’avenir, en raison de la chute attendue des prix de l’électricité solaire. « Nous pensons maintenant que l’électricité photovoltaïque sera 40 % moins chère en 2050 que ce que nous pensions il y a tout juste deux ans », grâce à une série de progrès techniques, écrivent les experts du centre de recherche dans un rapport. « Les coûts de production de l’hydrogène vert à partir d’électricité renouvelable devraient chuter jusqu’à 85 % d’ici à 2050 », concluent les auteurs, qui citent un coût inférieur à 1 $ US le kilo dans la plupart des 28 marchés étudiés. Cet hydrogène vert coûtera d’ici à 2030 moins cher que l’hydrogène « bleu » (d’origine fossile, mais produit avec capture et séquestration du CO2) dans tous ces marchés.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.