Mort d'Oussama ben Laden

« C’est un moment que je n’oublierai jamais. »

« C’est un moment que je n’oublierai jamais. »

— Le président des États-Unis, Joe Biden, qui a évoqué dimanche la mort d’Oussama ben Laden, tué il y a 10 ans lors d’un raid des forces spéciales américaines. Alors vice-président de Barack Obama, M. Biden était présent le 1er mai 2011 dans la « Situation Room », la salle de crise hyper sécurisée au sous-sol de la Maison-Blanche, pour suivre en direct l’opération qui allait aboutir à la mort du chef d’Al-Qaïda. (AFP)

Californie

Trois morts et 27 blessés dans le naufrage d’un bateau de passeurs

Un bateau surpeuplé transportant vraisemblablement des migrants clandestins a fait naufrage dimanche sur la côte de la Californie, près de la frontière mexicaine, faisant 3 morts et 27 blessés, selon les autorités. Le bateau de 12 mètres de long s’est désintégré en s’écrasant dimanche matin contre le rivage près de San Diego, les occupants étant contraints de sauter à l’eau pour tenter de sauver leur vie, selon des vidéos de témoins. « C’était une embarcation de passeurs » qui tentait vraisemblablement d’introduire des migrants clandestins aux États-Unis, a indiqué Jeffery Stephenson, porte-parole des gardes-frontières américains, ajoutant qu’un homme soupçonné d’être le pilote du bateau était en cours d’interrogatoire. « Les passeurs ne se soucient pas des personnes qu’ils exploitent. Tout ce qui les intéresse, c’est le profit. Les équipements de sécurité étaient inadéquats et, de toute évidence, le bateau était fortement surpeuplé », a-t-il ajouté. Les 27 survivants ont été hospitalisés avec des blessures de gravité diverse, ont indiqué les pompiers de San Diego. — Agence France-Presse

Arabie saoudite

Les citoyens « immunisés » pourront voyager

L’Arabie saoudite va permettre à ses citoyens « immunisés » contre la COVID-19 de voyager à l’étranger à partir du 17 mai, a annoncé dimanche le ministère de l’Intérieur, plus d’un an après la mise en place de ces restrictions. Selon le ministère, les citoyens seront considérés comme « immunisés » s’ils ont été totalement vaccinés, s’ils ont reçu une des doses au moins 14 jours avant leur voyage ou s’ils se sont rétablis du virus au cours des six derniers mois. Les Saoudiens de moins de 18 ans, qui n’ont pas accès aux vaccins, seront aussi autorisés à voyager à partir du 17 mai s’ils fournissent une assurance approuvée par la banque centrale, selon le communiqué du ministère publié par l’Agence de presse saoudienne. Le royaume va aussi rouvrir ses frontières terrestres, maritimes et aériennes, est-il ajouté. Cet assouplissement des restrictions vise à encourager les Saoudiens à se faire vacciner. Le ministère de la Santé a affirmé avoir administré plus de 9 millions de doses de vaccins dans le pays de plus de 34 millions d’habitants. Depuis le début de la pandémie, le pays a officiellement enregistré plus de 419 000 cas de coronavirus, dont près de 7000 morts. — Agence France-Presse

Salvador

Crise politique après la destitution de juges de la Cour suprême

Une tempête politique secoue le Salvador après le vote par le Parlement de la révocation des juges de la Cour suprême hostiles au président Nayib Bukele, une décision qualifiée de putsch par l’opposition et qui suscite des inquiétudes internationales. Les alliés du président, qui ont ravi la majorité absolue depuis des élections en février, ont destitué, lors de leur investiture samedi, l’ensemble des magistrats de la chambre constitutionnelle de la Cour suprême pour avoir émis des jugements « arbitraires ». Les parlementaires ont aussi voté la destitution du procureur général du Salvador, Raúl Melara, considéré comme proche d’un parti de l’opposition. « Et le peuple du Salvador, à travers ses représentants, a dit : DESTITUÉS ! », s’est félicité M. Bukele, au pouvoir depuis 2019 dans ce pays d’Amérique centrale où il a bousculé la classe politique traditionnelle, discréditée par des affaires de corruption. Populaire pour sa volonté de combattre le crime organisé et l’insécurité, le président de 39 ans s’était opposé plusieurs fois à la Cour suprême et au parquet général. Les juges évincés, dont les remplaçants ont été aussitôt désignés par les parlementaires de la majorité, ont refusé de quitter leur poste, invoquant « l’inconstitutionnalité du décret de destitution ».

— Agence France-Presse

COVID-19

L’aide médicale afflue en Inde

L’Inde, qui déplore près de 400 000 nouveaux cas de COVID-19 et un record de morts en 24 heures, continuait à recevoir de l’aide médicale en provenance de l’étranger dimanche, destinée à soulager les hôpitaux saturés de malades en manque d’oxygène.

Un avion cargo affrété par la France a atterri à New Delhi dimanche matin avec 28 tonnes d’équipement médical à son bord, dont huit générateurs d’oxygène de grande capacité, destinés à produire de l’oxygène médical à partir de l’air ambiant.

Ces équipements peuvent également remplir des bouteilles avec un débit de 20 000 litres par heure, chaque centrale pouvant alimenter en continu un hôpital de 250 lits sans interruption pendant une dizaine d’années, ont indiqué les autorités françaises.

Usines à oxygène

Ces usines à oxygène devaient être livrées dimanche à huit hôpitaux indiens, six à Delhi, un dans l’État de l’Haryana et un dans l’État de Telangana.

« L’Inde nous a aidés l’année dernière dans les hôpitaux français, quand les besoins en médicaments étaient énormes. Le peuple français s’en souvient », a déclaré dimanche Emmanuel Lenain, ambassadeur de France en Inde.

Le gouvernement britannique a annoncé dimanche son intention d’envoyer 1000 respirateurs supplémentaires en Inde, en plus des concentrateurs d’oxygène et des respirateurs déjà livrés.

« Le Royaume-Uni sera toujours là pour l’Inde quand elle en a besoin », a déclaré le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, qui a dû annuler son déplacement en Inde en raison de la flambée de la pandémie.

Frappé par les « terribles images », « d’autant plus fortes » en raison des liens qui unissent les populations des deux pays, il s’est dit « profondément ému » par la vague de soutien britannique envers l’Inde, se félicitant que le gouvernement fournisse une aide qui permettra de « sauver des vies ».

Après l’aide américaine de plus de 400 bouteilles d’oxygène et 1 million de tests de dépistage arrivée vendredi, l’Inde a réceptionné samedi 120 respirateurs en provenance d’Allemagne.

À l’échelle du pays, on déplorait 3689 décès supplémentaires dimanche, soit la plus forte augmentation jamais enregistrée en une journée, portant le bilan total à plus de 215 000 morts.

Des chiffres très élevés que de nombreux experts estiment cependant largement sous-évalués.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.