Anjou

Un proche des Hells Angels victime d’une tentative de meurtre

L’homme atteint par balles dans son véhicule en début d’après-midi mercredi dans le secteur d’Anjou est Amir Samim Firouz Salari, un proche des Hells Angels de la section South, a appris La Presse. Une enquête a été ouverte pour tentative de meurtre. Il s’agit du troisième évènement impliquant une arme à feu en trois jours à Montréal.

L’homme de 40 ans a été atteint de plusieurs projectiles alors qu’il se trouvait dans son véhicule, vers 12 h 40, au coin de la rue Jarry et de l’avenue des Ponts-de-Cé, a rapporté l’agent Raphaël Bergeron, en précisant que des appels ont d’abord été faits au 911 pour des coups de feu entendus dans le voisinage.

Amir Samim Firouz Salari se trouvait dans son véhicule, rue Jarry, lorsqu’un suspect s’est approché de lui à pied avant de faire feu dans sa direction à plusieurs reprises. L’homme a alors été atteint à « au moins une reprise au haut du corps », selon les autorités, qui ont retrouvé plusieurs douilles au sol.

À quelques pas de là, un employé qui prenait sa pause à l’extérieur, Mathieu Malette, a entendu les détonations. « Je suis encore sur les nerfs, relate ce dernier. Il aurait pu y avoir une balle perdue, et il y a une garderie en face de là. »

Blessée, la victime s’est enfuie avec son véhicule pour « aller se réfugier à l’intérieur d’une station-service » située non loin des lieux dans Saint-Léonard, sur le boulevard Métropolitain. La victime a finalement été transportée dans un centre hospitalier à proximité, où son état était considéré comme « stable ».

Sans encore confirmer le lien avec cette affaire, la police a confirmé que peu après le crime, un véhicule de marque Chevrolet Cruze a été retrouvé incendié dans le quartier Saint-Michel.

Dans la ligne de mire des policiers

Selon nos informations, Amir Samim Firouz Salari est lié aux Hells Angels, en particulier aux membres de la section South, et aux clans Seyfeddin et Seeyomak, également partenaires des Hells Angels. L’immeuble devant lequel la tentative de meurtre serait survenue dans la rue Jarry Est appartient à une société à numéro au nom des Hells Angels de la section South Yves Leduc et Michel Guertin.

Au cours de la dernière année, des commerces divers, des centres de location de véhicules de luxe et des agences d’escortes auxquels seraient liés Firouz Salari, des Hells Angels des sections South et de Montréal et des membres des clans Seyfeddin et Seeyomak ont fait l’objet de perquisitions par les enquêteurs de l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) de la Sûreté du Québec dans le cadre d’une importante enquête de blanchiment d’argent qui n’est pas encore terminée.

Des évènements de coups de feu visant des individus ou des commerces liés à la location de véhicules de luxe sont survenus dans la région de Montréal ces derniers temps et les enquêteurs devront tenter de déterminer si la tentative de meurtre contre Firouz Salami pourrait être liée à ceux-ci ou à d’autres attentats dont ont été victimes des acteurs importants du crime organisé ces derniers mois.

Nos sources indiquent qu’un autre individu a été transporté par des amis à l’hôpital du Sacré-Cœur mercredi après-midi. Il pourrait être relié avec la tentative de meurtre sur Firouz Salari.

Pour le moment, aucune arrestation n’a d’ailleurs été effectuée dans cette affaire. Le suspect recherché serait « un homme de 5 pieds 10 à la couleur de peau noire qui a pris la fuite à pied, et par la suite possiblement à bord d’un véhicule », a aussi précisé l’agent Bergeron.

C’est le troisième évènement impliquant une arme à feu qui se produit dans la métropole en trois jours. Mardi soir, un homme de 41 ans avait en effet été atteint par balle au haut du corps dans l’arrondissement de Montréal-Nord, dans le secteur de la rue Charleroi et du boulevard Lacordaire.

— Avec Florence Morin-Martel, La Presse

Meurtre d’une fillette dans Villeray

« Vous l’avez tuée pour me détruire »

Un père qui a vu ses deux filles poignardées par leur mère, dont l’une mortellement, accuse son ex-conjointe d’avoir fait ce geste pour l’atteindre lui.

« Vous l’avez tuée pour me détruire. Ce que vous avez réussi », a-t-il affirmé dans une lettre qu’il a écrite et qui a été lue mercredi devant le tribunal.

La mère, accusée d’avoir tué sa fille de 11 ans et d’avoir tenté de tuer son autre fille de 5 ans en avril 2020, dans le quartier Villeray à Montréal, sera vraisemblablement déclarée non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux. Son procès, qui devait s’amorcer la semaine dernière au palais de justice de Montréal, a été annulé mardi.

Une ordonnance de non-publication nous interdit de nommer l’accusée pour protéger l’identité des enfants.

Mais le père ne croit pas à l’explication des troubles mentaux. « Au fond de mon cœur, de mon âme et de ma raison, je vous crois coupable d’avoir agi sous le coup de la colère et non d’une psychose », écrit-il, dans la lettre lue par la procureure de la Couronne, MJasmine Guillaume.

« Peu importe votre état d’esprit au moment du drame, il n’en demeure pas moins que ma fille […] a subi un geste d’une violence extrême de votre part en recevant deux coups de couteau, tout près du cœur, lui perforant le thorax et un poumon. Mais surtout, vous avez enlevé la vie à sa grande sœur d’amour sous ses yeux. »

« Pourquoi, maman ? »

Selon le père, la fillette de 11 ans aurait crié « pourquoi, maman ? » juste après avoir été poignardée au cœur par sa mère.

Dans sa « déclaration de victime », le père, qui semble régler ses comptes avec son ex-conjointe, souligne à quel point il avait une bonne relation avec sa fille aînée. Il évoque aussi les impacts sur sa plus jeune, affirmant que la fillette veut faire changer son nom de famille pour ne plus porter celui de sa mère.

À la toute fin de l’audience, après avoir écouté la déclaration de victime écrite par son ex-conjoint, en prenant parfois sa tête dans ses mains, la mère s’est adressée brièvement à la juge Myriam Lachance, de la Cour supérieure.

« J’ai été une maman merveilleuse. J’aime mes enfants. Je leur souhaite le meilleur », a-t-elle dit d’une toute petite voix. La mère est représentée par Me Véronique Robert.

C’est vendredi que la juge Lachance rendra officiellement sa décision au sujet de la non-responsabilité criminelle de la mère pour cause de troubles mentaux. Le sort de la femme de 35 ans sera ensuite entre les mains de la Commission d’examen des troubles mentaux.

Triple homicide à Rivière-des-Prairies

Arrestations et perquisitions à Montréal-Nord et à Laval

Dénouement majeur en lien avec le triple meurtre survenu à Rivière-des-Prairies qui avait fait les manchettes en août dernier : le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a arrêté, mercredi matin, trois personnes suspectées d’être à l’origine de cette fusillade mortelle qui avait secoué la métropole.

Marlon Francisco Villa-Guzman et Clifford Domercant-Barosy, deux hommes dans la vingtaine, ont été arrêtés mercredi matin.

Ils font face à des accusations de meurtre prémédité sur trois victimes, de tentative de meurtre sur deux victimes et de possession d’une arme à feu, en lien avec les évènements du 2 août à Rivière-des-Prairies.

Un troisième suspect a été appréhendé et comparaîtra jeudi. Selon nos informations, il s’agit de Jonas Castor, un homme de 23 ans.

Selon nos sources, tous gravitent autour de Zone 43, un gang de rue de Montréal-Nord souvent impliqué dans la flambée de fusillades de la dernière année.

« Le 3 août dernier, on est sorti pour dire que c’est assez. On a tenu promesse. Ça prend du temps, mais tout doute doit être dissipé là-dessus : il y aura d’autres arrestations », a déclaré à La Presse l’inspecteur David Shane, porte-parole du SPVM. « Plus le temps avance, plus vous avez de probabilités de vous faire arrêter », a-t-il ajouté à l’intention des membres de gangs.

Une vengeance tardive

Les trois hommes arrêtés auraient été impliqués dans la fusillade mortelle survenue en août dernier à Rivière-des-Prairies. Des coups de feu avaient alors été tirés vers 19 h en direction d’un immeuble résidentiel à l’angle du boulevard Perras et de la 54e Avenue. Les tirs avaient fait deux blessés et trois morts, tous connus des services de police.

Parmi les trois victimes se trouvait Jerry Willer Jean-Baptiste, alias Mackazoe. Le rappeur de 29 ans tombé sous les balles était un membre éminent des Profit Kollectaz, un gang de Rivière-des-Prairies, principal rival de Zone 43.

Le triple homicide de l’été dernier est une violente revanche, souhaitée depuis six ans par des individus criminels autrefois proches de Guylianno Davance, tué en 2015 à la sortie d’un bar du boulevard Saint-Laurent. Certains sont membres de gangs de rue à Ahuntsic, mais également à Montréal-Nord, nous confirment des sources policières et deux membres de Zone 43 qui ont requis l’anonymat.

Le SPVM a également effectué quelques perquisitions à Montréal-Nord et à Laval au cours de la matinée mercredi.

« Elles ont notamment permis la saisie de deux armes de poing, de munitions, de cellulaires, de stupéfiants et d’autres éléments de preuve », a confirmé le corps policier dans un bilan assez succinct de l’opération policière.

Clifford Domercant-Barosy, 26 ans, est notamment accusé de possession d’arme à autorisation restreinte. Au moment de son arrestation, un pistolet Glock 9 mm a été retrouvé et il demeure détenu.

Villa-Guzman et Domercant-Barosy seront de retour en cour le 29 octobre.

Plante et Coderre applaudissent

Appelée à réagir mercredi, la mairesse sortante de Montréal, Valérie Plante, s’est dite « soulagée » par ces arrestations.

Le candidat à la mairie Denis Coderre considère ces arrestations comme « une bonne nouvelle […] preuve du travail crucial accompli par les policiers sur le terrain ».

— Avec Daniel Renaud, La Presse

Décret d’urgence pour la rainette faux-grillon

Ottawa pressé d’agir rapidement

Ottawa devra agir vite s’il veut intervenir pour protéger l’habitat essentiel de la rainette faux-grillon à Longueuil. Deux organisations environnementales québécoises ont annoncé mercredi qu’elles se tourneraient vers les tribunaux si rien n’était fait d’ici le 20 octobre. Selon la Société pour la nature et les parcs (SNAP) et le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE), aucune action judiciaire n’a été lancée à ce jour par le gouvernement fédéral, même si des demandes ont été soumises il y a plus d’un mois. Radio-Canada a annoncé mercredi qu’un décret d’urgence était imminent pour protéger les habitats essentiels de l’espèce menacés par des travaux à Longueuil. Ceux-ci ont été autorisés par le gouvernement du Québec, même si les autorités savaient qu’ils allaient entraîner la destruction d’une partie de l’habitat de la rainette, une espèce classée comme menacée au Canada et vulnérable au Québec.

— Éric-Pierre Champagne, La Presse

Statut linguistique de Montréal

Un candidat quitte Mouvement Montréal

Jean-Pierre Boivin, candidat dans le district de Champlain Île-des-Sœurs, a annoncé mercredi qu’il quittait Mouvement Montréal pour se présenter en tant qu’indépendant, en raison d’un éventuel référendum au sujet du statut linguistique de la métropole. « Je ne peux accepter que le chef Balarama Holness propose, si élu, un référendum afin de faire de Montréal une ville bilingue », a précisé M. Boivin, dans un communiqué. Ce dernier affirme que « le lien de confiance » qui existait entre M. Holness et lui est désormais brisé. Jean-Pierre Boivin précise que cette annonce va à l’encontre de ses « valeurs » profondes, ainsi que de celles de Ralliement pour Montréal, dont il avait grossi les rangs au départ. Ce parti a fusionné avec Mouvement Montréal à la fin septembre. À cet égard, M. Boivin soutient que ce changement ressemble « davantage à une prise en charge » qu’à une fusion.

— Florence Morin-Martel, La Presse

Industrie agroalimentaire

Washington invite à réduire le taux de sel dans l’assiette

Les autorités sanitaires américaines ont annoncé mercredi de nouvelles directives pour pousser l’industrie agroalimentaire à réduire le taux de sel dans ses produits, un réel problème de santé publique dans un pays où la moitié de la population souffre d’hypertension. L’objectif, à atteindre dans un délai de deux ans et demi, est de réduire la consommation moyenne de 3400 mg/jour à 3000 mg/j, soit 12 % de moins, a expliqué l’agence fédérale américaine (FDA) chargée notamment de l’alimentation. Cette dernière estime qu’un Américain moyen consommerait alors l’équivalent de 60 cuillères à café de sel en moins par an. Au total, 163 catégories de produits sont concernées par ces directives. Selon la FDA, les Américains consomment 50 % de sodium de plus que les doses recommandées, et 95 % des enfants âgés de 2 à 13 ans dépassent la limite recommandée.

— Agence France-Presse

Nunavut

Les résidants d’Iqaluit sans eau potable

Des résidants d’Iqaluit remplissaient mercredi des bidons à la rivière, en dehors de la capitale du Nunavut, après avoir appris que l’eau du robinet pourrait être impropre à la consommation. La Ville a déclaré mardi soir l’état d’urgence, affirmant que son approvisionnement en eau pouvait contenir de l’essence. Certains résidants s’étaient plaints sur les réseaux sociaux la semaine dernière d’une odeur de carburant dans l’eau, mais la Ville avait répondu que l’eau avait été régulièrement testée et qu’elle était salubre. La Ville a ensuite annoncé que des preuves d’une possible contamination aux hydrocarbures avaient été observées à son usine de traitement des eaux. Des échantillons ont été envoyés dans un laboratoire afin d’être analysés. En attendant les résultats, les autorités municipales ont annoncé mercredi matin qu’on pouvait se procurer de l’eau traitée dans une station de remplissage, mais elle doit tout de même être bouillie.

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.