Cinéma Des suggestions sur nos plateformes

Où voir les films en lice aux Oscars

Les finalistes à la prochaine soirée des Oscars sont maintenant connus. Voici ce qu’il faut regarder afin d’être fin prêt pour la grand-messe du cinéma qui se tiendra le 12 mars.

— Maryse Tessier, La Presse

Un film de l’ONF en lice aux Oscars

Surprise pour les réalisatrices du Matelot volant

Le film Le matelot volant (The Flying Sailor), de Wendy Tilby et Amanda Forbis, produit par l’Office national du film du Canada (ONF), est nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur court métrage d’animation. L’annonce des sélections dans les 23 catégories de la 95soirée des Oscars a été faite tôt mardi matin.

« Nous sommes totalement abasourdies en ce moment. » Amanda Forbis, coréalisatrice du court métrage Le matelot volant, ne parvient pas tout de suite à mieux exprimer l’émotion qui l’habite en ce mardi matin, alors que les deux animatrices canadiennes viennent d’apprendre la grande nouvelle : leur film est en lice aux Oscars, dans la catégorie du meilleur court métrage d’animation.

Un sourire dans la voix, Wendy Tilby nous raconte qu’elle n’a pas formé trop d’espoir en vue de l’annonce. « On savait déjà qu’on était dans la première sélection [de 15 films], qu’on avait une bonne chance, dit-elle. Mais c’était loin d’être une certitude ! »

Escapade à Sundance

Il n’est pas encore 7 h du matin à Park City, en Utah, lorsque La Presse discute avec les deux artistes, présentes dans la ville à l’occasion du festival du film de Sundance, pour lequel Le matelot volant a été sélectionné. Elles présentaient d’ailleurs leur film au public du festival plus tard dans la journée, à Salt Lake City.

L’annonce des finalistes à la 95soirée des Oscars a débuté à 6 h 30 (heure de Salt Lake City). Wendy Tilby et Amanda Forbis racontent avoir eu bien du mal à trouver le sommeil la nuit précédente. L’adrénaline compense le manque de repos et les deux collaboratrices originaires de Calgary exsudent la bonne humeur, ponctuant notre entretien de grands rires. Leur complicité s’entend également, elles qui travaillent ensemble depuis plus de 20 ans.

Le matelot volant (The Flying Sailor, en version originale) est le troisième film qu’elles cosignent. Et toutes leurs collaborations leur ont valu une citation aux Oscars.

Le court métrage de huit minutes est inspiré de l’incroyable histoire vraie d’un homme soufflé dans les airs sur deux kilomètres à la suite de l’explosion de 1917 dans un port d’Halifax. Il s’agissait de la plus puissante explosion accidentelle non nucléaire que le monde avait connue et plus de 1500 personnes ont été tuées.

« La question qu’on se posait en créant le film, c’est : “Comment c’était d’être lui pendant ce périple dans les airs ?”, raconte Amanda Forbis. Et on avait du mal à articuler pourquoi on voulait raconter cette histoire, mais on continuait d’y revenir encore et encore. En fait, c’est un film à propos d’une expérience de mort imminente, de ce moment où tout change. »

Produit par l’ONF

Ce récit poétique, sans dialogue, empreint de longs moments de ralenti, de retour dans le passé, a été créé avec le soutien de l’ONF. Le producteur et distributeur de contenu canadien, établi à Montréal, est un chef de file dans le film d’animation et a été un « soutien critique » pour tous les films d’Amanda Forbis et de Wendy Tilby. Toute la postproduction du Matelot volant a été faite à Montréal, dans les studios de l’ONF.

« Ils nous ont donné toutes sortes de soutiens [pour ce film], tant émotionnel que financier », explique Amanda Forbis.

Le matelot volant vaut donc une troisième présence aux Oscars au tandem (après une sélection en 1999 pour When the Day Breaks et une autre en 2011, avec Une vie sauvage).

Wendy Tilby avait également reçu cet honneur en 1991, à titre individuel, pour son film Cordes. Les animatrices tiennent à partager cette nouvelle reconnaissance avec leur producteur, David Christensen, et avec le concepteur du son Luigi Allemano, Montréalais d’adoption et enseignant à l’Université Concordia, dont le travail habite le film d’un bout à l’autre.

Wendy Tilby parle de la confection de ce court métrage comme de l’un des processus les plus agréables de sa carrière. Les cinéastes se sont laissé porter par la poésie visuelle que l’histoire leur inspirait, laissant le contenu du film se dessiner au fil de la création.

Leur travail leur vaut de nombreux prix et distinctions depuis sa mise en lumière. En plus de cette citation aux Oscars et de sa sélection à Sundance, le film du duo d’animatrices a été salué au TIFF After Dark, au Festival d’animation de Los Angeles et au Festival du court métrage de New York, notamment.

Le matelot volant est diffusé sur le site de l’ONF.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.