La bonne idée

L’année 2020 dans son sapin

Pour la maison, il n’y a jamais trop de sources d’inspiration. Voici quelques idées aussi faciles à aimer qu’à adopter.

L’année 2020 sera associée à tout jamais à la pandémie de COVID-19. Mieux vaut injecter un peu d’humour dans notre quotidien et en rire, estime Serge Guénette, qui est entouré de lutins et de magie à longueur d’année dans la boutique Noël Éternel, qu’il a fondée il y a 25 ans. Les touristes se faisant rares dans le Vieux-Montréal, il s’est mis à confectionner des boules de Noël à l’intention d’une clientèle davantage locale, qui vient d’un peu partout dans la grande région de Montréal. Plutôt que de réaliser des décorations sphériques montrant l’église Notre-Dame ou le Stade olympique, il crée d’amusants personnages, qui portent un masque. Certains ferment les yeux, d’autres regardent droit devant. L’année 2020 est aussi inscrite. Au cas où on l’oublierait…

maison

Des sapins livrés à la maison… tant qu’il en reste

Choisir son sapin en famille est une belle façon de lancer les festivités de fin d’année. Or, jouer du coude pour mettre la main sur un arbre de Noël en pleine pandémie l’est peut-être moins. Il existe une solution : la livraison. Mais faites vite, car les sapins disparaissent à vue d’œil.

En temps normal, le festival Noël dans le parc attire des centaines de familles dans des espaces verts du Plateau Mont-Royal, à Montréal, où la vente de sapins devient un prétexte pour créer un village festif, musique et animation comprises. Pas cette année, à cause de la pandémie. La vingtaine de spectacles, dont celui de Bleu Jeans Bleu en ouverture, mais aussi ceux d’Émile Bilodeau, Les Louanges, Elisapie et Damien Robitaille (porte-parole du festival), entre autres, ont plutôt été préenregistrés pour être vus à la maison dès le 18 décembre.

Mais la vente de sapins aura bien lieu, aux parcs Lahaie et des Compagnons-de-Saint-Laurent, et le festival a même demandé au père Noël de lui donner un coup de main pour les livrer gratuitement, au besoin, dans les quartiers centraux de la métropole (au sud de l’autoroute Métropolitaine jusqu’au fleuve, entre l’autoroute Décarie à l’ouest et l’A25 à l’est).

Dès le 25 novembre

Les livraisons commenceront le 25 novembre et se poursuivront jusqu’au 23 décembre. Elles ont lieu le mercredi, le samedi et le dimanche, entre 13 h et 19 h. Il faut s’attendre à payer 10 $ le pied pour un arbre de Noël (une partie des ventes sert à financer les spectacles du festival) et prévoir jusqu’à 48 heures pour le traitement d’une commande. Noël dans le parc vend aussi des pieds de sapin et des couronnes.

L’entreprise SapinMTL, qui a beaucoup fait parler d’elle en 2016 avec son immense « sapin laid » dans le Quartier des spectacles, commencera aussi à livrer, dès le 26 novembre, dans les foyers de la métropole des arbres cueillis sur les terres de la Sapinière de la Mauricie. Le petit sapin (4-5 pi) se vend 65 $, le moyen (6-7 pi), 85 $, et le grand (8-10 pi), 115 $, livraison comprise dans une grande partie de l’île de Montréal. La boutique en ligne permet de vérifier si son adresse se trouve dans la zone de livraison et de choisir une plage horaire pour recevoir son arbre.

C’est la cinquième année que SapinMTL, qui décorera aussi certaines rues de la métropole, dont le boulevard Saint-Laurent, propose ce service de livraison. « On pensait arrêter, parce qu’on est très occupés tout le reste de l’année dans l’évènementiel, raconte Philippe Pelletier, cofondateur de l’entreprise. Mais avec la pandémie, notre été a été très tranquille et on s’est dit que c’était d’autant plus pertinent de revenir avec nos livraisons. Et on le voit, la demande est forte, mais notre fournisseur a une certaine marge de manœuvre. »

Ailleurs au Québec et en Ontario

Bôsapin constate aussi un vif engouement pour ses arbres de Noël, que l’entreprise livre dans une grande partie du sud du Québec, à Ottawa et même dans la région de Toronto.

« Ces temps-ci, on vend autour de 1000 sapins par jour, dit David Thibeault, président de Bôsapin, qui s’attend à fermer les ventes sur son site web d’un jour à l’autre. Nos arbres poussent à La Patrie, près du mont Mégantic. Si j’en manque, je ne peux pas les fabriquer en usine ! »

« C’est clair, on va manquer de sapins. »

— David Thibeault, président de Bôsapin

Sapins baumiers ou Cook, de 4 à 10 pi, avec une couronne, un pied, des décorations ou d’autres accessoires, le site de l’entreprise offre une multitude d’options. Quelques exemples : un petit sapin baumier de 4 ou 5 pi, qualité « premium », livré en ville, à la campagne ou même en Ontario (les zones desservies sont bien identifiées sur le site), coûte 39 $. Un sapin Cook de 7 à 8 pi sera livré pour 67 $.

Les livreurs, habillés en soldats de bois (masqués cette année), installent le sapin dans son pied, à l’endroit voulu (à l’intérieur comme à l’extérieur), dans le respect des mesures sanitaires. Il leur arrive même de répondre à des demandes spéciales formulées par le site web. « Certains veulent que le livreur dise qu’il a été envoyé directement par le père Noël, dit David Thibeault. Ça nous fait plaisir de jouer le jeu ! »

Le choix de la date de la livraison se fait au moment de passer la commande, et l’heure est confirmée par courriel ou texto deux jours avant l’arrivée de l’arbre.

Dans la mesure, bien sûr, où il y a encore des arbres à livrer...

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.