Ben & Jerry’s, cote de crédit, CNN+ et fabrication

D’autres nouvelles économiques de la dernière journée

Les glaces de Ben & Jerry’s quittent les territoires palestiniens occupés

Invoquant « les valeurs » de l’entreprise, le fabricant américain de glaces Ben & Jerry’s a annoncé lundi son intention d’arrêter de commercialiser ses produits dans les territoires palestiniens occupés, ce qui a suscité la colère des dirigeants israéliens. « Nous pensons qu’il n’est pas compatible avec nos valeurs que les glaces Ben & Jerry’s soient vendues dans les territoires palestiniens occupés », a affirmé la filiale de Unilever, dans un communiqué. Ben & Jerry’s précise toutefois qu’il va « rester en Israël », bien que ses produits ne soient plus vendus dans les territoires occupés. L’annonce du fabricant de glaces a rapidement suscité des réactions hostiles d’Israéliens sur les réseaux sociaux, tout comme des dirigeants politiques israéliens. Pour justifier sa décision, Ben & Jerry’s affirme qu’il « entend et reconnaît les inquiétudes partagées par [ses] fans et [ses] partenaires de confiance », sans préciser à qui cela fait référence. Fondé en 1978, Ben & Jerry’s est une entreprise connue pour ses engagements progressistes, de la protection de l’écologie au respect des droits de la personne en passant par la question des inégalités.

– Agence France-Presse

Consultez l’article complet

Québec : des perspectives stables, selon les agences

Les grandes agences de notation ont souligné ces dernières semaines la stabilité des perspectives du Québec, a indiqué lundi le ministre des Finances et de l’Économie de la province, Eric Girard. Selon le ministre, la reconnaissance de la qualité de crédit du Québec par ces agences confirme le sérieux du plan de relance économique et de retour à l’équilibre budgétaire de la province une fois que le plein emploi aura été retrouvé. La semaine dernière, la Japan Credit Rating Agency a accordé à Québec une cote de AA+, tandis que DBRS Morningstar lui a attribué la cote de AA (faible). En juin, les agences Standard & Poor’s et Fitch Ratings ont donné à la province la cote de AA-, tandis que Moody’s lui avait accordé une cote de Aa2 le mois précédent. Toutes ces agences ont accompagné leur cote d’une mention de perspective « stable ». Selon le ministère des Finances, les agences ont estimé que le Québec « comptait sur une économie forte et diversifiée et que l’engagement du gouvernement à revenir à l’équilibre budgétaire démontrait une saine gestion des finances publiques ».

– La Presse Canadienne

CNN lance son service vidéo en ligne par abonnement

La chaîne d’information CNN a annoncé lundi le lancement, au premier trimestre 2022, d’un service vidéo en ligne par abonnement, baptisé CNN+, nouveau signal d’un début de migration de l’information télévisée vers la diffusion en continu. CNN+ proposera à la fois des programmes en direct et préenregistrés, mais distincts de ceux de CNN ou de sa déclinaison pour l’étranger, CNN International. Au lancement, la partie présentée en direct comprendra entre 8 et 12 heures de programmes quotidiens. Une source proche de la filiale du groupe WarnerMedia a indiqué que l’abonnement serait payant, mais n’a pas communiqué de montant. CNN+ sera d’abord lancée aux États-Unis, mais la chaîne prévoit de rendre le service accessible à l’étranger à moyen terme, a précisé la même source. CNN+ va recruter 450 personnes, comparées aux 4000 salariés environ de CNN.

– Agence France-Presse

La fabrication revient à son niveau prépandémique

Le secteur manufacturier aide l’économie canadienne à se hisser hors de la récession, mais l’aggravation des tensions commerciales avec les États-Unis pourrait étouffer la croissance économique en cours, indique un nouveau rapport. Selon RSM Canada, le secteur manufacturier canadien surpasse maintenant les niveaux d’avant la pandémie, avec des ventes et des chargements de wagons – la quantité de marchandises transportées par chemin de fer – dépassant les quantités d’avant la COVID-19. Le document souligne en outre que l’Ontario pourrait profiter exponentiellement des engagements des constructeurs automobiles envers les véhicules électriques. Malgré tout, la recherche suggère que les produits fabriqués au Canada sont confrontés à des difficultés sur le marché en raison du nombre croissant de dispositions d’achats locaux « Buy American » aux États-Unis.

– La Presse Canadienne

Consultez l’article complet

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.